« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nuit des fées. | » Privé à Ambre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: La nuit des fées. | » Privé à Ambre.   Sam 20 Mar - 14:06

LA NUIT DES FÉES.
Privé à Ambre.

    Lentement, doucement, elle progressait. Son empire s'étendait chaque seconde un peu plus. Nul ne résistait à la chape noire qu'elle étendait sur le monde. Séduisante, mystérieuse, la nuit agrandissait son domaine, plongeant l'univers dans un doux sommeil. Assise devant la tanière des guerriers, Gloire Passée regardait la glorieuse conquête de la nuit, le regard posé sur l'astre solaire qui mourrait, loin derrière la ligne d'horizon. Elle se leva à l'instant même où il disparut au loin, plongeant le monde dans l'obscurité totale. Tout changeait. Elle n'était plus dans ses territoires, mais dans un pays qu'elle ne connaissait pas. Une grisante sensation de liberté s'imposa à elle, tandis qu'elle quittait le Camp d'un pas rapide, sous le regard songeur du matou de garde. Il n'y avait qu'à l'approche de la nuit que Gloire Passée semblait prendre vie. L'essentiel du temps, sinon, elle disparaissait à l'extérieur, traînant des pattes.
    Rapidement, Gloire Passée se surprit à courir. Elle aimait sentir le vent dans ses moustaches, tandis que l'odeur d'humus se mêlait à celle de l'herbe. Le monde était si beau, lorsqu'un voile de soie noire le recouvrait. Elle se plongea dans sa course avec délectation, appréciant le contact des basses branches sur son dos. A vive allure, Gloire Passée passa dans un buisson de fougère, frémissant sous la caresse des feuilles. Comme elle aimait la nuit ! Loin au dessus de sa tête, la lune, simple croissant luisant dans le ciel de jais, lui lança un clin d’œil, tandis que la guerrière quittait le couvert des arbres. A la lueur de l’astre lunaire, son poil tigré se para d’exquis reflets argentés, tandis que sa beauté semblait renaître de ses cendres, tel un nocturne phœnix. Le doux fumet d’un lapin vint chatouiller ses narines, mais la guerrière n’y prêta pas attention ; elle savourait la fraîcheur de l’herbe sous ses pas, le silence de la forêt, la paix qui régnait en elle, et pour rien au monde elle n’aurait brisé cette sérénité. Devant elle s’étendaient les plaines rocheuses. Après un bref instant d’hésitation, Gloire Passée s’élança entre les rochers qu’elle effleurait du bout de la queue, aussi insaisissable qu’un songe. Elle reprit sa course, vive et agile comme un esprit sylvestre. Elle eut un éclat de rire qui résonna dans la plaine déserte, puis elle prit de la vitesse et, toujours riante, accéléra en serpentant entre les rochers. Bien rapidement, elle avait traversé les plaines rocheuses, et se tenait à l’orée de la forêt pétrifiée. Instinctivement, elle s’arrêta, subjuguée par l’aura qui s’émanait de l’endroit.

    Un étrange silence régnait, ici. Depuis toute petite, Gloire Passée était fascinée par cette forêt. Elle sentit son cœur s’emballer, comme à chaque fois qu’elle pénétrait dans la forêt grise. Les arbres étaient nus, leurs branches immobiles, et aucune odeur, si ce n’est celle d’une pluie récente, ne montait au nez de la guerrière, chose fort troublante, ma foi. Lentement, elle reprit sa marche, consciente d’être sûrement la seule chose encore en vie dans ce monde figé. Les animaux avaient fui, mais les arbres, immobilisés par un doigt divin, avaient eut assisté à leur ruine sans pouvoir protesté, glacés par l’effroi. Le plus effarant, dans cette forêt, c’était l’absence de bruits. Aucune branche ne craquait sur le passage d’un quelconque animal. Les feuilles ne bruissaient pas, le vent était absent. Et pourtant ... Pourtant Gloire Passée se sentait bien ici. Peut-être comprenait-elle ce que les arbres ressentaient ? Après tout, son nom n’était-il pas sans rappeler son effarant passé ? Marchant lentement dans la forêt, Gloire Passée finit par atteindre une petite clairière. Un tronc fracassé gisait au sol, sûrement celui d’un chêne brisé par une tempête archaïque. Gloire Passée s’en approcha, observant les rides délicates du tronc. Puis elle sursauta. Un craquement venait de retentir, brisant son silence bien aimé. Elle releva vivement la tête, jetant un regard circulaire autour d’elle. Rien. A moins que ... Elle plissa les yeux : au loin, elle croyait voir une silhouette blanche, qui semblait féérique dans la lumière de la lune. Une seconde fée dans ce pays hanté. Un affreux pressentiment envahit Gloire Passée. Elle croyait reconnaître cette chatte ... Ses yeux s’écarquillèrent de stupeur. La seconde fée était une fée qui sombrait dans la folie.

    Une fée nommée Etoile d’Ambre.
Revenir en haut Aller en bas

Mon identité.
Relationship :
Rozenwyn
Chat Solitaire



Féminin
● Nombre de messages : 2465
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/04/2009
● Age : 21
● Mentor/Apprenti(e) : //

MessageSujet: Re: La nuit des fées. | » Privé à Ambre.   Dim 21 Mar - 19:11

    Le clair de lune inondait les collines, projetant des ombres noirs dans la quiétude de la forêt. . La lumière faiblarde des étoiles luttait contre l’oublie. La lune, aujourd’hui pleine, ne leurs faisait pas de cadeau. C’était la loi de la forêt. Le vent bataillait contre les feuilles tourbillonnantes, son seul ennemi. Les branches des arbres se battaient, telle des épées prêtes à donner le coup de grâce à l’autre. Quelques lucioles dansaient, éclairant la neige qui n’avait pas encore fondu. Le bruit sourd de l’eau fondu dégoulinant sur la terre humide était le seul de la forêt. Pourtant, une ombre se détacha du paysage, se frayant un passage entre les arbres. Aucun son ne s’échappait de ses pas. On ne pouvait pas reconnaître la couleur de son pelage, juste ses yeux d’un ambre foncé percés l’obscurité.

    La mystérieuse ombre apparu enfin sous la lumière de la lune. On y reconnut Etoile d’Ambre. Elle avait une mine affreuse, le visage crispé sous la colère, le nez froncé par la frustration. Les chats de son clan avaient eu le temps de s’habituer à sa nouvelle image, mais pas la forêt. Sous ses pattes, les branches étaient brisées silencieusement et les feuilles volaient autour d’elle. Depuis le couché du jour elle avait marché sans but précis. Elle faisait des zigzags sur son chemin, comme une chatte inconsciente. C’était celle en effet. Elle était inconsciente, méconnaissable. Sous cette frustration, on sentait une souffrance profonde. Des abandons, des assassinats.

    Les pas de la jeune chatte la menèrent à la forêt pétrifiée. Les arbres qui l’entouraient été mort. C’était comme si l’humeur de la chatte s’était reflétée sur son environnement. Un vague sourire illumina son visage autrefois très beau. Cet endroit qui l’avait terrifié chaton lui sembla bien plus sympathique maintenant.
    Au loin, elle vit une chatte étrange. L’obscurité l’empêchait de voir qui c’était, mais son odeur affirmait que c’était une chatte de clan. La chatte au pelage blanc continua à avancer vers la guerrière, curieuse. Elle laissa échapper un soupire de soulagement quand elle reconnut l’odeur du clan du Lion. Ce n’était pas un membre de son clan, elle n’aurait pas expliqué sa présence. Ses pattes la guidaient maintenant, et elles l’entraînaient vers la guerrière du Lion. Elle se tenait plus qu’à quelques queues de renard d’elle maintenant. Enfin, elle reconnut son fumé. C’était Gloire Passée. Une valeureuse guerrière qui avait vécu la même expérience qu’elle, mais plus tôt.

    Bien qu’elle était sur de l’identité de la chatte, elle l’appela d’un voie clair, mais pleine de frustration.


    Gloire Passée ?

    Etoile d’Ambre ne bougeait plus maintenant. Elle attendait que la chatte réponde, sans jamais dissimuler son humeur, sa nouvelle personnalité…

__________________________________


TELL me not, Sweet,
I am unkind,That from the nunnery
Of thy chaste breast and quiet mind
To war and arms I fly.
TRUE, a new mistress now I chase,
The first foe in the field;
And with a stronger faith embrace
A sword, a horse, a shield.
YET this inconstancy is such
As thou too shalt adore;
I could not love thee, Dear, so much,
Loved I not Honour more.

✪ Clic !

Merci Mon Pillon ! <3:
 

Mon amour ! <3 Je t'aime ! Mon Pillon aussi !!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerredesclans.forum-actif.net
Invité
Invité




MessageSujet: Re: La nuit des fées. | » Privé à Ambre.   Lun 22 Mar - 18:15

    Gloire Passée observa la meneuse qui se dirigeait vers elle. C’était une chatte de bonne taille, avec un sublime pelage d’un blanc immaculé. La lune qui l’enveloppait dans son halo l’auréolait d’une délicate aura exsangue, à l’opposé même de celle qui semblait poursuivre la pauvre âme. Les prunelles mordorées de Gloire Passée scrutèrent longuement le visage de la meneuse. Elle avait changé. Ce n’était plus la calme Chef à laquelle la forêt était habituée. Non, plus du tout, songea sinistrement Gloire Passée. Ce n’était plus qu’une enveloppe lasse, emplie de doutes, de douleur et de tristesse. Un sourire amer étira les lèvres de la chatte tigrée ; elle comprenait mieux que personne la pauvre chatte. Son nom n’était-il pas témoin de la peine qu’elle avait elle-même endurée ? Enfin, Gloire Passée s’intéressa à la voix d’Etoile d’Ambre, l’analysant sous toutes les coutures. Un ton apparemment neutre, clair, mais empli d’une frustration et d’une colère vibrante. Il y eut un silence. Puis la tigrée répondit, lâchant quelques mots d’une voix un brin rauque.

      « Etoile d’Ambre. C'est pour moi un honneur que de savoir que tu te souviens de mon nom ... »

    Un roman, pour la belle femelle. Elle qui accordait à peine quatre mots à son propre meneur ! Mais au plus profond de ses entrailles, Gloire Passée sentait le respect qui tambourinait entre ses côtes. Oui, elle admirait Etoile d’Ambre, bien que ce ne soit pas le leader de son Clan. Elle éprouvait le même sentiment envers les autres chefs, mais la guerrière blanche avait un regard ... étrange. Face à ses prunelles, Gloire Passée avait une folle envie de baisser les yeux, comme un chaton pris en faute. Pourtant, elle persistait à regarder la femelle blanche droit dans les yeux, consciente que cela pouvait à la fois sembler insolent et déférent. Tout dépendait de l’humeur de la jolie femelle, et tout laisser à penser qu’elle n’était pas dans une bonne phase. Il y avait déjà sa voix vibrante de fureur et de frustration, puis venaient ses yeux. Deux puits d’une colère étrange, mêlée à de la douleur et ... à de l’impuissance. Enfin, il y avait la tenue de la guerrière. Elle semblait tendue, sa queue battait l’air et elle ne paraissait pas désireuse de cacher son énervement. Super. Non contente de rompre son silence, Etoile d’Ambre avait maintenant dans l’idée de lui ruiner un peu plus le moral. Gloire Passée retint un sourire ironique, consciente que la chatte n’apprécierait pas. Mais elle reprit bien vite son sérieux, observant à nouveau la meneuse. Pourtant, elle était sûre que, quelques lunes auparavant ... En quelques lunes, la jolie femelle blanche semblait avoir énormément changé. Cela faisait longtemps que Gloire Passée ne l’avait pas vue – appréciant peu la foule, la tigrée évitait du mieux qu’elle pouvait les assemblées – mais elle était sûre que jamais elle n’avait eut sous les yeux cette chatte brisée.

      « Qui t’a fait ça, Etoile d’Ambre ? » murmura-t-elle.

    Les mots avaient franchis seuls la barrière de ses lèvres. Oui, qui lui avait fait ça !? Qui donc pouvait prétendre au droit de briser ainsi une meneuse !?
Revenir en haut Aller en bas

Mon identité.
Relationship :
Rozenwyn
Chat Solitaire



Féminin
● Nombre de messages : 2465
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/04/2009
● Age : 21
● Mentor/Apprenti(e) : //

MessageSujet: Re: La nuit des fées. | » Privé à Ambre.   Sam 10 Avr - 8:37

    I Désolé du retard. J’ai vraiment eu du mal a faire des lignes sur ce coup la ! >.< I

    Etoile d'Ambre sentit le regard de la guerrière du clan du Lion sur elle. Mais au lieu de l'éviter, comme elle l'aurait fait quelques lunes plus tôt, elle soutint son regard. Ses yeux étaient magnifiques, mais ce n'était pas ça qui força la jeune chef à plonger dans les yeux de sa rivale. C'était pour puiser la souffrance qu'elle avait endurée. Plus tôt, bien avant elle, Gloire Passée avait vécu la même expérience. Pourtant, elle était la. La belle meneuse se demanda comment était la vie pour elle. Si l'existence lui était aussi pénible. Etoile d'Ambre voulait s'ôter la vie. Ca serai mieux pour tout le monde : Les chats de son clan qui allait devoir supporter son masochisme, Etoile de Fumée qui va retrouver une chatte infréquentable comme aimée, et enfin pour elle même. Elle n'aurait plus mal, plus jamais elle aurait à souffrir. Elle ne se forcerait plus à garder une image normale d'elle devant les autres. Elle se sentirait mieux, beaucoup mieux. Malheureusement, une chose la maintenait vivante: ses enfants. Ses petits amours, qu'elle ne pouvait laissé seul, sans mère, même si c'était la pire qui soit.
    Néanmoins, un vague regret envahit Etoile d’Ambre. Son état était donc si visible que ça ? Tous les chats avaient l’air de le remarquer, malgré tous les efforts qu’elle avait fait pour paraître normal. Elle n’allait pas tenir longtemps dans cet équilibre instable. Un jour, elle tombera d’un coté ou de l’autre. Dans la face obscure, ou dans ses beaux jours. Elle savait déjà comment ça allait finir. Elle n’aurait pas de Happy end. Ce sera une terrible fin, comme son début.
    Son regard toujours plongé dans celui de Gloire Passée, elle reprit enfin ses esprits. Elle n’avait pas l’air de s‘être absenté longtemps à moins que la jeune guerrière eut été très patiente.


    Les désirs violents ont des fins violentes. Dans leurs excès, ils meurent, tels le feu et la poudre.

    Etoile d’Ambre était encore une fois ailleurs, et elle avait songé en parole. Quand elle s’aperçut de son erreur, elle n’essaya pas de la rattraper toute fois. Les mots lui venaient tout seul maintenant. C'était son coeur qui parlait a ca place. C'était la seule personne a qui elle allait tout dire.

    La mort. Comme toujours, la mort est la coupable Gloire Passée. Jamais au grand jamais il faut l’approcher. Si tu t’avances trop, tu es détruit. Mais tu n’as pas besoin de moi pour savoir ça, pas vrai Gloire Passée ?

    Elle avait escompter couper court la conversation sur elle. Chacune de ses paroles lui avaient transpercé le cœur…

__________________________________


TELL me not, Sweet,
I am unkind,That from the nunnery
Of thy chaste breast and quiet mind
To war and arms I fly.
TRUE, a new mistress now I chase,
The first foe in the field;
And with a stronger faith embrace
A sword, a horse, a shield.
YET this inconstancy is such
As thou too shalt adore;
I could not love thee, Dear, so much,
Loved I not Honour more.

✪ Clic !

Merci Mon Pillon ! <3:
 

Mon amour ! <3 Je t'aime ! Mon Pillon aussi !!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-guerredesclans.forum-actif.net
Invité
Invité




MessageSujet: Re: La nuit des fées. | » Privé à Ambre.   Dim 25 Avr - 10:32

    Pendant un petit instant, Etoile d’Ambre sembla absente, perdue dans ses pensées. Sans bouger, gardant le silence, Gloire Passée soutint son regard, comprenant peu à peu ce qu’elle y lisait. Semblables. Elles étaient semblables. Toutes deux ombres d’elles-mêmes, âmes déchues et esseulés parmi les autres esprits. Dans n’importe quel compte de fée, il aurait été sûr que tôt ou tard, elles trouveraient toutes deux un prince charmant pour les relever, même si Etoile de Fumée remplissait déjà ce rôle pour Etoile d’Ambre. Dans n’importe quel compte de fée. Or, la vie n’est jamais aussi simple qu’un conte inventé par les caprices de je ne sais quel écrivain. Comme cela aurait été beau de pouvoir mordre dans une pomme rouge à souhait puis s’effondrer, ne se réveiller que lorsque quelqu’un serait là pour vous ! Les lèvres de Gloire Passée esquissèrent un sourire amer lorsque la chatte blanche reprit la parole. Oh comme elle le savait, que les désirs les plus ardents avaient les fins les plus inattendues. Et les plus douloureuses. Plume Volante ... L’image du chat tigré s’imposa d’elle-même dans l’esprit torturé de la jeune guerrière. Elle se rappelait très bien de l’amour passionné qui la dévorait de l’intérieur, ce même amour qui avait ruiné leur relation. Et comme toujours, avec l’image de son mentor et père adoptif revint les regrets. Celui d’avoir tout déballé comme ça. Celui de ne pas avoir cherché à se réconcilier avec lui. Celui de l’avoir laissé partir sans s’être excusée. La chatte blanche reprit la parole, s’expliquant sur la mort. Ajoutant que la tigrée n’avait pas besoin qu’on lui explique. Lentement, un amer sentiment d’impuissance s’immisça en elle. Prégnant. Brisant. Elle ne pouvait rien faire pour Etoile d’Ambre. Si ce n’est l’écouter.
    Et lui parler.

    « Je sais, Etoile d’Ambre. Je sais. Ne vois pas là quelque fausse compassion de ma part, suivie d’un oubli immédiat ; je sais combien c’est dur. Cette impression de voir le monde s’écrouler autour de toi, comme une pièce de théâtre spécialement étudiée pour te blesser. Cette détresse qui te pèse du le cœur et la gorge, lourde et entêtante. Cette envie de dormir pour ne se réveiller que lorsque tout sera fini, et à la fois cette peur d’ouvrir les yeux et de voir qu’on ne t’a pas attendue. Que le monde a continué sans toi. Que tu n’es rien d’autre qu’une carcasse vide, déposée quelque part puis oubliée. Non. Toi tu voudrais t’endormir, et te réveiller avec quelqu’un à côté de toi. Quelqu’un pour t’écouter, te parler, te rassurer. Mais non. Tu tentes de faire bonne figure. Aux regards condescendants qu’on pose sur toi, tu sais que tu n’y arrives pas. Mais d’ici une lune, ils auront oublié. Quand l’obscurité t’es interdite, choisis la lumière ; on t’accordera un regard, on te consolera, puis on t’oubliera. Et à ce moment là, tu comprendras que ce n’est pas ce que tu veux. Que toi, tu n’aimerais que savoir ce que tu dois faire. Savoir comment sortir de tout cela. Comment cesser de souffrir. Tu as mal. Tu as mal et tu voudrais crier. Tu as mal et tu restes muette. Tu grimaces, tu pleures, mais tu reste muette. Pour ne pas perdre pied. Pour ne pas que tous ces inconnus s’intéressent à toi. Tu voudrais juste qu’on te laisse seule, qu’on t’accorde le droit de pleurer ... »

    La voix de la guerrière se brisa sur la fin. Elle ne savait plus. Etait-ce à Etoile d’Ambre qu’elle parlait ou bien à elle-même ? Pourquoi sa voix, rendue rauque par son habituel mutisme, avait-elle franchi la barrière de ses lèvres ? Pourquoi avait-elle ainsi parlé, ouvrant son cœur à une chatte qu’elle ne voyait jusque là que comme une meneuse adverse ?
    La réponse s’imposa d’elle-même, comme une évidence. Ecrasante de simplicité.

    Parce qu’elle comprenait.

    [ Comme je comprends ma pauvre Gloire (rire amer). ]
Revenir en haut Aller en bas
 

La nuit des fées. | » Privé à Ambre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Terres Libres & Etoiles-