« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Premier entrainement [Nuage de Minuit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Premier entrainement [Nuage de Minuit]   Dim 27 Mar - 13:49

    ♣. Premier entrainement
    Pv Nuage de Minuit


    ♦. Il avait plu toute la nuit, puis le ciel s'était dégagé laissant apparaître le disque doré, nous offrant une belle matinée de printemps commençant. Une petite brise fraiche jouait dans mes moustaches. Tout semblait calme et paisible... J'entendais le faible murmure des ronflements et ronronnements de mes camarades, et la mélodie de l'eau du ruisseau glissant sur les pierres. C'était un temps parfait pour s'entrainer.
    Je m'étirais longuement, les membres ankylosés par la pluie fine d'hier soir. Je tentais de me débarrasser des gouttelettes humides perlant sur mon pelage et commençait ma toilette. Je léchais vigoureusement ma patte encore meurtris par les dernières saison : la guerre, ma chute dans un éboulis de pierres... Tout cela me semblait si lointain et si proche, et pourtant, la douleur était toujours là ! Je dépeçais soigneusement une souris qu'on avait déposé tôt ce matin devant ma litière, et embrassait d'un regard la tanière. Quelques uns étaient partis en patrouille, mais un grand nombre dormait encore.

    ♦. Je sortais de l'antre avec précaution, contournant doucement les litières, marchant à pas feutrés, mes moustaches frôlant le flanc de mes camarades. Quand je fus enfin dehors, mon premier réflexe fut de constater que Nuage de Minuit dormait encore. Je lui avais déjà montré une grande partie des territoires et lui avait enseigné les plantes dangereuses, les ennemis des chats et les odeurs. Ne restait plus que la chasse, le combat et si le petit se montrait doué, les légendes et histoires du Clan - et je savais à quel point il s'y intéressait !

    " Nuage de Minuit, murmurais-je lentement avec douceur, on va commencer ta première leçon de chasse. "

    ♦. Je passais un petit coup de langue sur son front. J'aimais les boules de poils, et je me demandais encore comment je ferais pour n'être pas indulgente... Il était semblait si jeune, si innocent. Et je n'étais pas un de ces mentors bourrus et sévères comme ceux d'aujourd'hui. On n'apprend pas à un apprenti à se battre ou à chasser par la violence... même si cela ne paraissait pas très évident pour tout le monde.
    J'aurais temps aimé être guérisseuse, et tout le monde le savait. Mais le Clan des Étoiles m'avait choisis un autre destin, et je tenais à respecter leur choix.... pourtant, me battre, faire couler le sang des chats des autres Clans me paraissaient tellement stupides. Pourquoi se battre pour trois souris ou juste un bout de territoire ? Cela rimait-il a quelque chose au fond ?

    ♦. Je me suis rendu compte que j'étais toujours là, planté au dessus de Nuage de Minuit, les yeux dans le vague. J'ajoutais d'une voix douce, comme une mère parlant à son chaton :

    " Tiens, je t'es apportais les restes de ma souris, mange un morceau et rejoins-moi dehors une fois que tu as finis. Il faut que tu sois en pleines forme aujourd'hui. Le gibier sera abondant, c'est le début des feuilles nouvelles. "

    ♦. Je soupirais et sortais tranquillement de la tanière pour lui donnait le temps de se réveiller, de manger un morceau que je lui avais apporté et de faire sa toilette. Comme je l'avais craint, une petite averse commença et je me réfugier sous les larges feuilles d'un buisson. J'espérais que le temps soit plus clément avant de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Premier entrainement [Nuage de Minuit]   Dim 27 Mar - 23:13

Premier entraînement [Chimère Argentée]



Soleil Couché
Nuages Déchirés
Lune Tardive : Ce ciel de crépuscule
N’est-il pas tout à fait moi?
-Takubsku Ishikawa -



Sous les gouttes de pluie

    Je dormais profondément dans le monde du néant. Quelle douce sensation de tranquillité. Telle une fleur tardive, je me reposais calmement. Aucunes horreurs immondes n’avaient déferlées dans mon esprit endormi. Tout était calme, tranquille, paisible. Je me sentais parfaitement bien dans ma litière de mousse. Je me sentais léger et serein. Dès que j’avais terminé de raconter mon conte à mon Amie du Soir, je m’étais endormi sur le champ, dès que ma couche avait apparu dans mon champ de vision, un peu embrouillé par ma fatigue. Maintenant, je me retournais, sourire aux lèvres, dans ma litière. Je me lovai un peu plus dans la douce chaleur que me procurait mon lit douillet.

    Puis, sans crier gare, une fine gouttelette d’eau me tomba sur le museau. Vite suivie d’une autre, puis d’une autre. Maintenant que quelque chose avait troublé mon sommeil, je redressais vivement la tête et regarda le plafond de la tanière. L’herbe était humide, des gouttes d’eau coulaient abondamment sur le sol. Je respirai bruyamment l’air. Il avait sûrement dû pleuvoir dans la soirée, après que je me suis couché. L’atmosphère était humide et brumeux. Je soupirais, puis me recroquevillais de nouveau dans ma litière. Respirant une grande bouffée d’air frais, je refermais les yeux.
    J’allais m’engouffrer de nouveau dans l’au-delà des sommeilles sans rêves, mais une voix, toute petite pour mon esprit, me parvint dans mes oreilles. Douce et chaleureuse, elle tintait dans mes tympans, telle une mélodieuse musique.

    - Nuage de Minuit, murmura une voix dans mes oreilles, on va commencer ta première leçon de chasse

    J’ouvris lentement des yeux et découvris le petit visage circulaire de ma très chère mentor : Chimère Argentée. Elle était reconnue pour sa douceur et son cœur pur, mais aussi pour sa fidélité et son courage lors des farouches combats. En bref, elle était l’une des plus vaillantes guerrières que je connaissais. Elle se pencha sur ma tête carrée et y déposa un petit coup de langue affectueux. Avec joie, je penchais légèrement la tête, accueillant avec un sourire énigmatique sur les lèvres, la douce tendresse que m’affectionnait ma mentor.


Âme d'une mère, Douce Chimère

    Vous savez certainement, mais j’adore mon mentor chéri. Elle est comme une deuxième mère pour moi. Elle m’a donné tout l’amour dont j’avais eu besoin quand je m’étais fait baptiser. Ah! Je me rappelle de la manière dont elle m’avait louvé de son regard doré. Je voyais en elle une mère forte et puissante, mais aussi tendre et aimante. Elle était mon guide dans les moments difficiles, mon enrichissement, lorsque j’avais envie dans savoir plus sur les histories de notre monde. Elle était tout ça à la fois. J’avais eu de la chance de tomber sur une telle personne, dont l’état d’esprit était juste et bon.


On peut y aller!

    Puis, elle me regarda de nouveau, et rajouta de sa voix douce :

    - Tiens, je t'es apportais les restes de ma souris, mange un morceau et rejoins-moi dehors une fois que tu as finis. Il faut que tu sois en pleines forme aujourd'hui. Le gibier sera abondant, c'est le début des feuilles nouvelles.

    Puis, dans un soupir, elle sortit de la tanière, me laissant, moi et le reste de la proie. Je fixais le cadavre à moitié mangé de la souris, et la mangea goulument, affamé. Je ne voulant pas faire attendre Chimère Argentée. Aussitôt mon repas terminé, les os ensevelis sous la terre et ma toilette matinale terminé, je partis précipitamment vers l’entré de la tanière des apprentis et partis à la recherche de ma mentor. Le ciel était légèrement obscur. Il pleuvait à petite goutte dehors. Frissonnant un peu de froid, je cherchais Chimère Argentée du regard et la vit bientôt, sous de larges feuilles. Elle était assise, queue enroulée autour des pattes avant, et elle attendait. Je me dirigeai vers elle, et dans un sourire rempli de jeunesse, je lui miaulai, tout content :

    - On peut y aller. J’ai hâte de commencer!
    Même la pluie n’effaçait pas mon radieux sourire d’enfant innocent.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Premier entrainement [Nuage de Minuit]   Mar 29 Mar - 19:15

    ♣. Au grand jour, l'imagination pâlit
    Robert Choquette


    ♦. Je reconnus tout de suite cette façon de marcher, ces yeux brillants comme deux étoiles sur la voûte céleste, ce pelage aussi sombre qu'une nuit d'hiver et l'odeur de la forêt qui l'embaumait. L'apprenti passa un dernier coup de langue sur ses babines, il avait donc finit la souris. Il ferait un bon guerrier, un très bon guerrier plus tard, peut-être même le meilleur... mais il faudrait aussi commencer à apprendre la chasse avant de se reposer sur ses lauriers !
    L'apprenti était au centre du campement, il me cherchait sûrement. J'allais l'appeler mais son regard se posa sur moi et il s'approcha, l'air excité et déterminé, un rictus joyeux sur son visage couvert de gouttes de pluies.

    " On peut y aller. J’ai hâte de commencer! "

    ♦. Je lui assener une pichenette du bout de la queue pour acquiescer. Mon premier réflexe fut de sortir la tête des larges feuilles sous lesquelles je m'étais abritée, mais le temps ne semblaient pas s'améliorer. Les nuages gris assombrissaient le ciel, qui me semblait maussade, triste, comme s'il pouvait être animer d'une once de vie. Mais il restait figé, inlassablement, comme un arbre meurtris par l'âge et l'usure du temps.

    ♦. Comme le temps n'était pas clément et qu'à chaque minute de perdu, j'en pénalisais Nuage de Minuit, je fis signe à l'apprenti du bout de la queue de me suivre. Je traversais lentement le camp, les pattes s'enfonçant dans la boue qui en couvrait le sol. Une fois à la sortie du Campement, je m'ébrouais vigoureusement pour me chasser de l'eau et de la boue qui s'était incrusté dans mon pelage et commençait à descendre la pente douce qui menait au cœur de la forêt.
    J'avançais à un bon rythme. Ni trop lentement, pour ne pas m'endormir ou m'enfoncer les pattes dans la boue ; Ni trop vite, pour ne pas trop me fatigué ou me blesser à cause du sol dangereux, glissant et boueux.

    ♦. J'apercevais la Petite Marre derrière les feuilles des fougères, si fine, si molles et si imprégner d'eau qu'elles semblaient tendre leurs bras jusqu'au sol misérablement. Une odeur fétide assaillit mes narines, les relents des marais me donnèrent un haut de cœur, si bien qu'elle camouflait presque l'odeur du gibier.
    Je me tournais vers l'apprenti et commençait d'une voix rassurante et encourageante :

    " Bien. Comme tu le vois, l'odeur de l'humidité, de la pluie ainsi que les relents des marais camouflent toute autre odeur à plus d'une dizaine longueur de queues de renard. Cependant, ce n'est pas une simple averse qui devra nuire à ton devoir envers ton clan. "

    ♦. Je fixais ses petites prunelles, un air sérieux mais aussi inquiet. S'il se blessait ? S'il trébuchait ou s'il tombait dans la marre ? S'il se perdait ? J'essayais de dissimuler mon inquiétude. Après tout, il avait commençai sa formation depuis trois lunes, et il se débrouillait plutôt bien. Même s'il pouvait se montrer parfois imprévisible, il restait un bon élève, sérieux et motivé, pas trop ambitieux : l'apprenti presque parfait.

    " Pour cela, il faut tenter de sentir les vibrations que peut faire une proie qui court, des couinements, des excréments, des traces de dents ou de griffes dans l'écorce d'un arbre et même les restes d'une châtaigne, d'une racine... "

    ♦. L'apprenti semblait tellement excité que j'étais presque sûre qu'une fois mon signal donné, il reprendrait cet air sérieux de bon élève et trouverait vite une proie. J'enchaînais :

    " Mais avant, tu vas devoir apprendre quelques informations avant : les souris sentent les vibrations, tu devras marchés à pas feutrés, discrètement, comme lors des patrouilles, tu te souviens ? Les écureuils, eux, sont vifs et rapides, prends-les par surprise, c'est le seul moyen ! Après avoir attraper ta proie, assène lui un coup de griffes ou mords le dans la nuque, puis enterre la à l'abri de la pluie. Ensuite, les points d'eau tel que la Petite Marre, sont très abondants puisqu'ils faut bien que les proies s'abreuve. C'est partit ! Je vais chasser dans le coin si tu me cherche. Ont se retrouve ici pour Midi pour approfondir tes positions ! En attendant, fais de ton mieux ! "

    ♦. J'attendais de voir l'apprenti détaler derrière un taillis, rester là un moment puis m'élancer dans al direction opposer à la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Premier entrainement [Nuage de Minuit]   Sam 2 Avr - 1:40

Chemin pluvieux

    Je trottinais docilement derrière mon mentor. Nous filâmes à travers les bois et sous le torrent de pluie qui s’abattît sur nos têtes déjà trempées. Je levais mon regard d’or vers le ciel déchaîné, fixant l’immense voile gris qui surplombait le firmament. J’étais assez triste tout de même. Cette fabuleuse partie de chasse allait se révéler plutôt déplaisante vu la pluie qui ne cessait de se déverser sur nous. J’aurais beaucoup mieux aimé débusquer des proies pendant une douce journée ensoleillé où le vent nous produisait une légère brise bien accueillante et apaisante. Tandis que maintenant, je me retrouvais totalement trempé, de la tête à la queue, j’étais transi de froid et la boue me collait à la peau. À cette pensée, je m’arrêtai brièvement, m’ébroua vigoureusement pour enlever toute cette crasse sur mon fin pelage obsidienne, puis repartis, suivant Chimère Argentée. Cette pluie n’allait donc jamais cesser? Les gouttes semblaient tombées sur terre depuis un puits inépuisable.



Fatigue éphémère.
Quand arriverons-nous?


    J’étais épuisé. Je faiblissais considérablement. Je ralentissais vivement ma course aux côté de ma professeure. Cette ascension semblait ne jamais se terminer. Pourtant, nous nous rendions à la Petite Mare. Ce n’était pas si loin que ça. Mais aujourd’hui, il me semblait que le chemin était plus long et épuisant. C’était sûrement dû l’infatigable averse qui n’avait cessé de s’abattre sur la paisible forêt de nous, chats sauvages. Le sol devenait visiblement plus moue et boueux, ce qui compliquait légèrement notre traversée dans les bois. Nos pas s’enfonçaient dans la boue, aussitôt après avoir posé la patte dessus. En plus de ça, il y avait bien entendu la pluie. Cette fatigable pluie. Elle nous trempait, mon mentor et moi, et nos pelages s’alourdissaient au fur et à mesure qu’ils absorbaient cette eau descendue des cieux grisâtres. Ce qui, évidemment, nous ralentissait encore plus qu’à l’accoutume. Je jetais un furtif coup d’œil en direction de Chimère Argentée. Elle haletait bruyamment et sa course perdait de la vitesse. Cette courageuse et vaillante guerrière était, elle aussi, épuisée. J’accélérais légèrement, m’approchant de la grande chatte avant de lui tapoter l’épaule avec ma queue. * Courage. Encore un petit effort. * pensais-je en poursuivant mon chemin, à la hauteur de Chimère Argentée.



Petit moment de répit

    Finalement, nous arrivâmes à bon port, sans os cassé ou évanouissement de fatigue. Épuisés et trempés jusqu’à la moelle, nous reprenons petit à petit notre souffle, nous assoyant côte à côte. Cette ascension avait été l’une des plus difficiles que j’avais entrepris depuis que j’étais devenu apprenti. En tout cas, ce n’était pas à tous les jours qu’on devait braver la tempête pour une simple partie de chasse. Après un fort répit bien mérité, mon mentor se tourna vers moi. Je la regardais sérieusement. Bon, plis d’enfantillage, c’était le moment sérieux de mon entraînement maintenant.

    - Bien. Comme tu le vois, l'odeur de l'humidité, de la pluie ainsi que les relents des marais camouflent toute autre odeur à plus d'une dizaine longueur de queues de renard. Cependant, ce n'est pas une simple averse qui devra nuire à ton devoir envers ton clan.

    Elle marqua une petite pause, me scrutant de ses iris, agités par l’inquiétude. Aussitôt, je lui souris, la rassurant, puis elle poursuivit de sa voix douce :

    - Pour cela, il faut tenter de sentir les vibrations que peut faire une proie qui court, des couinements, des excréments, des traces de dents ou de griffes dans l'écorce d'un arbre et même les restes d'une châtaigne, d'une racine...
    Je tremblais d’excitation. Je me disais que, dès qu’elle me permettra de disposer, je partirais aussitôt aller chasser mes proies, à moi!

    - Mais avant, tu vas devoir apprendre quelques informations avant : les souris sentent les vibrations, tu devras marchés à pas feutrés, discrètement, comme lors des patrouilles, tu te souviens ? Les écureuils, eux, sont vifs et rapides, prends-les par surprise, c'est le seul moyen ! Après avoir attrapé ta proie, assène-lui un coup de griffes ou mords le dans la nuque, puis enterre la à l'abri de la pluie. Ensuite, les points d'eau telle que la Petite Marre, sont très abondants puisqu’il faut bien que les proies s’abreuvent. C'est partit ! Je vais chasser dans le coin si tu me cherche. Ont se retrouve ici pour Midi pour approfondir tes positions ! En attendant, fais de ton mieux !
    Après son long discours, je me levais précipitamment, et filai dans les bois, à la recherche de rongeurs ou d’oiseau, bien appétissants.


Dernière édition par Nuage de Minuit le Mer 6 Avr - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Premier entrainement [Nuage de Minuit]   Dim 3 Avr - 13:27

    ♣. Chasser pour sa survie, c'est ne pas faire de prisonnier.


    ♦. Je m'engouffrais dans un buisson d'aubépines juste derrière moi. Il me semblait voir deux petites lueurs bleus brillaient dans le pénombre d'un massif où les bourgeons tardaient à éclore. Je m'arrêter une seconde, une odeur douce flottant dans mes narines. J'entraperçus une petite silhouette, fine et agile.
    Mais cela ne pouvait pas être Nuage de Minuit, il était parti dans l'autre sens et n'avait pas les yeux bleus. Il avait aussi une silhouette légèrement plus gracieuse. Je me retournais, pour m'assurer qu'il n'y avait plus personne et posait mes prunelles à l'endroit où j'avais aperçus ce regard glaçant et triste, mais il n'y avait personne. Je m'avançais lentement, le museau en l'air. Ce parfum étrange de fleurs et d'herbe fraîche avait disparus.

    Finalement, je prenais cette vision comme le simple fruit de mon imagination. Après tout, Nuage de Minuit et moi avions eu un dur parcours à faire jusqu'à la petite marre. Je sentais encore mes pattes engourdis, et mes muscles tendus et près à craquer. Ma respiration était encore rapide et mon cœur battait la chamade. Tout m'avait sembler pourtant si vrai, mais cette silhouette n'appartenait sûrement pas au Clan du Tigre, ou du moins, trop ancienne pour que je m'en souvienne.

    J'étais en train d'attraper une petite souris, qui fouillait la terre afin de grignoter des racines, quand je sentis une fragrance familière. Cette fois j'étais bien sûr de ne pas rêver. D'ailleurs, on avait espionner Nuage de Minuit et moi depuis le début, maintenant j'en étais sûr. Il ne s'agissait pas d'un chat de Clan, c'était sûr, mais pourtant, j'avais vraiment cette impression de déjà vu.
    Je faisais comme si je ne l'avais absolument pas aperçus et me tapissais dans un talus de fougère. La souris remonta sa tête à la surface, flairant toute trace de danger. Je tressaillis. Et si elle sentait l'odeur de l'espion ? Après tout, moi-même je l'avais repérer dès les premiers instants ! La souris ne sembla pas le remarquer. Finalement, "l'espion" était-il réel ? Je bondissais sur la proie avec acharnement et la griffa d'un mouvement sec. Oui, j'étais en colère ! Si j'attrapais ce fichus matou, je lui ferais la peau, ça, c'est sur !

    Midi approchait, j'avais attraper trois souris et un mulot. Je les enterrais et allais chercher Nuage de Minuit à toute vitesse. L'apprenti venait tout juste d'attraper une prise. Je prenais bien soin de faire assez de bruit pour ne pas le surprendre. Il dû certainement me voir approcher, puisqu'il se retourna, l'air satisfait.

    " Nuage de Minuit, c'est urgent, j'ai àe parler, je regardais autour de nous mais n'apercevais pas la trace du matou, je pense que nous sommes espionner. Non, pas par un chat de Clan, mais par un vagabond, ou de je ne sais qu'elle autre espèce. Suis-moi. "

    Je retournais à mon lieu de chasse. Les proies étaient bien enterrer sous l'arbre, le sentier boueux avait laisser les traces de mes pattes dans la boue. J'aperçus le massif ombragé où s'était tenu là ce regard triste et glaçant. Je chassais les gouttes d'eau sur mon pelage et flairais. Aucune odeur, juste de la boue, des bourgeons. Pas même une trace de patte ou une moustache de ce foutu espion !

    " J'étais sûre qu'il était là ! Je l'ai vu ! Il est plus petit que toi, fin, agile et avait des yeux bleus étincelants ! Il me regardait avec tristesse ! J'en suis persuadais ! " m'énervais-je en essayant de ne pas crier.

    Je me retournais vers Nuage de Minuit, l'air confus et désolé. Avais-je vraiment et réellement aperçus ce chat ? Quoi qu'il en soit, nous n'étions pas venus pour ça... Je soupirais :

    " Bon.. Nous allons déterrer tes proies. Emmène-moi à l'endroit où elles se trouvent. Nous réglerons cette histoire d'espion, si je ne suis pas folle, une autre fois... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Premier entrainement [Nuage de Minuit]   Mer 6 Avr - 18:51

P remière Prise

    Je trottinais en silence dans l’étendu de la Petite Mare. Écoutant avec intérêt chaque petit bruit susceptible, chaque mouvement derrière un buisson, je reniflais l’air avec avidité. Rien. Exténué de ne toujours rien trouver, sous cette incessante pluie, je continuais mon chemin sur les lieux boueux. En bien, Chimère Argentée à bien choisis le moment pour notre entraînement! Je poursuivais ma route entre les minuscules cours d’eau, quand je sentis une vague odeur de rat d’eau. Je jubilais à l’idée de dénicher mon premier rat d’eau et, sous l’élan de gaieté, je filais dans la boue. Si ce rongeur était venu par ici un peu plus tôt, j’étais certain de le rattraper en vitesse. Pour ne pas ralentir ma course sur ce chemin moue, je me contentais de sauter agilement. Ainsi, mes pattes s’enfonceront moins.


L a Traque


    Cela faisait maintenant un bon moment que je suivais l’odeur du rat d’eau, sans toutefois, dénicher ce fichu rongeur des marais. Je commençais à perdre vraiment espoir. Si je ne trouvais pas cette proie, j’aurais perdu énormément de temps pour…rien. Épuisé, je continuais ma route en traînant des pieds, la truffe toujours pointée vers le sol. * Le rat d’eau vient de passer par ici. Sa trace est encore toute fraîche. * pensais-je, une lueur nouvelle brillant dans mes pupilles dorées. Cette fois, j’accélérais l’allure à bon train, suivant ma proie avec énergie. Elle était tout proche. Je le sentais nettement. * Allez, où te caches-tu petit rat? * dis-je mentalement en fouillant du regard les frêles taillis de feuilles qui se faisaient rare en cet endroit humide.
    Soudain, j’aperçu un furtif mouvement venant à ma droite. Vivement, je tournais la tête et reniflais les alentours. L’odeur qui rentra dans mes narines me fit sourire de joie. C’était le fameux rat d’eau que je traquais depuis plusieurs minutes déjà!


L a Chasse

    Sans faire de bruit, je m’approchais de l’endroit où j’avais perçu le mouvement et vit le petit rongeur gris qui lapait l’eau légèrement brune d’une petite mare. Aussitôt, tous mes sens de chasseurs se mirent en alerter. Dans un geste souple, je me faufilais derrière ma proie et attendit le moment propice pour attaquer. Quand le rat d’eau se tourna dans ma direction, je sus qu’il avait flairé le danger. Et sans demander son reste, il détala, mais je fus le plus rapide à réagir. Sortant de ma cachette de fougères, je filais vers ma proie, bien décidé à l’attraper. Je plaquais le rongeur au sol avant d’abattre ma patte noire sur son frêle corps de rongeur qui tremblait de terreur. Sans plus ni moins, le rat d’eau rendit l’âme dans un sursaut de peur. Je fermais les yeux, priant pour que l’esprit de ce minuscule rongeur vogue dans les cieux, la paix dans l’âme. Même si j'étais prédateur, je devais remercié ce petit être de se sacrifier pour ma propre survie.


U n chasseur sachant chasser…

    J’étais très content de moi. Deux rats d’eau et un énorme mulot des prairies. Maintenant, je traquais une imprudente souris qui trottinait rapidement dans la Petite Mare à la recherche, elle aussi, de nourriture. * Elle sera facile à attraper* pensais-je sans quitter la souris immaculée de mon regard perçant. Dans l’innocence absolue, la petite proie blanche reniflait par-ci et par-là, débordant visiblement de curiosité. Devant l’insouciance même du petit être, je me désolais de devoir enlever sa vie. Mais, cela faisais partit de ma vie; tuer pour survivre, pour se nourrir, pour se défendre, pour se protéger…De toute façon, c’étais dans ma nature de chat sauvage de chasser, donc je ne devais avoir aucune pitié pour mes proies, aussi innocente qu’elle soit.
    La petite souris lança un petit "couic" aigue, ce qui me fit sursauter. Je remis immédiatement toute mon attention sur ma proie qui venait justement de découvrir une minuscule graine. * Ça va être à moi…* pensais-je, prêt à fondre rapidement sur la souris. Dès que ma proie commença à grignoter son léger repas, aussi vite que le vent, je fonçais sur elle, lui brisant, par le fait même, sa fragile colonne vertébrale.


D rôle d’hallucination!

    Le corps pendant de la souris entre mes mâchoires, je me dirigeai fièrement vers un petit bosquet, quand tout à coup, j’aperçus la fluide silhouette de mon mentor apparaître devant moi. Je lui lançai un large sourire béat, mais je me ravisais. Elle semblait inquiète et soucieuse.

    - Nuage de Minuit, c'est urgent, j'ai à te parler, je pense que nous sommes espionnés. Non, pas par un chat de Clan, mais par un vagabond, ou de je ne sais qu'elle autre espèce. Suis-moi.

    Inquiet devant ce regard si rare de Chimère Argentée, je la suivis, le cœur battant. Nous arrivâmes bien vite dans une petite clairière remplie de boue. Grâce à mes sens fragiles de chasseurs, je reconnus l’odeur alléchante de proies et l’odeur piquante du sang séché. C’était sûrement ici que Chimère Argentée avait chassée. Je crus au début qu’elle voulait que je l’aide avec ses proies, mais, à mon grand étonnement, elle se dirigeait vers un arbre aux branches pendantes qui touchaient timidement le sol glacé. Elle s’ébroua, et je fis de même, toujours en regardant mon mentor. Que voulait-elle bien me montrer? Puis, la grande guerrière tigrée releva sa petite truffe rose et reniflais l’air, à la recherche de quelque chose…ou de quelqu’un. Après plusieurs minutes, elle semblait en colère et énervée.

    - J'étais sûre qu'il était là ! Je l'ai vu ! Il est plus petit que toi, fin, agile et avait des yeux bleus étincelants ! Il me regardait avec tristesse ! J'en suis persuadais !
    Confus, je la fixais, des milliers de questions se reflétaient dans mon regard. Chimère Argentée se retourna vers moi. Elle me scrutait l’air aussi confus que moi. Je regardai derrière son épaule, essayant de trouver la source de son embarras ainsi que de ses soupçons. En ne voyant rien d’anormal, je me remis face à mon mentor qui soupirait.

    - Bon. Nous allons déterrer tes proies. Emmène-moi à l'endroit où elles se trouvent. Nous réglerons cette histoire d'espion, si je ne suis pas folle, une autre fois...
    Je ne dis rien. J’étais très inquiet. Est-ce que mon mentor devenait psychopathe? Non, c’était impossible. Chimère Argentée était l’une des guerrières les plus raisonnables du Clan. J’hochais de la tête, et la conduisit vers les petits trous que j’avais creusés pour cacher mes proies. Je pris les devant, mais je faisais bien attention pour ne pas aller trop vite. En même temps, je lançais de nombreux regards vers Chimère Argentée qui scrutait attentivement les alentours, à l’affut de…je ne sais trop quoi en faite.
Revenir en haut Aller en bas
 

Premier entrainement [Nuage de Minuit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Clan du Tigre-