« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le soleil possède la crinière dorée d'un Lion... [Pv tout un petit groupe!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Le soleil possède la crinière dorée d'un Lion... [Pv tout un petit groupe!]   Ven 15 Juin - 18:18


L'éclair Argent, le sepent de glace et la boule de poils blanche

    Le matin se levait enfin. Les premiers rayons du soleil scintillaient entre les feuillages des arbres, donnant une impression d’harmonie et de sérénité dans le paysage. De ciel était parsemé de petits nuages rosés. Le bleu était encore pastel et des lueurs orangés et violacés émanaient encore de l’horizon. Quelques étoiles, pâles, disparaissaient progressivement, s’éclipsant à la vue du soleil. Une légère brume créait un arc-en-ciel au dessus du camp. Le fond de l’air était déjà chaud, cette journée allait certainement être caniculaire. Peu à peu les petites perles d’eau s’évaporèrent, et l’arc-en-ciel pris fin. C’était mon signal de départ. Je me mis sur mes pattes, respirant l’air avec intensité. Une odeur plutôt sereine parvint à mes narines. Parfait, tous, sans exception dormaient. Bien décider à sortir, je m’étirais au maximum, décrocha un bâillement monumental, puis, me dirigea vers la sortie du Camp. J’avais mal dormi cette nuit, car j’étais excité à l’idée de sortir me promener. J’avais planifié ça depuis plusieurs jours, depuis qu’un grand félin de mon Clan m’avait bloqué le passage pour que je ne puisse pas sortir. Je savais que si je m’absentais, personne ne remarquerait que je ne serais pas parmi eux, puisque je ne faisais jamais de bruit (enfin c’est ce que j’ai compris puisque de toute façon aucun son n’est jamais parvenu jusqu'à mes tympans.)

    Depuis que le Camp avait changé d’endroit (à cause des monstres des bipèdes) je pouvais enfin observer la forêt car nous étions du bon côté de la rivière. Je me laissais tomber dans les tapis de mousses imprégnées d’une odeur humide et minéral. Je sautais par dessus les branches qui se mettaient en travers de mon chemin, je coursais les papillons multicolores jusqu’à l’essoufflement. Chaque nouvel objet m’amusait longuement, avant que je me résigne à continuer ma route. Plus j’avançais, plus la mousse était fraîche et humide, signe que je me rapprochais de la rivière. Durant le voyage jusqu’à notre nouveau Camp, j’avais déjà eu l’occasion de voir la rivière. Mais j’étais encore plus jeune et ces souvenirs restaient flous. Le soleil avait déjà bien entamé sa course dans le ciel. Il était tant que je fasse demi-tour. Je fis quelques pas avant de voir un buisson fasse à moi bougé. J’ai sursauté, on m’avait suivi jusqu’ici ? J’humais l’air pour pouvoir identifier l’intrus, mais aucune odeur féline ne vient à mes narines. Mon adversaire n’était donc pas un chat. Je reculais avec précautions avant de voir celui qui m’observait. Un serpent, deux fois ma taille ouvrit sa large gueule et fonça sur moi.

    Pris de panique, je fis volte-face courant à toute allure, comme si je flottais dans les airs. J’évitais les branchages, je ne m’empiégeais pas dans les buissons, mais je ne pu éviter les ronces. J’étais couvert d’éraflure, mais mon agresseur, qui était recouvert d’écaille n’avait rien. Il slalomait entre les obstacles avec une grâce innée. Il commençait à gagner du terrain. La terreur grandissait encore et encore. Mon cœur accélérait dans ma cage thoracique. L’énergie du désespoir s’empara de moi lorsque je vis avec horreur que cette course poursuite nous menait droit vers la rivière. A cet instant-ci, j’ai fermé les yeux, retenu ma respiration et j’ai sauté. Seule la vibration du vent contre mes moustaches et de mes pattes n’ayant aucun appui sur le sol m’effrayait. Puis, tout à coup, le froid s’empara de moi. L’eau glacée s’infiltra dans mon pelage. Cette réaction fut si soudaine qu’elle m’empêcha de faire le moindre geste. Je coulais à pic. Lorsque je fus sous l’eau, quelque chose m’attrapa la patte arrière. Avec tout cela, j’avais oublié le serpent. Le reptile savait mieux nager que moi. Je me suis débattu, puis nous heurtâmes un rocher. Le serpent lâcha prise, puis sombra dans un tourbillon du rapide. Mais moi, je n’avais toujours pas la vie sauve ! Ma tête se retrouva sous l’eau à nouveau. J’ai ouvert les yeux. Je ne deviendrais donc jamais guerrier ? Je vais mourir dans ces rapides ? Non ! Je me mis à bouger des pattes en cadence, serrant des dents à cause du froid mordant. Quelques bulles s’échappèrent de mes narines, je commençais à manquer d’air. Puis, une surface lisse crissa sous mes griffes. Un rocher ! Tous mes muscles se contractèrent et je me hissai tant bien que mal sur la pierre poli par les flots. Je repris mon souffle et constata avec satisfaction que la berge se trouvait tout près.

    Dés que je fus remit de mes esprits, j’ai regardé autours de moi pour être certain que le serpent avait bien disparu dans les profondeurs abyssale de la rivière. Tout à fait calmé, je me préparai à sauter pour atteindre la berge. J’atterri dans l’eau fraîche, mais mes pattes touchait le sol sablonneux de la rivière. En quelques bonds, je fus sur la rive. Je grelottais et pire, j’étais du mauvais côté de la rivière ! Je ressemblais à un rat blanc mouillé, le seul avantage, c’est que cela masquait mon odeur. Je me suis ébroué, puis, me mis à marcher le long du rivage pour trouver un passage praticable par un chaton comme moi.

    Le soleil arrivait presque à son zénith. J’espérais que personne n’avais remarqué mon absence au Camp. Mon pelage avait presque fini de sécher, je ressemblais à une véritable boule de poils comme les pissenlits lorsqu’ils sont blanc. Le relief, était de plus en plus chaotique. Au lieu de trouver un passage où je pourrais traverser, la rivière était maintenant protégée par une falaise à chaque rive. Je soupirais, comment diable allais-je rentrer chez moi. Je regrettais de plus en plus cette balade et maudissais ce serpent de malheur. Je m’apprêtais à faire demi-tour lorsque je vis une construction digne des bipèdes au loin. Un pont de bois traversait la rivière de part en part. Si je le traversais, je pourrais peut-être trouver un passage pour rentrer au Camp ? Je m’élançai à toute allure vers le pont, avant qu’une forte odeur de chat parvienne à mes narines. Cette odeur n’avait rien à voir avec celle de notre Clan. Plus tout à coup, j’ai eu un flash. On avait déjà essayé de me faire comprendre qu’il y avait plusieurs Clan dans la forêt, j’avais à peut près saisit leur gestes exagérés. Je devais donc me trouver dans un Clan ennemi. Malheureusement, à cause de ma surdité, j’ignorais combien de Clans il existait et j’ignorais encore plus si on était en période de paix ou de guerre ! Mon cœur eu de plus fortes palpitations. Je savais que l’on m’observait. L’odeur de la peur a peu à peu pris place dans mes narines. Ma propre peur. Je me suis mis à détaler comme un lapin jusqu’au pont, mais l’observateur fut plus rapide. Dés que toutes mes pattes eurent touchées le pont, je fis volte face pour dévisager mon adversaire…


[voilà, à vous de jouer! ^^]
Revenir en haut Aller en bas

Mon identité.
Relationship :
Tempête de Pluie
Ancêtre du Clan du Tigre



Féminin
● Nombre de messages : 257
● Je suis arrivé(e) ici le : 30/04/2009
● Mentor/Apprenti(e) : variable

MessageSujet: Re: Le soleil possède la crinière dorée d'un Lion... [Pv tout un petit groupe!]   Ven 15 Juin - 23:47

[Mon unique post^.^]

Tempête de Pluie s'étira longuement. Quand elle ouvrit enfin les yeux, elle vit à ses côtés une chatte dont la silhouette évoquait bons nombres de souvenirs. Elle se souvenait avoir beaucoup discuté la veille avec Fleur de Vanille, la Guérisseuse de son époque. L'ancienne Lieutenante se souvenait parfaitement le jour où elle avait accueillit la féline au pelage crème. Pour elle, ça avait été douloureux et incompréhensible. Fleur de Vanille était jeune et vigoureuse. Même si elle faisait partie du Clan des Etoiles depuis une vingtaine de Lunes, elle ne comprenait pas toujours les décisions des Ancêtres. Comme le fait de n'avoir jamais aidé sa mère à s'en sortir, malgré tout ce qu'elle avait fait pour eux. Ce jour-là, Tempête de Pluie s'était elle-même accordé un rôle, celui de veiller sans relâche sur la belle chatte au pelage immaculé. Sa mère avait tant fait pour elle, l'écoutant, la conseillant. Et cela pendant ses seize Lunes d'existence. Elle n'avait en effet que peu vécu, mais ce qu'elle avait observé depuis les cieux lui avait suffit à gagner de l'expérience.

La chatte grise posa son doux regard bleuté sur sa camarade, avant de partir. Elle reviendrait ce soir, toujours à la même place, dans un quotidien sans fin. Chaque jour, à son réveil, elle allait voir comment se portait sa mère et restait à ses côtés, invisible présence, pour veiller sur elle. Depuis quelques temps, elle pouvait également voir comment allait son ancien Clan. En effet, par la faute des Bipèdes, le Clan du Tigre avait dû fuir son propre camp et trouver refuge près de la Ferme de Gerboise. Cela avait bien sûr éveiller l'inquiétude de Tempête de Pluie. Ils étaient trop proches. Trop proches d'Elle. Chaque jour elle craignait qu'ils ne la trouvent et qu'il lui demandent des comptes. Mais jusqu'à présent, rien ne s'était passé. Parfois, dans la journée, elle laissait sa mère pendant un court instant, le temps de voir comment se portait Etoile d'Epines, la nouvelle Chef, et ses anciens camarades, dont la plupart ne devait pas connaître son existence. Elle jetait un regard sur son beau-frère, triste de le voir ainsi rejeté. Depuis peu, elle avait aussi pu observer trois chatons qui lui étaient indirectement liés, ceux de son ancien Compagnon. Elle ne l'avait pas revu depuis qu'elle l'avait quitté, mais son souvenir dansait encore devant ses yeux. Son unique fille ayant disparu, elle n'avait d'autres attaches que ces quatre félins.

Après s'être assurée que Rozenwyn allait bien, elle décida de faire un petit tour au nouveau Camp. Elle vit alors une chose étrange. Une petite chatte brisait l'interdiction de sortir sans autorisation et se faufilait en douce loin de sa mère. En l'observant de plus près, elle put voir que la pauvre chatonne ne possédait ni l'ouïe, ni la parole. Quelque chose de malheureux pour un Petit de Clan. Curieuse de voir où une Petite comme elle pouvait vouloir aller, elle la suivit. Elle put observer son périple, se sentant impuissante, lorsqu'un serpent la prit pour proie et qu'elle tomba dans la Rivière. L'ancienne Lieutenante se demanda si elle allait les rejoindre ainsi après si peu d'existence. Mais non! Elle était pleine de ressources et de volonté. Se hissant sur un rocher, elle s'échappa des bras glacés de la mort. La chatte des Etoiles sentit, plus qu'elle ne vit les autres félins. Ce n'était pas le Clan du Tigre, si elle n'avait rien perdu de son odorat. Elle se demandait bien ce qu'il pourrait se passer par la suite, ne faisant pas attention à la petite flamme qui s'était allumée dans son coeur. Une présence se fit sentir à ses côtés et elle sursauta. Comme toujours Fleur de Vanille la surprenait. L'ancienne Guérisseuse l'observait d'un air mystérieux et apparemment amusé. Aussi Tempête de Pluie ne put que l'interroger. Une simple phrase se fit entendre, résonnant dans tout son être, une phrase sur laquelle elle ne cesserait de se questionner:


"Le fil te liera de nouveau."

__________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le soleil possède la crinière dorée d'un Lion... [Pv tout un petit groupe!]   Ven 22 Juin - 21:02

    Griffe du Félin fût réveillée d'une manière très douce par des rayons de soleil. Pour une fois, le soleil fût assez sympathique et ne la réveilla pas en sursaut. Les autres guerriers dormaient encore, alors que les rayons du soleil transperçaient légèrement les tanières.
    Elle s'étira longuement, retomba lourdement sur son nid d'herbe, les griffes complètement sorties qui tranchaient les peu de plantes sur le sol. Elle avait encore les yeux fermés, les paupières lourdes. Elle s'était couchée tard, hier soir.
    Elle sortit de sa tanière, le soleil à peine levé. Elle s'assit, admira le paysage magnifique, le ciel encore légèrement orangé. Elle pensait à ses parents. Elle ne savait pas si elle avait des frères et sœurs. Mais elle pensait que la guérisseuse l'aurait prévenu. Elle effaça ces pensées, qui ne faisait que souffrir la jeune chatte. Elle alla chasser, la réserve presque vide. Avant, elle prit campagnol. Elle mit les crocs dedans, savoura le rongeur et se mit à courir dans la forêt.

    Elle tomba sur un "nid à souris", comme elle se plaît à dire quand elle voit 4, 5 souris au même endroit. Elle se demanda si elle aurait été capable de toutes les avoir. Alors, elle s'approcha sans faire de bruit, à patte de velours, et sauta au milieu d'elles. Elle bondit sur l'une, griffa une autre et l'acheva avec les griffes, puis enfonça les crocs dans une troisième. Elle réussit à attraper la quatrième qui essayait de fuir. Fière d'elle, et d'un bon matin, elle les enterra à un endroit, mémorisa celui-ci puis repartit. En chemin, elle croisa un bon gros lapin et en aperçut un derrière. Elle bondit et réussit à mettre les crocs dans l'un et les griffes dans l'autre. Elle les prit dans la gueule, et alla les déposer dans la réserve, au camp. Tout un petit monde se réveillait. Elle demanda à un apprenti de l'aider à prendre les lapins, et alla déterrer ceux-ci. Elle en donna deux à l'apprenti, qui eut du mal à les avoir tous, et elle en prit deux. Ils les mirent dans la réserve, et la jeune chatte décida d'aller prendre l'air. Elle se souvint, un jour, avoir été à un endroit fort sympathique. Elle n'était encore qu'une solitaire. Elle se souvint avec ça qu'un membre de clan avait dit de cet endroit que c'était le "Pont de Bois". Elle y alla donc, et se coucha dans l'herbe, se reposant par le doux son de l'eau suivant son chemin. La rivière était calme. Griffe du Félin s'endormit. Loin de l'eau, peut-être. Loin du pont. Elle n'aperçut vraiment personne. Elle ne ce serait pas endormie, autrement.



Comme mon post est petit par rapport aux vôtres ! Va falloir que je me rattrape !
Revenir en haut Aller en bas
 

Le soleil possède la crinière dorée d'un Lion... [Pv tout un petit groupe!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Terres Libres & Etoiles-