« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trouver sa place [PV Noisette d'Automne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Trouver sa place [PV Noisette d'Automne]   Mer 29 Aoû - 3:13

Petit Hiver observait le camp caché sous un buisson. Dans un premier temps, il avait été soulagé lorsque dans la foret, sa route avait croisé le chemin de la patrouille d’Etoile d’épines, la chef actuelle du clan de ses ancêtres. Mais maintenant il n’en était plus heureux du tout.

En effet, une fois arrivé au camp, elle l’avait concilié à la pouponnière sans autre forme de procès. Il était soit disant trop jeune pour devenir apprenti. Traverser la moitié de la foret depuis la maison de ses anciens bipèdes n’était-ce donc pas suffisant pour prouver à tous qu’il était prêt à commencer son apprentissage de guerrier ? Et bien apparemment non puisqu’on l’avait collé entre les pattes d’une guerrière comme un mal propre.

Cette guerrière Noisette d’Automne, était sa nouvelle « mère d’adoption «, comme si il avait besoins d’une autre maman. Une boule amère se forma dans sa gorge a cette pensé et ses yeux s’embrumèrent légèrement. Personne de pourrait la remplacer sa maman. Il n’avait besoins de personne. Il commençait même à se demander ce qu’il fabriquait là.

Tout ce qu’il avait voulu lui en partant de la tanière des humains c’était rendre fière sa mère en devenant l’un des guerrier valeureux dont elle lui contait les histoires quand il était petit, il ne lui voulait pas de remplaçante, il ne voulait pas l’oublié.

Petit Hiver ne pouvait pas dire que Noisette d’Automne était mauvaise, il ne savait rien d’elle et ne voulait rien savoir. Entre les rêves que l’imagination avait suscité chez lui et la réalité, le chaton était perdu. Il n’avait pas réfléchis quand il était parti à l’aventure, ses amis lui manquaient, ses anciens maitres lui manquaient, ici il avait l’impression de n’être personne ou alors une nuisance, un étranger. Il n’était pas sourd, il les entendait ceux qui chuchotaient qu’il était né chat domestique pourtant sa mère et son père étaient nés ici au clan, ils étaient donc de la même famille non ? Alors pourquoi était-il jugé aussi injustement ? N’avait-il pas fournis assez de preuves montrant qu’il leur serait utile un jour ?

C’était surement ça, Petit Hiver ne voyait pas ce que ça pouvait être d’autre. Et comme il n’avait pas tout sacrifié pour rien il allait leur prouver à ces grands chats de la foret que la valeur de ses capacités était bien supérieure à ce qu’ils semblaient s’imaginer. Le chaton n’avait encore jamais attrapé de proie, il avait d’ailleurs assez peur de partir à la chasse, même si il ne l’avouerai sous aucun prétexte. Sa mère, elle n’en était jamais revenue.

Ces réflexions passées le chaton se mit en action. D’un pas feutré il se déplaça de buissons en buissons le plus silencieusement possible. Il avait déjà échappé à la surveillance de Noisette d’Automne quelques minutes plus tôt, profitant qu’elle est le dos tourné pour déserter la pouponnière, passer quelques chasseurs supplémentaires devait être un jeu de chaton. Un jeu pas si facile que ça puisque c’est seulement après quelques sueurs froides que le petit male avait trouva une brèche dans la barrière de ronces de leur nouveau camp, par laquelle il put se faufiler.

Fier comme un paon, c’est la queue bien haute que Petit Hiver se mit à gambader parmi les fougères. Bien défoulée, la boule de poile se mit enfin à la recherche d’une proie.

Il semblait a Petit Hiver que cela faisait des heures qu’il était parti du camp à la recherche de sa proie tellement il avait les pattes engourdies. Si ça continuait il allait devoir rentrer bredouille et en plus de se faire disputer, il avait peur de se faire railler pour son incapacité. Encore quelques minutes et peut être que sa chance tournerai, sinon il rentrait c’était décidé ! Retrouver son chemin serait déjà un exploit en soi pour lui qui ne connaissait pas cette foret…

Et c’est là qu’il la sentie, cette odeur âcre lui piqua le nez. Une proie ! C’était inespéré !

Le chaton avança alors lentement vers l’odeur tout en posant délicatement ses pattes sur le sol, hors de question que la seule proie qu’il avait réussie a repérer dans la journée ne lui échappe à cause de sa démarche.

Quelle drôle de bête , les chats sauvages mangeaient vraiment ce genre de choses ? Lui a part les croquettes il n’arrivait pas encore a toujours nommer ce qu’on lui faisait manger au camp mais c’était délicieux, juteux et ferme, Petit Hiver en salivait rein que d’y penser. Pourtant cette chose n’avait pas vraiment un délicat fumet, c’était plutôt le contraire plus il s’en approchait et plus son nez se fronçait a cause de l’odeur puissante. Mais bon la bête était petite, la taille d’une souris, blanche et noire ça devait être mangeable non ?

C’est après avoir inspiré à fond que le petit s’élança en feulant. Une masse imposante sortie alors de terre et se plaça au prêt de la petite boule noire et blanche. Les muscles de Petit hiver se tétanisèrent d’eux même et emporté par son élan il dérapa sur le flan se rapprochant du danger. Quand le dérapage fut terminé le chaton ne bougea pas d’un muscle, le pelage gonflé par la peur.

Pourquoi n’avait-il pas vu le terrier qui se trouvait juste à côté de sa proie. Devant lui la masse imposante grogna de colère alors que ses petits yeux le fixé avec rage. Le museau fin, long et hideux de la bête était affuté de longs crocs tranchants, son pelage mi long était noir, terni par la poussière et entre coupé par des bandes blanches allant du museau a la base du cou. Son odeur était insupportable au possible, la gorge de Petit Hiver lui brulait atrocement, peut être que même sans bouger l’animale pouvait le tuer, l’asphyxiant de son odeur putride ainsi il n’aurait pas à se servir des longues griffes qui armaient ses larges pattes.

Quand l’animal chargea, Petit Hiver ne pensa même pas à fuir il ferma juste les yeux en pensant que lui non plus ne reviendrait pas de la chasse et que sa mère qu’il allait rejoindre devait être dessue de lui.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Trouver sa place [PV Noisette d'Automne]   Ven 31 Aoû - 15:00

C'était une bien belle journée pour moi,Noisette d'Automne. je m'était levée de tres mauvait poil,mais je suis tombée sur un guerrier tres gentil avec qui je n'ai pas arreté de discuté,et je suis tombée sur une souris absolument délicieuse.De suite,je suis sur la berge des terres libre,prenant un petit bain.Et devinez quoi? L'eau est tres bonne ! *Mon dieu,c'est le paradi cette journée!*
Que je songe.

Apres séchage,je retourne au camp du Tigre.C'est la que je vit Petit Hiver, flanqué de la patrouille de chasse.
*Cet inconsient est encore parti
vadrouiller pour prouver qu'il n'est pas si
domestique que ca!*

Grongnais-je.

Je pris la charge de ce chaton pendant quleques jours,si c'est pas toute ma vie.Il paraiterais que je suis sa "mere d'adoption",qu'a dit le chef. Un petit moment ou je discutait tranquilement avec le guerrier de ce matin pour me détendre;C'est alors que,le soir tomba, et je cherchais encore Petit Hiver!
Cette...Cervelle de souris est encore parti ! Je previens le chef et je vais le chercher,c'est MOI la responsable,point barre !

***

PETIT HIVEEEEEEER !!!!!

Cela fait la dixieme fois que je l'appele,je l'ai toujours pas retrouvé ! Soudain,une odeur AFFREUSEMENT acre me chatouille.

*Pouaah ! Au secour,ce blaireaud va me
tuer sans me voir si sa continue!*

Je suis quand meme la piste,on sais jamais,des fois qu'il traine pres du camp...C'est au meme moment que j'endendit des pas tres lourd claquer sur les feuilles morte de la foret. je courais le plus vite possible,pour arriver derriere l'annial.Et quoi encore?
PETIT HIVER !
La,devant moi,devant le blaieau qui allait le balancer je ne sais ou,sans qu'on ne puisse jamais le revoir! Alors,juste a l'instinc,j'hurlais de rage ( TU LE LAISSE TRANQUILLE !!! ) Et bondit comme une furie sur le blaireau. L'espece d'animal ne fit pas long feu :
avec le ventre quasiment ouvert et la patrouille qui,pur hasard,nous avait vu,la créature mourru rapidement. La patrouille hurlais sur Petit Hiver,c'est a se moment la que je sautais entre la patrouille et lui ;

C'est bon ! C'est a moi de m'en

charger,COMPRIS !? Vous laissez ce gosse

tranquille,il ets sous MA résponsabilité !



Et la patrouille de ne rien trouver a en redire. C'est ainsi que je retourne a la pouponiere avec Petit Hiver.
Revenir en haut Aller en bas
 

Trouver sa place [PV Noisette d'Automne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Clan du Tigre-