« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Mer 3 Oct - 21:28

S.ilence d.e M.ort




  • Tu te sentais seul, ces derniers temps. La solitude pesait sur ton coeur. Tu enviais les apprentis que tu voyais se rassembler et parler avec animation. Tu jetais un regard de convoitise aux guerriers qui avaient une compagne ou un ami. Toi, tu n'avais personne. Enfin si, tu avais toujours ta famille : ta mère ; Douce Apocalypse, qui bientôt deviendrait une ancienne, et tes deux soeurs ; Coeur Tacheté et Âme du Furet. Elles étaient toutes trois très gentilles et tu les aimais beaucoup. Seulement, tu avais besoin de quelqu'un qui n'avait pas spécialement de lien du sang avec toi. Quelqu'un avec qui tu parlerais de tout et qui te raconterait sa vie lui aussi. Seulement, cette amitié à laquelle tu rêvais ne venait pas. Depuis tout petit, tu avais peur des autres. Tu n'osais pas te mêler aux groupes. Tu répondais d'une voix timide quand on te posait une question. Ta mère t'avait poussé maintes fois à tenter ta chance. Même adulte, tu n'y parvenais pas. Tu n'avais jamais pardonné à cet apprenti qui t'avait appelé Limace. Ta crainte envers les inconnus s'était amplifiée depuis.

    Tu marchais sans but précis, juste pour respirer l'air pur et observer le paysage de tes yeux trop grands. Un merle fuit à ton approche en poussant son cri perçant. Tu vis la petite mare et tu t'y dirigeas. Tu ne voulais pas chasser. Il y avait une patrouille pour cela et tu n'en faisais pas partie. Tu t'étendis près de l'étendue d'eau et commenças à faire ta toilette. Tu débutas par les flancs, puis tu remontas au poitrail, aux pattes et au corps entier. Lorsque tu eus fini, tu posas ta tête sur le sol et fermas les yeux. Sous les rayons du soleil qui caressaient ton pelage, jouaient plusieurs moucherons. Petit, tu essayais toujours de les attraper. Une fois tu étais parvenu à capturer une libellule. Une belle proie à ton tableau de chasse. D'habitude, tu étais piètre chasseur. Ton talent résultait dans l'art de faire les litières. Tu servais à cela, et à rien d'autre. Tu poussas un soupir et tâchas de t'endormir. Tes espoirs d'amitié revinrent alors. Tu tentas de les chasser. A quoi bon ressasser tout cela ? Tu n'aurais probablement pas d'ami. Tes soeurs avaient les leurs. Ta mère aussi. Mais toi, tu étais l'exception. D'après Douce Apocalypse, ton père n'était pas plus sociable que toi. Est-ce que tu devais te vexer de cette parole ? Tu ne savais pas trop.

    Tu ouvris brusquement les yeux. Tu venais d'entendre le bruissement à peine perceptible de coussinets foulant le sol. Un peu ensommeillé et abruti de soleil, tu te redressas avec lenteur en position assise et vis, au loin, un guerrier de ton clan qui s'approchait.


Dernière édition par Silence de Mort le Dim 7 Oct - 20:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Jeu 4 Oct - 0:08

Une petite mare blottie dans le creux d'un vallon de mousse. Un coin calme où seul le son des clapotis de l'eau se faisait entendre...Un son pur et cristallin, une eau limpide qui venait lécher les berges quand la brise laissait trainer son souffle sur la surface du point d'eau...provoquant une risée où le soleil venait scintiller de tous ses rayons. 
C'était l'automne. Mais les couleurs d'ordinaire si chaudes et apaisantes paraissaient éteintes et tristes dans la brume de cette fraîche matinée. Un tapis de feuilles mortes recouvraient le sol... Morne saison... Morte saison.

Un guerrier argenté, à l'épaisse fourrure qui laissait deviner des muscles nerveux, s'approchait à pas pressés. Ses coussinets se posaient sans bruit sur le sol moussu...douce sentation.
Crépuscule d'Orage était enfin heureux de pouvoir quitter un peu ce clan: s'en aller vers les terres libres une petite  journée! Liberté!!!
 Là bas il espérait trouver un petite être à faire souffrir...mais surtout des solitaires! Son but ne le quittait  pas : reconstruire la Troupe! Il lui faudrait d'abord prendre la température, avant de réunir des chats pour détruire les clans! Il savait pertinemment que la force qui vibrait dans les guerriers  qui avaient fait partie de la Troupe , il y a fort longtemps, n'avait pas disparu  de cette terre..Il suffisait de rallumer la flamme!
Les  yeux du guerrier parlaient d'eux-mêmes , affirmaient  mieux ses convictions que quelques paroles mièvres. Ils brillaient de force, de ténacité, de combativité, de détermination et de rage de vaincre. Mélange destructeur et  dangereux dans son cas,... et même un brin de folie peut être. Tout ce qui fait un bon "nettoyeur'.

Seulement sous ses airs farouches, ce séduisant guerrier qui attirait souvent les passions des stupides femelles, n'etait pas complètement insensible... Mais petite à petit , le guerrier tentait d'enfouir cette faiblesse au fond de lui...faiblesse que ce clan  ranimait!
Perdu dans ses pensées, le guerrier continuait sa route, non loin de la petite mare, ...revoyant ces endroits où sa détestable mère (qui avait ruiné tous ses objectifs) et son père s'étaient rencontrés.
Un merle coassant lui rasa les moustaches...Quel immonde volatile osait le déranger? 
D'un geste rageur, Crépuscule l'abattit  d'un coup de patte bien placé...laissant avec délice ses griffes s'enfoncer dans la chaire...les plumes d'un noir immaculé se teintant d'un rouge sang...L'oiseau s'écrasa au sol dans un dernier souffle. Crépuscule prit la proie dans sa gueule: il l'apportera au camp...Peut être...!
Le chat continua sa route, apercevant à peine  le guerrier couché près de la mare...un stupide  chat de clan !

Il lui lança   un bonjour à peine sympathique :

-"Bonj..."

Crépuscule se coupa net...L'espace  d'un instant, il avait croisé le regard du chat! Une certaine intelligence semblait émaner de son être...Denrée rare chez ces animaux de clans!
Le regard du guerrier allongé était triste , mélancolique mais déterminé...Crépuscule  d'Orage eut l'impression de voir son double, le reflet  de son fort intérieur...Cette ressemblance ! Cette même solitude...Peut-être que, comme lui, le guerrier ne faisait confiance qu'à lui même? Peut être ne voulait-il personne d'autres autour de lui, tout comme Crépuscule d'orage? 
Peu être n'avait-il jamais trouvé quelqu'un d'assez intelligent pour le comprendre? 
Il semblait cacher une souffrance au fond de lui, des souvenirs...Tout comme Crépuscule..sauf que ce-dernier se complaisait dans sa lancinante souffrance, dans ses questions...dernier espoir de ressentir encore quelque chose sur cette terre où beaucoup de choses lui paraissaient insipides...hormis la mort et le vice!

Oui, Crépuscule d'Orage était aussi ainsi..mais chez ce guerrier allongé près de l'eau il semblait y avoir plus de douceur qu'une  prédisposition à la violence et à la manipulation ! Alors ce matou  tigré ressemblait plutôt à son cher père : Regard Noir...:seul être qu'il avait aimé! 
Oui c'était cela qui l'avait  frappé: cette ressemblance ...
Son cœur  de meurtrier  se serra dans sa poitrine.


Dernière édition par Crépuscule D'Orage le Dim 7 Oct - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Sam 6 Oct - 23:48

S.ilence d.e M.ort




  • Tu cillas plusieurs fois, encore un peu engourdi par le sommeil. Lorsque tes yeux s'habituèrent à nouveau à la clarté du soleil à travers la brume, tu vis distinctement le guerrier à la robe argentée qui s'approchait de toi. L'espace d'un instant, l'angoisse s'empara de ton être. Le chat dégageait une aura de force, de puissance, de psychopathie, voire de méchanceté. Tu te sentis ridiculement petit face à cet animal sûr de lui, prêt à faire bien des choses pour son bon désir. Tu en demeuras coi, un peu stupide, pendant une seconde. Puis cela se dissipa. Malgré tout, même si vous étiez deux chats, deux guerriers du même clan, tu remarquais bien que des milliers de choses vous séparaient. Ce matou, tu l'avais peut-être aperçu une fois ou l'autre, félin parmi le flot, être sans consistance, sans âme, sans importance. Un chaînon à l'immense chaîne de la vie. Rien de plus, rien de moins. Ce chat, pourtant, rien que de la façon dont il te dévisageait, avec tant de froideur, en disait long sur son esprit, sa manière de percevoir les choses. Une fois de plus, tu compris que peu de choses pouvaient l'entraver de son chemin. Il paraissait si avide de pouvoir et de gloire. Ses yeux parlaient pour lui, exprimaient tout ce qu'il ne pourrait jamais prononcer en sons articulés. Tes yeux aussi parlaient pour toi. Leur jaune citron et leur disproportionnellement disaient ta naïveté, ton enfance trop vite enfuie, ta solitude, aussi, cette plaie que tu ne parvenais pas à faire guérir.

    Tu t'arrachas brusquement à cette méditation sur le reflet de la personnalité dans le regard quand le matou argenté te lança, nullement d'un ton nullement amical, comme (peut-être !) tu l'avais espéré, mais d'une manière glaciale "Bonj...". Il voulait sans aucun doute te saluer. Mais pourquoi donc s'arrêtait-il à la moitié d'un mot aussi simple à prononcer que bonjour ? Il te rappelas ta timidité de chaton, quand ta mère t'obligeait à dire bonjour aux vieux (enfin, ils te paraissaient vieux à cette époque). Tu aurais pu sourire et lancer une vanne débile si tu t'étais senti à l'aise. Or, tu ne l'étais pas. Ton regard, ce fameux instrument pour déchiffrer le caractère de quelqu'un, venait de croiser celui de l'autre félin. Ce geste semblait avoir subjugué l'argenté. Tu ne compris pas pourquoi, et gêné, te tortillas un peu sur place. Que fallait-il faire ? Et dire ? Tu bloquais toujours. Tu avais peur de bloquer. Et, bien sûr, tu bloquais ! Tu n'aurais jamais d'amis, si tu continuais sur cette voie. Tu avais même peur d'engager la conversation ! Il fallait dire, aussi, que celui qui était devant toi n'avait pas la figure idéale pour inspirer la confiance.

    Ce chat... Ce guerrier... Mais, bon sang ! Tu le reconnaissais, à présent ! Il se prénommait Crépuscule d'Orage, tu avais fait une patrouille avec lui, il y a de cela plusieurs jours déjà... Il t'avait semblé si antipathique ! Et à présent que tu l'observais avec insouciance, tu remarquas qu'il avait changé. Il paraissait plus gentil. Il te regardait aussi, comme si une même souffrance vous unissait. Cette souffrance, tu le devinas vite, c'était celle d'être seul, sans ami, peut-être sans famille dans le cas de Crépuscule d'Orage... Au lieu de proposer de tisser des liens (il y en a qui le faisaient !), tu dis bêtement :

    « Tu es Crépuscule d'Orage, non ? »


Dernière édition par Silence de Mort le Dim 7 Oct - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Dim 7 Oct - 18:21

Seul...Crépuscule avait toujours été seul...Les autres n'étaient que des pions pour lui...des vies a briser...Il les utilisait mais ne s'attachait jamais.L'attachement ...une faiblesse de chat de clan!  Cela lui manquait-il? Peut être...
Quand aux femelles, le guerrier pouvait avoir toutes celles qu'il voulait! Mais Crépuscule d'Orage était adepte des aventures sans lendemain...Le nombre de femelles qu'il avait accrochées à son tableau de chasse avant de leur briser le cœur!  
Crépuscule était un séducteur, un baratineur..., le mystère qu'il dégageait, ainsi que ce feu continu, cette folie cruelle qui brillait dans ses yeux les attiraient toutes, ces pauvres créatures! 

Crépuscule ne détachait pas son regard du mâle tigré en face de lui...Ses yeux balayant le pelage du guerrier. Un rayon de soleil traversa ,telle une flèche dorée, l'épaisse couche de nuages , s'abattant sur les deux guerriers. La vie semblait s'éveiller dans la mare: quelques grenouilles se mirent à coasser, les poissons à faire des ronds dans l'eau baignée de la lumière d'ambre de cette journée automnale...
Crépuscule d'Orage était perdu dans ses pensées... Il se rappelait avoir déjà rencontré ce chat tigré! Lors d'une patrouille!! Oui, une patrouille où Crépuscule le sanguinaire avait fait preuve d'une grande fidélité à son clan...Et pourtant surveiller les frontières de ce stupide territoire l'agaçait au plus haut point! Sans compter que les chats qui l'entouraient semblaient si joyeux de servir leur petit chef-chef, qui n'était même pas capable de déplacer ses fesses lui-même  pour surveiller son territoire!! 
Il n'avait pas remarqué à l'époque ce male qui se tenait devant lui, mais à présent il voyait clair...
Il y avait quelque chose de plus chez lui : derrière ce masque d'idiot, cette apparence de chat timide et peureux,  autre chose sommeillait ! Il avait l'apparence de tous ces chats de clan stupides, ...
Oui, il avait  été formaté par eux...mais il n'avait pas l'air de bien se  sentir dans cette coque de chat de clan...Il aurait besoin de s'exprimer au grand jour!!Crépuscule  eut un regard de mépris: 
Les clans obligeaient ce guerrier  à dépendre d'eux puis ils le rejetaient ...en en faisant un exclus, un être sans amis, et incapable de vivre sans compagnie vu que, dès sa naissance, on lui avait appris à obéir, à être fidèle et à toujours dépendre de quelqu'un!!! Crépuscule connaissait bien cela , car lui aussi, dans sa jeunesse au clan du tigre, sa mère , sa détestable  mère, avait tout fait pour en faire un chat fidèle! Cette "machine" aurait aussi broyé Crépuscule s'il n'y avait eu la troupe! S'il n'avait été assez intelligent pour prendre patience , s'il n'avait eu des ambitions, s'il n'y avait eu cette guerre: il aurait fini comme ce chat en face de lui! Seulement il s'était vengé: sa mère était morte et sa vengeance n'était pas finie... Petit à petit il commençait  à comprendre pourquoi il était revenu ici...
Mais ce guerrier en face de lui, avait enfoui sa nature de chat trop loin pour réaliser qy'il se faisait manipuler par ses condisciples! Étrangement, Crépuscule eut envie de l'aider...de lui apprendre à devenir un vrai guerrier, à se venger...pourquoi ? Il n'en savait rien... pour la première fois, il était porté vers quelqu'un .., De la pitié? Non..S'il avait voulu ce mâle aurait été une proie facile mais .... Il ne saurait définir son sentiment! Peut-être était-ce parce qu'il semblait différent., différent des chats de cette société impitoyable , tout comme Crépuscule ..... Et  qu'il avait cette ressemblance avec son père? Ce même regard doux...oui Regard noir était tout ce qu'il y avait de plus doux et altruiste ...un guérisseur qui avait tout appris à son fils, sans l'enfermer dans aucun carcan! Son père avait même trahi, par amour...pour la mort... Il avait été banni mais, aux yeux de Crepuscule , son père n'avait trahi  personne , il n'avait jamais rien comploté contre son clan! Encore une raison pour détester ces terres!! Oui, de Regard Noir le guerrier d'argent avait tout appris, tour aimé...et pourtant était devenu l'inverse d'un guérisseur: un guerrier, un destructeur, enfouissant dans son coeur ses bons sentiments! 

Le mâle  argenté entendit à peine les mots de son interlocuteur , il miaula  d'un air absent et toujours aussi froid
:
-En effet...

Puis un lourd silence s'abattit sur le lieu marécageux .
Il était incapable de se rappeler le nom du guerrier ...Il se souvenait avoir pensé que son nom ne correspondait pas du tout à son air peureux et idiot ...Peut être correspondit-il a sa nature profonde?  À cette souffrance en lui? [Cette même  souffrance dans laquelle crépuscule se complaisait? ]
Sans plus attendre, le guerrier étendit  le cou avec grâce vers l'inconnu. Celui-ci pouvait sentir le souffle calme et lent de Crépuscule ...
Il prit un air amical, et ne sachant trop comment lui expliquer ce qu'il ressentait, ne sachant comment lui faire comprendre qu'il connaissait son problème, sa souffrance , il lui murmura :

-Je sais...Je sais ce qui ne va pas... Je peux t'aider...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Mer 10 Oct - 21:38

S.ilence d.e M.ort



  • Tu te sentais mal à l'aise sous le regard pénétrant de Crépuscule d'Orage. Tu te tortillas un peu, regardant le ciel puis baissant les yeux lorsque tu croisas la lumière éblouissante du Soleil. Tu te demandas à quoi pouvait bien penser Crépuscule d'Orage, à t'observer ainsi. Tu n'avais pourtant rien de particulier. Un rai doré éparpilla la brume, donnant vie à la petite mare. Cela te parut incroyable qu'un endroit aussi ridiculement réduit puisse abriter tant d'êtres vivants. Lorsque tu reportas ton attention sur Crépuscule d'Orage, tu vis s'éveiller dans ses yeux une lueur de reconnaissance. Visiblement, le souvenir de la patrouille à laquelle vous aviez participé l'un et l'autre lui revenait en mémoire. Allait-il lui aussi reconnaître ton prénom ? Apparemment non. Ou alors, il ne le montra pas.

    Tu détestais ton prénom. Certes, il était beau. Mais il ne te convenait pas. Tu n'étais pas, comme Crépuscule d'Orage, un chat au caractère propre au Tigre. Tu vivais dans ce clan parce que tu y étais né, tu y avais grandi et il ne t'était jamais venu à l'esprit d'aller ailleurs. Pour faire quoi ? Contrairement à l'espèce féline, qui pour beaucoup vivait en solitaire, tu avais développé un espèce d'instinct grégaire qui te poussait à rechercher la compagnie des autres. Les chats sont peu sociables et cohabitent rarement en hordes nombreuses. Mais comment pouvais-tu t'apercevoir que ton existence était stupide ? De toi-même tu ne pouvais le deviner, ton cerveau pensait et percevait comme celui de tes ancêtres, qui eux aussi s'étaient entre-tués avec d'autres clans pour Dieu sait quelle raison. Tu n'étais pas l'Einstein des trois tribus. Ce ne serait pas toi le prophète qui viendrait réclamer la paix. Tu n'étais qu'un chat parmi tous les autres, sans nom, sans trace dans les esprits. Tu dépendais du clan qui t'avait vu naître. Tu ne pouvais pas imaginer une vie sans lui.

    La voix dure de Crépuscule d'Orage te ramenas à la réalité. En effet, dit-il. Tu avais bonne mémoire. Le silence qui suivit fut désagréable. Tu avais le sentiment d'inspirer de la pitié à Crépuscule d'Orage. Pourquoi donc ? Il n'avait l'air de n'aimer personne, de ne vouloir servir que lui-même. Qu'avais-tu pu faire pour capter à ce point un fond de nostalgie, de pitié sans doute profondément enfui en lui ? Etait-ce parce que tu changeais les litières pendant que les autres chassaient d'importantes proies ? Etait-ce parce que tout le monde t'appelait Limace, au point que tu ne saches même plus ton nom exact ? Enfin, si, tu te le rappelais. Mais tu ne l'appréciais pas. Autant être Limace, en fin de compte. Même tes soeurs t'avaient baptisé ainsi. C'était un surnom, quelque chose qui aurait pu te faire croire que tu étais aimé, puisque surnommé. Cette illusion devait être bannie. Tu n'étais pas célèbre, tu ne le serais jamais. Pourtant, parfois, tu sentais en toi le désir d'être reconnu et d'avoir une importance dans la vie de tous ces chats.

    Tu voulus reculer quand Crépuscule d'Orage allongea le cou au point que tu sentais son souffle contre ta joue. Une force invisible t'en empêcha. Ton regard était fixé sur le poitrail de Crépuscule d'Orage. Comme tes camarades, tu cherchais à ne pas croiser ses yeux. Ce serait une menace, une invite au combat. Or, tu détestais les combats. Crépuscule d'Orage te murmura qu'il savait ce qui n'allait pas. Qu'il pouvait t'aider. Tu ne compris pas sa requête. Il voulait être ton ami ? C'était cela qu'il voulait dire ? Ou parlait-il d'autre chose, d'un désir inconscient que, bien qu'il fût tien, tu ne parvenais pas à éprouver ? Sincèrement surpris, tu demandas :

    « M'aider à quoi ? Je vais très bien. »

    C
    e n'était que mensonges. Crépuscule d'Orage le devinerait vite...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Dim 14 Oct - 13:30

La lumière trop vive qui filtrait entre les sombres nuages semblaient se battre résolument ,là  haut, dans les cieux, pour sa faire une place entre les masses cotonneuses ...
Les arbres s'illuminaient alors, tendant leur parure d'or vers les cieux capricieux.  L'eau de la petite mare ruisselait de lumière, comme si des miliers de diamants flottaient en sa surface... 

Crépuscule d'Orage, pour la première fois de sa vie , ne savait comment réagir face â ce chat... Il n'etait pas le maître du jeu ici? Ce n'était pas de la pitié qu'il ressentait...alors de l'amitié? C'était impossible et pourtant il ne se montrait pas agressif alors qu'il aurait pu faire  une seule bouchée de ce minable mâle ...encore plus faible que les autres: il se laissait  écraser , trainer dans la boue!
Peut-être, était-ce parce  qu'il était une victime des clans, comme Crépuscule? Sauf qu 'il n'avait pas choisi le bon chemin pour s'en sortir! Silence de Mort dépendait beaucoup trop du regard des autres: il fallait qu'il puise sa force en lui...plutôt que de se laisser détruire par ses semblables! Même si c'était dur, il fallait que quelqu'un le ramène à la triste réalité!

Crepuscule fut quelque peu exaspéré quand Silence de Mort lui répondit qu'il ne comprenait pas de quoi il parlait! Était-il donc idiot?
D'un ton froid il lui claqua:

"-Pourquoi  ne me regardes tu pas dans les yeux quand je te parle? Pourquoi fuis-tu ainsi!?!!"

Puis, se radoucissant,  se forçant a ne pas être trop dur, il reprit:

-"Pourquoi te laisses-tu mépriser par les guerriers de ce clan? Pourquoi ne ripostes-tu jamais? Pourquoi t'écrases-tu devant les autres ? Et tu dis que tu vas bien? Ne vois-tu donc même pas le problème? Ne vois-tu donc pas que tu n'as pas de vie?
Écoute, si tu veux je peux..."


Embarrassé, il ne parvint à continuer ...le mot "aider" ne sortait pas de sa bouche! Il voulait tant lui apprendre à être un vrai guerrier...et peut-être même à détester ce clan à ses côtés et à rejoindre la Troupe qu'il comptait refonder .Cette meute de solitaire se battant pour la "cause". 

Il se recula  quelque peu pour laisser la matou respirer. Enroulant sa queue autour  de ses pattes, il attendit tranquillement une réponse... Son regard était calme mais le feu qui y vivait ne disparaissait   pas...deux abîmes  sans fond, deux abîmes de glace et de feu fixait le guerrier...
Jamais il n'aurait penser apprécier un chat aussi faible hormis son père. Et dans le regard de Silence  de Mort, la même intelligence que dans les yeux de  son père régnait ... Les larmes montèrent  aux yeux de Crépuscule: tant de souvenirs remontaient à la surface, tant de choses en lui se réveillaient en voyant  ce chat! Son bon côté qu'il avait enfui au fond  de lui semblait vouloir émerger!
Il s'empressa de chasser sa tristesse, mais pour la première fois, une émotion le submergeait... Pour la première fois, il ressentait quelque chose...son cœur n'était donc pas tout à fait  de pierre.  Le guérisseur en lui n'était donc pas mort...Regard Noir vivait toujours dans son cœur! 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]   Ven 26 Oct - 22:44

S.ilence d.e M.ort




  • Le spectacle de la mare pleine de Soleil ne te faisait pas sourire. A vrai dire, tu ne le voyais même pas. Tu réfléchis à la requête de Crépuscule d'Orage, t'aider. T'aider à quoi ? A fuir la méchanceté, la mesquinerie des autres ? A fuir la vie en société, qui n'apportait que peu d'avantages ? Il y avait des jours où tu en rêvais. Partir très loin. T'exiler. Vivre seulement avec ta mère et tes deux soeurs. Eventuellement avec une compagne aimante. Ce rêve ne se réaliserait pas, tu le savais. Tu demeurais lucide sur ce point : les guerrières aiment les matous forts, avec un rang élevé dans la hiérarchie du groupe, des mâles sûrs d'eux, remplis d'ambition et de pouvoir. Or, tu ne répondais à aucune de ces conditions. Tu demeurais un pauvre chat incapable de prendre sa propre vie en main. Un raté. Un minable.

    Crépuscule d'Orage avait vite compris à quelle espèce de félins tu appartenais : à la classe des faibles, qui dépendent des autres, faciles à manipuler. Des êtres insultés, raillés, refoulés. Des mal-aimés recherchant de l'amitié, de l'amour partout, s'accrochant au plus dérisoire espoir. Tu t'en rendais compte aussi. Il y avait des jours où tu te haïssais tellement que tu avais envie de te mordre. Il y avait des jours où tu te traînais tellement dans la boue que tu avais envie de hurler ta haine au monde. D'autres fois tu griffais le sol avec une violence qui te surprenais toi même. Certaines journées étaient si dures à supporter que tu ressentais le besoin de faire des griffes d'honneur aux crétins qui lançaient à tout bout de champ que la vie était digne d'être vécue. Ceux-là, ils parlaient beaucoup mais de véritables solutions, ils n'en avaient pas. Crépuscule d'Orage n'était pas de ceux-là. Il te lança froidement qu'il se demandait pourquoi tu ne le regardais pas dans les yeux et pourquoi tu fuyais ainsi.

    Tu lui jetas un regard noir, qu'il ne déchiffra probablement pas. Un imbécile. Comme les autres. Quand ils ne se foutaient pas de ta tête, ils t'assommaient de leur vision de ta personne. Te ficher la paix leur coûtait trop cher. Il fallait qu'ils se mêlent de tout, qu'ils sachent tout. Crépuscule d'Orage savait à présent que tu étais un minable. Ouais, eh bien à présent il allait te prouver sa supériorité. Il poursuivit d'un ton plus doux, te questionnant cette fois sur le pourquoi tu te laissais écraser par les autres chats du clan, pourquoi tu ne leur rendais jamais la pareille, pourquoi tu ne voyais pas que ta vie était complètement pourrie, qu'en fait tu n'avais même pas de vie, et que écoute, si tu veux il peut...

    Il peut quoi ? Tu ne le sus pas. Tu sentis une certaine hargne t'envahir. Encore un qui avait les paroles faciles. Tu les analysas une à une : 1) Pourquoi te laisses-tu mépriser par les guerriers de ce clan ? La réponse était élémentaire : tu ne savais pas te défendre. Tu n'avais pas d'arguments contre les saletés dont tu devais faire face. Parfois les larmes te montaient aux yeux tellement les autres se révélaient être des salopards. Certains arrivaient à se créer une carapace et plus rien ne les atteignait (du moins tu le croyais). Tu aurais tant aimé faire comme eux ! Tu avais essayé, mais c'était un échec. 2) Pourquoi ne ripostes-tu jamais ? Parce que riposter ne servait qu'à envenimer les choses. Encaisser les chocs, sentir les piques acérées te transpercer le coeur, tu savais le faire. Mais répondre, rendre la monnaie de la pièce, tu en étais incapable. 3) Pourquoi t'écrases-tu devant les autres ? Simplement parce qu'ils te faisaient peur. Et accepter le fait qu'ils soient plus forts que toi, qu'ils te dominent, c'était plus facile que de te rebeller contre ta position de misère. 4) Et tu dis que tu vas bien ? Tu ne le disais pas, tu le prétendais... 5) Ne vois-tu donc même pas le problème ? Eh bien si. Maintenant tu le voyais. Il te fallait juste du temps pour comprendre. Et enfin 6) Ne vois-tu donc pas que tu n'as pas de vie ? Si, tu en as une. Elle est certes pourrie, mais tu en as une.

    Même un puissant guerrier comme Crépuscule d'Orage ne savait pas quoi faire devant un cas comme le tien ! Tandis que Crépuscule d'Orage avait les larmes aux yeux (tu ne les remarquas pas), tu éclatas subitement d'un rire à moitié hystérique, tes yeux jaune citron brillant d'une lueur un peu folle. Changer de vie ! C'était cela qu'il sous-entendait par ses questions ? Tu rétorquas d'un ton sarcastique :

    « Tu le dis toi-même : il n'y a pas de solution. Oui, j'ai une existence de misère, ou même pas d'existence du tout, mais il n'y a pas d'échappatoire. Je serais incapable de vivre en solitaire. Alors, il faut s'adapter. Même si des imbéciles se paient ma tête et m'appellent Limace ; c'est le prix à payer. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Clan du Tigre-