« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Attrapé, de gré ou de force - Érian -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Attrapé, de gré ou de force - Érian -   Sam 26 Jan - 19:01

♣ Attrapé, de gré ou de force ♣
Avec Érian

    Vous êtes-vous déjà sentit faiblir, quoi qu’il arrive? Même quand le ciel regorge de chaleur, de beauté et de grâce, vous ne semblez jamais assez heureux pour concurrencer la joie du soleil. Cette vie, fade et sans lumière, qu’elle est-elle réellement, excepté une facette plus ou moins lumineuse de ce temps?

    Vous souriez aux gens, masquant votre véritable personne aux yeux du monde, pour quelle raison? Vous faire appréciez? Vous faire détestez? Dans l’un ou dans l’autre, vous ne vous montrez pas tel que vous êtes réellement, et c’est là que ça en devient alarmant. Vous prenez plaisir à vous déguisez sous une autre forme, un personnage qui n’est pas vous, et les personnes qui vous entourent, que voient-ils? Un masque devant une coquille vide. Non, plutôt un cocon qui emprisonne votre véritable cœur. Le papillon attend patiemment de remonter à la surface, mais rien à faire, les tissus élastiques l’enserrent plus profondément encore au fil du temps. Vous vous emprisonnez dans ce personnage, devenu votre enveloppe corporel et mental, et laissez votre cœur sombrer dans les abysses infinis de celui-ci.

    C’est dans cet état que je clopinais dans les bois. Cet état déchirant où je ne sais pas encore qui je suis vraiment. Un guerrier? J’ai une apprentie, un chef que j’admire particulièrement, et tout un Clan qui compte sur moi pour leur venir en aide lors des combats. Un solitaire? Je rêvais de ces étendus fleuris où je pourrais vagabonder à mon aise sans frontière, ni oppression. Je rêvais de cela depuis des lustres, des lunes entières. Je m’étais entraîné dans ce but toute ma vie. Mais j’étais emprisonné dans ce cocon, mon Clan.

    Si je partais, je les trahirais. Si je restais, je me trahirais moi-même, moi ainsi que tous mes rêves de liberté. J’ai fait le serment de rester fidèle au Clan, de le protéger et de lui rester loyal quoi qu’il arrive, et de ne jamais lui tourner le dos. J’ai fais ce serment lors de mon baptême de guerrier, et j’étais sincère quand ses mots sont sortis de ma bouche. Très sincère. Mais en plus, il y a l’attirance des bois qui veut me tirer de ce serment, l’attirance de la liberté et d’un monde sans règle. Un monde où il n’y aurait que moi. Moi et la nature, moi et mes pattes qui voyageons d’un univers à un autre. Cet univers m’appelle, me chuchote à l’oreille : « Viens, et suis les pas de ton père. »

    - - - - - - - - -


    Je m’arrêtais à l’orée de la forêt, tout près des Maisons des bipèdes. Leur odeur grimaçante et celui de leur clochard à quatre pattes m’emplissent les narines et je pousse un grognement. Mais ce n’est pas tant dans cette direction que j’ai envie de partir. Je me tourne vers ma gauche, et m’apprête à faire un pas quand une voix, timide et tremblante, arrête mon geste dans son élan. Je refais volte-face, et croise le regard émeraude d’un matou bicolore. Il est confortablement assis devant une clôture, et à son odeur, cette clôture doit appartenir à ses bipèdes. Je plissais des yeux, pour mieux pouvoir distinguer les traits de son visage. Instinctivement, je remis mon masque de chat effronté et arrogant pour lui lancer :

    « Qu’est-ce que tu veux? Retourne chez tes bipèdes, Domestique! »


Dernière édition par Ruine des Rêves le Ven 1 Fév - 2:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Attrapé, de gré ou de force - Érian -   Sam 26 Jan - 21:30


Attrapé, de gré ou de force
|. Ruine des Rêves

    U.ne sombre forêt. Des ombres dansantes. Inquiétantes. Sombres, ténébreuses. Mortelles. Les arbres blancs comme des spectres. Des rires à vous glacer le sang. Une silhouette noire, dangereuse. Tu recules, il avance. Tu sens ses yeux fous et meurtriers sur toi. Tu essaies de hurler. Il se nourrit de ta peur. Il saute sur toi avec sauvagerie. Tu te débats. Il te tranche la gorge. Tu meurs…

    B.risant ce cauchemar, tu te réveilles, le visage blême. Tu halètes, prenant peu à peu conscience. Ce n’est qu’un mauvais rêve dis-tu? Tu veux chasser l’image de la bête qui t’a coupé la tête? Tu fais pourtant des efforts, mais tu n’y arrives point. Tu revois sans cesse les yeux miroitants dans la nuit d’un éclat cruel et malveillant. Tu fermes les yeux quelques secondes. Ton cœur bats rapidement. Tu inspires, tu expires. Enfin, tu te redresses sur tes quatre pattes et regarde autour de toi. Le soleil est haut dans le ciel, ta sœur à quitter son coussin. Tu es seul dans la chambre de tes maîtres. Tu fais une toilette pour que tes poils soient bien lissés sur ton dos. Tu passes alors dans la cuisine et tu vois ta gamelle pleine de croquettes. Tu t’approche et les mange sans appétit, encore sous le choc. Mais oublie pas que ce n’est qu’une illusion. Ce n’est pas réel. Ce n’est qu’un mauvais rêve…

    D.ehors, la ville est agité. Tu vois, humains comme animaux, se promener gaiment dans le parc tout près de la forêt. Immédiatement, tu retrouves ton sourire. Chaleureux, remplis de joie et de sérénité. Tu vois? Tu t’es rattrapé bien rapidement. Tu es un chat qui n’a pas peur de la tristesse, car tu gardes le sourire. Tu n’as pas peur non plus de la culpabilité, car tu dis toujours la vérité. Tu escalades agilement la clôture et te retrouve dehors, juste à côté de la grande rue. Tu salue tes amis que tu croises, tu leur sourit et parle un long moment avec Fly, ta sœur aînée. Tu vis une journée bien normale et bientôt, tu oublies ce terrible rêve que tu as fait.

    T.u vois un chat au loin. Tu es intrigué, car tu ne l’as jamais vu. Alors tu décides de le saluer. Timidement. Il se retourne au son de ta voix et te fixe de ses yeux bleus.

    - Qu’est-ce que tu veux? Retourne chez tes bipèdes, Domestique!

    [size=18]U.
    n chat de la forêt! Tu le sais. Tu as peur, mais tu t’avances quand même vers l’inconnu qui te dévisage, méprisant. Tu sais que les chats des bois n’aiment pas les chats domestiques, mais tu fais ton possible pour paraître attentionné et gentil. Le chat n’a pas l’air de t’apprécier, mais tu te présente.

    - Tu es un chat de la forêt? J’en rencontre souvent ses temps-ci. Je me nomme Érian et toi? Que fais-tu si loin de ton Clan?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Attrapé, de gré ou de force - Érian -   Ven 1 Fév - 2:45

    Je sens sa peur, cette peur. Celle des Domestiques quand ils croisent le chemin des chats sauvages. Ils tremblotent sur leurs pattes, se demandant si nous sommes aussi sanguinaires et bagarreurs qu’ils le disent. Un sourire carnassier s’accroche sur les pans de mes lèvres à cette pensée; il y en a qui ferait copain-copain avec ses… ses paresseux qui se croient trop bons avec leurs petits bipèdes prêts à les protéger de toutes éventualités, mais d’autres par contre, comme moi je dois le préciser, n’hésiteraient pas une seconde à les faire remarquer qu’ils ne sont que des lâches, des estomacs sur pattes.

    Regardez-le. Il est tout tremblant, et pourtant, il s’avance vers moi. Quelle audace pour un chat de son espèce. Je me redresse lentement, bandant mes muscles pour paraître encore plus gros que je le suis. L’intimider et le voir partir comme un lapin effrayé, c’est bien ce que je souhaite, mais loin de recevoir. Il s’approche encore. Cette fois, il n’est plus qu’à un mètre de moi, distance que je pourrais cependant franchir en un bond pour lui donner la pire frayeur de sa vie. Mais il s’arrête presque aussitôt pour m’observer de ses grands yeux verts. Il masque sa peur d’un air amical, presque aimable. Je fronce des sourcils. À quoi il joue?

    « Tu es un chat de la forêt? J’en rencontre souvent ses temps-ci. Je me nomme Érian et toi? Que fais-tu si loin de ton Clan? »

    Je bats plusieurs fois des yeux avant de m’affaisser l’arrière-train sur le sol herbeux. Je le dévisage un instant, mi-railleur mi-amusé. Le parfait mélange de la moquerie effrontée.

    « Bravo mon grand, très perspicace pour un Domestique. Je vois, en plus, que tu n’as pas perdu ton odorat. Oui, vraiment, bien joué. »

    Je pousse un bâillement à m’en décrocher la mâchoire tandis que je l’examine du regard. Il n’a pas l’air très malin, et encore moins conscient de ce que je pourrais lui faire d’un seul coup de griffes bien placé. Ce coup-ci, d’une voix plus basse, menaçante, je lui souffle au visage :

    « Et ce qui m’amène ici n’est pas de tes affaires. Je me fiche bien de ton nom; tu t’appelles Érian, félicitation. Il n’en reste pas moins que tu es un Domestique, et que je me moque éperdument des Domestiques, tu as compris? »

    Je tourne discrètement mon regard vers les collines au loin, dépassant des cimes des arbres de la forêt. J’hésite encore à y aller, vivre ma propre vie, sans rendre de compte à personne, loin de tous ses chichis de clan et de ses frontières ridicules. J’ai bien dit que j’hésitais. Pourquoi? Je pourrais très bien fuir, là, tout de suite, et ne plus jamais revenir, sachant pertinemment que je vivrais comme je l’ai toujours désiré. Mais d’un autre côté, cette forêt va me manquer, c’est sûr, en plus de la solitude qui pourrait bien me peser un jour ou l’autre…

    Mince! Je me suis perdu dans mes pensées! Je secoue la tête, reportant mon regard sur le Domestique. Pendant un moment, un bref moment, mon visage arborait l’expression même de l’incertitude, mais à présent, j’ai remis mon masque de prétentieux. Je le regarde un instant avant de lui tourner le dos, les dents grinçantes.

    « Va jouer ailleurs maintenant. Je suis sûr que tes bipèdes doivent beaucoup s’inquiéter. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Attrapé, de gré ou de force - Érian -   Sam 2 Fév - 18:04


Attrapé, de gré ou de force
|. Ruine des Rêves


    I.l cligne des yeux une ou deux fois. Tu lui souris gentiment, malgré sa méchanceté envers toi. Le chat tigré ne répond pas à ton sourire. Au contraire, il s’assoit confortablement sur le sol vert. Dans ses prunelles saphirs, tu ne vois que de la moquerie et… du plaisir? La situation l’amuse.

    - Bravo mon grand, très perspicace pour un Domestique. Je vois, en plus, que tu n’as pas perdu ton odorat. Oui, vraiment, bien joué.

    T.u es insulté par tant de railleries et de sarcasmes. Personne ne t’a dite paroles blessantes durant toute ton enfance. Sauf lui apparemment. Tu sens son regard froid posé sur toi. Tu lèves la tête vers lui. Il te dévisage de la tête au pied. Comme pour trouver la meilleure façon de te trancher la gorge si le besoin se fait. Tu recules de quelques pas. Tu te tiens prêt à courir pour éviter son saut. Il est plus rapide, plus fort. Si je m’enfuis, il me rattrapera.

    C. e chat aux yeux bleus avance vers toi. Il garde une certaine distance, mais ce n’ai pas par peur. Loin de là! C’est un combattant et toi, tu es juste bon à courir à toute vitesse. Pour faire peser ses menaces plus efficacement, il rajoute d’un ton bas et menaçant :

    - Et ce qui m’amène ici n’est pas de tes affaires. Je me fiche bien de ton nom; tu t’appelles Érian, félicitation. Il n’en reste pas moins que tu es un Domestique, et que je me moque éperdument des Domestiques, tu as compris?

    [size=18]E.
    .t il lève la tête, te laissant planter là, tremblotant, tandis qu’il fixe les nuages comme si de rien était. Tu as tellement peur que tes poils sur ta nuque se hérissent, ainsi que la fourrure bicolore sur ton corps. Encore une fois, c’est le seul chat que tu as rencontré qui te menace. D’habitude, les autres t’aiment dès la première rencontre, sauf lui. Perdu dans ses pensées, il ne fait plus attention à toi, qui commence à reculer. Tu veux garder de la distance avec ce chat. Il te fait peur.

    S.a tête se tourne brusquement vers toi. Tu es surpris par la lueur qui brille dans ses yeux. Tu y vois de l’incertitude. Tu cligne des yeux, pour voir si tu n’as pas eu une illusion. Quand tes paupières s’ouvrent, tu vois le même visage prétentieux et arrogant que tantôt. Il te regarde deux secondes avant de te tourner le dos. Tu l’entends dire d’un ton sec :

    - Va jouer ailleurs maintenant. Je suis sûr que tes bipèdes doivent beaucoup s’inquiéter.

    - Mes bipèdes? Qu’es-ce des bipèdes?, demandes-tu, intrigué.

    Il est de dos, alors tu ne peux pas voir son expression sur son visage. Comme il ne dit rien, tu hésite entre t’en allant poursuivre ton chemin ou lui proposer de visiter le coin, ignorant son mauvais caractère et ses remarques blessantes. Tu décides de prendre le deuxième choix. Peut-être pourras-tu un jour devenir ami avec cet être froid.

    - Peu importe qu’es-ce les « bipèdes ». Tu veux venir visiter le coin?, dis-tu, même en sachant qu’il a de grande chance qu’il refuse.

Revenir en haut Aller en bas
 

Attrapé, de gré ou de force - Érian -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Terres Libres & Etoiles-