« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mon identité.
Relationship :
Voile de Nuit
Ancien du Clan du Tigre



Masculin
● Nombre de messages : 58
● Je suis arrivé(e) ici le : 01/03/2013
● Age : 22
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Jeu 27 Juin - 11:59

[justify]Voile de Nuit avait décidé de s'éloigner un peu du Camp comme toujours en effervescence. Son départ passerait inaperçu il n'en doutait pas. On ne surveillait pas les Anciens comme on pouvait surveiller les plus jeunes. Ils étaient supposés ne plus être en état de faire grand chose alors personne ne s'inquiétait de savoir s'ils pouvaient disparaître ou non. Sous quelques récriminations de ses camarades de galère l'aveugle s'était levé, prenant son courage à deux pattes. Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'avait pu sentir autre chose que les odeurs du clan du Tigre. Il avait des envies de changement. Et lorsque Nui avait une idée dans la tête elle n'était pas ailleurs, je puis vous l'assurer.
La voici donc partit en maraude, avançant à petits pas précautionneux. Ses moustaches lui permettaient d'anticiper les obstacles silencieux, frottant contre les branches basses et les troncs. Une clairière n'existait que si elle était entourée d'un minimum d'arbres. Bref, il avançait à son rythme. Il ne comptait pas aller trop loin de toute manière. Et puis, on finirait bien par se rendre compte qu'il manquait une bouche à nourrir lorsque les Novices apporteraient leur part aux Anciens. Sous ses coussinets il sentait l'herbe douce de l'été et les odeurs de la nature en éveil. Ses larges pattes se posaient au sol à intervalles réguliers. Lentement mais sûrement. On aurait pu penser qu'il n'était qu'un chat normal encore un peu endormi si l'on ne se fiait qu'à son pas. Quoique, un chat voyant n'aurait pas fait craquer cette brindille sous son poids, ni celle-ci. Tous ces petits bruits annonçant sa présence titillait les nerfs du vieux matou. Il détestait étaler ainsi sa cécité. Il aurait voulu que jamais ses yeux ne se voilent, le condamnant à la nuit éternelle. Ses oreilles se seraient couchées un arrière sous l'effet de la contrariété s'il n'était pas si occupé à écouter le moindre son qui pouvait parvenir à ses oreilles. Lorsqu'on ne voyait plus il fallait faire avec ce qu'on avait. Si les vibrations du sol remontant à travers ses pattes et les informations données par ses moustaches lui permettaient d'avancer sans trop d'encombres l'ouïe était tout de même un atout indispensable. A travers ses pattes il pouvait sentir si un élément assez lourd était en approche, comme un bipède, mais ses oreilles lui permettait de prendre conscience de choses bien plus pointues. Là haut il entendait le pépiement d'un oiseau, par là bas un rongeur quelconque grignotait une graine, plus loin un autre oiseau sautillait au sol se cherchant sûrement un insecte à se mettre sous le bec. Un sourire un peu triste vint affleurer aux babines de l'Ancien. Dire qu'il ne verrait plus jamais tout cela ... Il avait le cœur gros. Il secoua vivement la tête, pas la peine de s’apitoyer sur son sort. Ça ne lui rendrait pas la vision. Et voilà, le côté bougon était revenu au galop. On ne chassait pas comme ça le naturel, c'est moi qui vous le dit. Le sourire avait de nouveau disparu, remplacé par l'habituelle expression de mauvaise humeur.
Un odeur connue et qu'il ne s'attendait pourtant pas à sentir vint chatouiller son museau. Une odeur de bipède mêlée à toute une autre palette de senteurs. Celle du grain, celle des rats, celle de certains chats. Il s'arrêta, réfléchissant quelques instants. Dans son esprit il tentait de visualiser la distance parcourue. Il ne pouvait se fier à aucun changement de luminosité comme c'était le cas au début. Il n'avait perdu a vue que progressivement. Dorénavant c'était la nuit noire, plus rien ne filtrait à travers le voile blanchâtre qui couvrait sa rétine. Cependant, il avait acquis une assez bonne notion du temps. Il jugea donc être arrivé jusqu'à la ferme de Gerboise. Il espérait bien ne pas croiser de chat domestiques. Ces derniers le répugnaient. L'ancien Guerrier ne comprenait pas qu'on puisse ainsi se laisser soumettre. Il se demandait s'il n'allait pas rebrousser chemin lorsqu'il sentit un rayon de soleil poindre. Il ne le voyait pas, non, mais il en ressentait la chaleur sur sa fourrure brune. Il sourit, leva la truffe au ciel avec délice. Mais ce moment de détente ne dura pas. Un bruit. Ses oreilles pivotèrent immédiatement dans sa direction. Bientôt suivies par sa tête, geste purement réflexe puisque ses yeux ne lui étaient d'aucune utilité. Le vent ne soufflait pas pour lui. Il ne pouvait avoir aucune information quant à l'identité du nouvel arrivant. Il ne sentait rien à travers le sol c'était donc un animal léger. Léger comme pourrait l'être un chat. Sa voix rauque s'éleva dans l'air.

- Qui va là ? Si vous n'êtes pas un ennemi ayez l'obligeance de vous présenter ou alors de vous rapprocher.

Il laissa passer un léger silence avant de poursuivre, l'ironie bel et bien présente dans sa voix et un petit sourire cynique étirant ses babines. Il fixait l'autre de ses yeux sans vie.

- Je crains que mes yeux ne soient plus ce qu'ils étaient.

__________________________________



Merci Lulu c: ♥

Merci beaucoup Sioux **:
 

Thanks Houxy =3:
 

Nui il râle en darkblue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage d'Ecureuil
Apprentie du Clan du Lion



● Nombre de messages : 1074
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/04/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Avant, Plume de Poussière

MessageSujet: Re: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Lun 8 Juil - 18:56


A y repenser, peut-être voyons nous tous deux à l'aveuglette.

Nuage d'Ecureuil observait son reflet dans l'eau qui était heureusement arrivée sous ce soleil torride, quoique celui-ci ne pointait plus le museau depuis ce matin et qu'il allait probablement faire un peu lourd. Elle ne passait pas beaucoup de son temps au camps, une vielle habitude qui lui était restée. Elle  préférait de loin passer son temps dehors, à regarder, à observer, à contempler, parfois sous l'oeil d'un petit chaton innocent ou parfois sous l'oeil d'un chat passant par une période où il se plaisait à changer le monde par la seule force de ses pensées. Son reflet bougea, un poisson avait troublé la surface plane de l'eau. Nuage d'Ecureuil n'ayant pas prêter attention à l'astre lumineux, il lui sembla qu'il réapparaissait juste à temps pour couvrir les écailles du poisson de reflets. Tout à son spectacle, l'idée de l'attraper ne l'effleura même pas. Le chaton releva la tête, afin d'en scruter les alentours. Personne ne viendrait, se dit-elle après un dernier regard en direction du camp. Elle s'élança donc à travers les terres libres en direction de la ferme de Gerboise, se demandant si les souris allaient adopter l'idée des reflets pour ne pas être mangées...

Ses pattes couraient sur un sentier sablonneux, maintenant réchauffées par la chaleur du soleil, ses pattes s'élançaient vivement, soulevant un peu de poussière de sable sur son passage. Le paysage était tellement magnifique, comme la plupart des choses vue par l'âme d'un chaton, que celle-ci ne pouvait s'empêcher d'être prise par l'ivresse de la course et de la beauté qui l'entourait. Elle dirigea ses pas vers le champs de fleur où elle pratiquait l'art très intéressent de marcher en évitant les fleurs... Elle regardait tout avec entrain, par ce beau jour, on son âme était belle et bien celle d'un chaton innocent. Quel plaisir d'observer et d'humer le parfum des fleurs. Rompant le jeu, elle se laissa tomber au milieu de ces pétales éclairés par les rayons du soleil. Un sourire flottait sur son museau, malgré ses yeux rieurs qui s'étaient protégés de leurs paupières.

Elle était si contente d'être tombée sur un jour comme celui-ci, il arrivait parfois que son âme ne soit pas comme ce jour-là, elle pouvait se tenir d'humidité, comme par un jour de mauvaise pluie, celle qui pourrit les plantes des guérisseurs, le jour d'un mal vert. Il y a des gens qui sont toujours comme ça, se croyant soit mauvaises herbes soit belles roses aux épines acérées, ou bien des gens qui partageait toujours la joie de vivre, c'était ce que notre Ecureuil tentait de faire, et d'ailleurs, elle y arrivait plutôt bien, mais la vie est parfois remplie de passages tortueux, qu'on peut voir même petit.

Une fleur cacha le soleil de sa vu, au grand plaisir de ceux-ci qui ne voulaient pas s'ouvrir avant d'être sur de ne pas finir enflammés. La tige lui fit soudain penser aux queues des souris auxquelles elle s'était dit de rendre visite. Celle-ci se releva, lançant un au revoir aux fleurs, au cas où celles-ci entendraient... Elle se remit debout, comme réveillée du sommeil, et rejoignit la ferme à grands renfort de halte. Apercevant la battisse, elle s'élançait de plus belle, pour finalement s'arrêter et traîner la patte sous prétexte d'admirer de nouveau le paysage. Elle s'accroupit aux lisières de la forêt et lapa avidement dans un trou, semblant être un ancien terrier maintenant remplit d'eau. Ayant finit et de boire et de faire sa toilette, elle continua sa marche d'un pas se voulant vif.  Une souris s'échappa de la ferme sous les yeux du chaton qui jugea là que c'était un bon moyen de reprendre la forme. Elle s'arrêta un moment, ne quittant pas sa proie des yeux, pensant que ce serait plus facile si Plume de Poussière était là, étant donné qu'elle devait maintenant appliquer uniquement les techniques apprises. Elle fléchit les pattes, jusqu'à en être aplatie contre le sol afin de voir à la même hauteur que la souris, se déplaça sans faire de bruit vers le coin de la ferme, d'où elle pourrait alors bondir sur sa proie. Elle avança donc à pas feutrés, écartant la possibilité que la théorie des milles calamités se réalise. Arrivé au coin de la ferme, elle trouva la souris accompagnée d'une autre. Trop tard pour attraper les deux. Elle fléchit les pattes, banda ses muscles et bondit. Ses griffes transpercèrent la souris et mirent l'autre en fuite. Elle regarda ses griffes rougies, puis en bon petit chaton très propre et surtout pas très sanguinaire, elle alla les tremper dans l'eau, la souris dans la gueule. Ayant finit son petit nettoyage que n'importe quel guerrier endurcit aurait pu qualifier de ridicule et pourquoi pas d'indigne. Sauf que suivant la logique de notre boule de poils, ils seront bien contents plus tard lorsqu'elle ne voudra pas tuer pour tuer, comme ces rats qui en dégoûtaient plus d'un...

Petit Ecureuil lorgna sur la souris un instant avant de faire un trou à côté de ce qui était devenu son point d'eau et l'enterra. S'étant de nouveau désaltéré, elle revint à la grange lorsque ses yeux s'arrêtèrent sur un chat planté entre les arbres et la grange. Le chaton s'arrêta, ayant déjà le sentiment que celui-ci n'avait pas l'âme d'un chaton et risquait de l'atteindre. Il semblait égaré, ou plutôt comme quelqu'un qui ne reconnaissait pas entièrement les lieux, comme revenant sur un lieux qu'il avait vu jadis. Le vent lui apporta l'odeur du Tigre. Nuage d'Ecureuil paniqua, que se passerait-il si par inadvertance, il s'était approché trop près du Clan du Tigre et que celui-ci se proclamait maîtres de lieux ?  Le Chaton inspira et expira assez fort pour chasser cette idée. Peut-être un peu trop fort...

« - Qui va là ? Si vous n'êtes pas un ennemi ayez l'obligeance de vous présenter ou alors de vous rapprocher, dit la voix rauque qui s'éleva dans les airs jusqu'au oreilles du chaton avec une puissance qui l'interloqua, lui enlevant sa voix pour quelques instants.

- Je crains que mes yeux ne soient plus ce qu'ils étaient, dit le matou en posant ses yeux sur le chaton. »

Nuage d'Ecureuil se rapprocha légèrement puis écarquilla les yeux. Ces yeux qui la regardait... qui semblaient la regarder étaient couverts d'une matière ressemblant à celles des nuages. Le chaton en laissa tomber sa mâchoire de surprise et laissa échapper un ‘ Nuage d'Ecureuil, apprentie du Clan du Lion ’ avant de refermer sa bouche, réalisant que c'était plus sûr par rapport aux mouches. Elle observa longtemps ce chat dont les yeux mystérieux semblaient fixer quelque chose derrière elle. A cette pensée, son coeur battait plus vite, mais pourquoi donc les Etoiles lui avaient-elles retirer la vue ?  Ses yeux se fixèrent dans ceux, aveugles, qui semblaient faire de même. Le son s'étouffa autour d'elle. Son entière réflexion était focalisée via la vue qu'elle semblait lui voler, sur ses yeux. Elle tendit un murmure, un sifflement, un fredonnement, mais ne réalisa qu'après plusieurs instants qu'elle n'avait pas écouter un traître mot de ce qu'avait dit son interlocuteur. Elle articula donc un très misérable ‘ Heu, pardon... j'étais ailleurs, heu... Comment ? Enfin je veux dire... Pourquoi t'as ça ?... aux yeux ? ’






|L'image est pas très belle oui et franchement je suis pas super contente de ce rp ._. J'ai fait plein de fautes, mais comme j'ai garder le premier jet... Bref D: L'allusion sur les rats te fait penser à quelqu'un ?|

__________________________________


Seule la nuit peut nous guider vers l’éternité de la vie telle une silhouette mal assurée avancant vers cet astre glacé, au visage d'argent et au caractère versatile qui s'envole et se pose parmi les gens du bas monde

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Voile de Nuit
Ancien du Clan du Tigre



Masculin
● Nombre de messages : 58
● Je suis arrivé(e) ici le : 01/03/2013
● Age : 22
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Mar 30 Juil - 18:01

L'inconnue déclina son identité. Une Apprentie du clan du Lion. Intéressant. Par réflexe le vieux matou plissa les yeux. Il n'y voyait plus mais des habitudes de voyant lui restaient. La petite ne disait plus rien et ne bougeait plus. Ce qui ne faisait pas bien son affaire lui dont les yeux ne servaient plus à rien. Il se doutait malgré tout de ce qu'il se passait. Il faisait souvent cet effet aux chats qui le voyaient pour la première fois.

- Cesse de me fixer ainsi jeune fille. Personne ne t'a jamais dit qu'il était impoli de dévisager les inconnus ?

L'Apprentie ne répondit pas. Voile de Nuit entendit un espèce de "cloc", comme si des dents s'entrechoquaient. Avait-elle été surprise au point d'en être bouche bée ? Ça aurait été étonnant mais, au final, pas si surprenant que ça. Il avait dépassé l'âge des découvertes et de l'étonnement. Oh il pouvait encore apprendre des choses mais il avait perdu une innocence nécessaire à l'émerveillement. Le monde n'était plus que bruits et sensations. Les couleurs s'en étaient allées, ne laissant que le noir. La luminosité parvenait encore à percer les ténèbres qui l'entouraient. Il pouvait ainsi au moins se rendre compte du jour ou de la nuit. Nuage d’Écureuil, puisque tel était son nom, l'interrogea sur sa cécité. Un sourire amer affleura à ses babines. Elle se posait les bonnes questions. Mais c'était des questions qui faisaient mal.

- Que veux-tu que j'en sache ? Ma vue s'est détériorée petit à petit. Au début je pouvais continuer à chasser, à patrouiller. Aujourd'hui je suis relégué à la tanière des Anciens.

On sentait sns mal son amertume qu'il ne tentait pas de dissimuler. A soixante-quatre lunes il devrait seulement envisager d'y entrer pas y être depuis un certain temps. Son humeur était maintenant sombre. L'Ancien jugea que la jeune féline ne lui voulait pas bien de mal. Et qu'elle l'achève ne voulait pas bien le déranger de toute manière. Il ne pouvait plus servir son Clan. Il était devenu un poids mort, une simple bouche à nourrir. Sa queue battait nerveusement le sol.

- As-tu déjà commencé ton entraînement petite ?

Sa question pouvait passer pour indiscrète. Nui jugeait seulement que ça l'était déjà moins que ce qu'elle même lui avait demandé. Il n'aimait pas parler de son handicap. Il n'aimait pas parler de lui en général de toute manière. La respiration de l'Apprentie le renseignait sur sa position. Il guettait aussi les environs, craignant vaguement qu'elle ne soit pas seule. La mort et la souffrance ne lui faisaient pas peur mais il ne voulait pas que ces chats du clan du Lion pénètrent aux alentours de leur Camp. Il n'était peut-être que provisoire mais c'était leur Camp tout de même. C'était donc chez lui pour l'instant et il ne voulait pas que quiconque s'en prenne aux siens. Mais aucun bruit n'indiquait la venue d'autres félins. Ni la venue de qui ou quoi que ce soit d'ailleurs.

__________________________________



Merci Lulu c: ♥

Merci beaucoup Sioux **:
 

Thanks Houxy =3:
 

Nui il râle en darkblue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage d'Ecureuil
Apprentie du Clan du Lion



● Nombre de messages : 1074
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/04/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Avant, Plume de Poussière

MessageSujet: Re: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Jeu 1 Aoû - 14:35

Sa question lui avait échappée d'entre quelques hésitations. Son interlocuteur ne sembla pas en teindre compte et répondit à sa curiosité 'Que veux-tu que j'en sache ? Ma vue s'est détériorée petit à petit. Au début je pouvais continuer à chasser, à patrouiller. Aujourd'hui je suis relégué à la tanière des anciens.'

Si l'apprentie n'était pas aux prises des nuages qui emprisonnaient les yeux de son aîné, ceux-ci avaient peu à peu envahis son coeur, confirmant ses pressentiments de noirceur. Certains combattants se vantaient d'être durs, insensibles aux émotions des autres, mais si cela était réellement le rôle d'un guerrier, la petite lui préférait largement le rôle de Guérisseur. Cependant les démons personnels si on ose les appeler ainsi, n'en auraient pas été d'accord. Mais les appeler ainsi pourrait était un manque de respect, étant donné leur grand rôle d'apprentissage, et de transmission de maturité, qui valait parfois bien toutes les interrogations causées.

Le ton malheureux qui résonna aux oreilles de sa cadette l'attristait. Elle réalisait en même temps que celui qui se tenait face à elle ne pouvait décrire les horizons nouveaux qu'il parcourrait et ne pouvait se baser que sur ce qu'il avait vu. Elle se demanda pendant un long moment comment celui-ci faisait, comme vivait-il, comment sentait-il, comment se repérait-il... Mais la voix du matou, la coupant, lui fit admettre qu'elle ne pouvait en rien le savoir sans que celui-ci lui en fisse part ce qui aurait été étonnant étant donné son envie pressante de changer de sujet.

'As-tu déjà commencer ton entraînement, petite ?'

L'apprentie qui le regardait alors avec une mélange d’éblouissement, d'adoration et de curiosité, lui répondit de façon à ce que le fil de cette conversation qui lui semblait aussi ténu et fragile qu'intéressent ne se brise pas.

'Oui' dit-elle en pensant à ses brefs souvenirs à demi-enfouis de la forêt où elle avait été puis comme pour se rattraper, ajouta 'Enfin maintenant, j'ai même un mentor'

L'apprentie martelait vivement le sol de sa queue, comprenant que sa réponse ne faisait pas sens, malgré toutes théories d'apprentissage de vie, il y paraissait comme si elle n'était pas redevable à son mentor. Le fait était que sans s'en rendre compte totalement, elle n'appartenait pas réellement au Clan, comme un guerrier à part entière. Bien sûr elle avait conscience de son origine qui l'excluait quelque peu du reste du Clan, mais seul son inconscient retenait son mal-être et s’efforçait de lui accorder le plus longtemps possible l'âme souriante qu'elle abordait avec envie. Ainsi, même redevable à son mentor, et à son Clan, elle ne pouvait qu'amasser ses expériences extérieures comme une excuse à soi-même.

L'apprentie ayant vivement balayé le sol de son regard, comme pour accompagnait sa queue qui le balayait littéralement, pour manifester son mécontentement, releva la tête vers l'autre chat et remarqua que celui-ci semblait sur ses gardes. Interloquée, elle se demanda en quoi, même aveugle, avait-il à craindre une apprentie, puis déduisit logiquement qu'il se préparait pour d'éventuels intrus, autres qu'eux même bien sûr. L'apprentie enchaina donc, sous-entendant certaines choses.

'Mais là je suis juste partie me balader, ce qui me permet de chasser et d'apprendre de nouvelles choses, un autre sorte d'apprentissage non ?' Ses pattes bougèrent légèrement du sol, mal à l'aise, et continua donc de parler pour couvrir son gêne. 'Mais c'est vrai que les autres apprentis doivent être en train de s'amuser avec leurs mentors, peut-être même en groupe...' Afin de ne pas laisser son interlocuteur lui poser de questions, elle inversa le rôle s'occupant des questions visant à créer un échappatoire. 'Et toi ? Que ce que tu fais ici ?'

__________________________________


Seule la nuit peut nous guider vers l’éternité de la vie telle une silhouette mal assurée avancant vers cet astre glacé, au visage d'argent et au caractère versatile qui s'envole et se pose parmi les gens du bas monde

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage d'Ecureuil
Apprentie du Clan du Lion



● Nombre de messages : 1074
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/04/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Avant, Plume de Poussière

MessageSujet: Re: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Jeu 5 Sep - 19:08

Up ça fait un mois :c
Dis à peu près quand tu réponds s'il te plaît, il faut que je m'organise avec la rentrée...
La rentrée... arg x_x
Bisoux ♫♥

__________________________________


Seule la nuit peut nous guider vers l’éternité de la vie telle une silhouette mal assurée avancant vers cet astre glacé, au visage d'argent et au caractère versatile qui s'envole et se pose parmi les gens du bas monde

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Voile de Nuit
Ancien du Clan du Tigre



Masculin
● Nombre de messages : 58
● Je suis arrivé(e) ici le : 01/03/2013
● Age : 22
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Ven 6 Sep - 12:26

Spoiler:
 

EDIT : Et voici ma réponse =3

- J'ai même un mentor.

Si la remarque sonnait étrangement aux oreilles de l'Ancien il ne releva pas, trop occupé à épier tout autre signe de vie. Le bruit mat de la queue de l'Apprentie balayant le sol nerveusement était cependant le seul son félin qu'il pouvait percevoir. Il s'en voulait quelque peu de mettre la jeune féline mal à l'aise mais il avait toujours été suspicieux. Cette tendance n'avait fait que croitre au fil des ans et de la dégénérescence de sa vision.

- Mais là je suis juste partie me balader, ce qui me permet de chasser et d'apprendre de nouvelles choses, une autre forme d'apprentissage non ?

Voile de Nuit acquiesça. Non pas qu'il eut encouragé ses Apprentis à quitter ainsi les terres du Clan mais il leur conseillait souvent de partir seuls pour se forger leur propre expérience. Cette expérience que l'on ne pouvait avoir qu'en essuyant de cuisants échecs ou en faisant certaines rencontres. Lui même n'avait pas appris grand chose de ce côté là. Jamais il n'était tombé sur un solitaire ou un chat de bipède durant son Apprentissage. Il n'avait jamais été très à l'aise avec autrui de toute manière. Ces rencontres fortuites lui auraient certainement apportées plus d'ennuis qu'autre chose.

L'Ancien n'écouta que d'une oreille distraite ce qu'elle disait à propos des autres Apprentis que comptait son Clan. Il se fichait de savoir ce qu'ils pouvaient bien faire. Du moment qu'ils ne trainaient pas dans les parages tout lui convenait. Il retint une remarque sur les félins préférant s'exercer seuls même alors que leur mentor avait mis fin à la séance d'entraînement. De toute manière, il n'aurait pas eu le temps de placer la moindre remarque, Nuage d’Écureuil avait repris la parole. L'Ancien la trouvait bien bavarde cette petite.

- Et toi ? Qu'est-ce que tu fais ici ?

Et bien familière avec ça. Il était vrai qu'il avait été le premier à la tutoyer mais il avait l'excuse d'avoir un certain nombre de lunes de plus qu'elle. Il laissa cependant passer en poussant un léger soupir. Pas la peine de lui en vouloir pour si peu même s'il était plutôt à cheval sur la politesse.

- Je fais ce que bon me semble.

La réponse avait été énoncée d'une voix rude. Une rudesse que beaucoup lui avait presque toujours connu. Seuls les membres les plus vieux du Clan du Tigre pouvaient se souvenir que, jadis, Océan de Folie n'était pas si froid et distant. Il tenta tout de même de se rattraper. Cette petite n'était pas bien méchante Elle le dérangeait dans sa méditation mais enfin ...

- Cette réponse ne satisfera certainement pas ta curiosité mais, tout comme toi, je me promenais. Il fait beau et le soleil fais du bien à mes vieilles articulations.

Ce disant il détourna ses yeux laiteux. Il n'était pas la peine d'alourdir le trouble de la féline. L'Ancien prenait bien souvent un malin plaisir à gêner ses interlocuteurs avec la particularité dont le destin l'avait affublé. Mais pas aujourd'hui, pas avec elle. La gêne qu'elle éprouvait ne le dérangeait pas. Elle l'amusait même tant il était habitué. Ce n'était pas cela qui le dissuadait de la railler. Non, ce qui l'en empêchait étaient ses paroles et ce qu'elles dissimulaient. Cette petite cachait une blessure. Certains dédaignaient les êtres que le Clan des Étoiles avaient pourvu d'un chemin semé d'embûches. Lui les comprenait ou, du moins, avait de la compassion pour eux. Sa vie à lui n'avait pas été des plus simples. De nouveau sa voix rauque s'éleva alors qu'il avait le museau tendu vers l'immensité du ciel, laissant les chauds rayons du soleil le caresser délicatement :

- De quelle couleur est ton pelage ? Et tes yeux, quelle teinte prennent-ils par une si belle journée ? Je ne tirerai rien de ces informations mais j'aime connaître ce genre de détail.

Sa voix se fit railleuse sur le dernier mot. Il était, une fois de plus, passé du coq à l'âne mais peu importait. Cette conversation avait pris à elle seule des dimensions d'irréalité. Il l'aurait bien questionnée plus avant sur son entraînement, son mentor et tout ce qui s'en suivait mais elle n'avait pas l'air encline à poursuivre sur cette voie. Elle n'aurait pas changé de sujet sinon n'est-ce pas ? Une douce brise vint caresser son pelage brun. Il savait pertinemment que ce dernier n'était pas vraiment présentable. Il s'en contre fichait. Son apparence avait perdu toute importance dès lors que le monde avait perdu toute couleur. Il imaginait que la féline avait, elle, un poil parfaitement lustré sur lequel le soleil devait faire apparaitre mille reflets. Voile de Nuit se retint de tourner les yeux vers Nuage d’Écureuil alors que sa réponse flottait doucement dans l'air. Il n'en aurait conçu que de la de la déception. C'était toujours ainsi lorsqu'il se faisait décrire quelqu'un ou quelque chose. Entre les mots et les images tirées de sa mémoire il croyait toujours fugacement qu'il pourrait réellement voir ce qu'on lui décrivait. Comme s'il lui suffisait d'ouvrir les paupières pour que la lumière soit de nouveau là.

- Merci, souffla-t-il lorsqu'elle eut terminé.

Peut-être n'avait-elle pas entendu mais il ne se sentait pas capable de lui offrir plus.

H.RP : si les dernières lignes (ou même celles d'avant) te chiffonnent n'hésite pas à me passer un mp je modifierai ^^

__________________________________



Merci Lulu c: ♥

Merci beaucoup Sioux **:
 

Thanks Houxy =3:
 

Nui il râle en darkblue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Rêve Noir
Guerrière du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 5355
● Je suis arrivé(e) ici le : 03/09/2012
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Mistral Glacé (ex) ; Étoile du Tyran (ex) || AUCUN

MessageSujet: Re: Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]   Lun 27 Oct - 22:45


[Je lock et déplace par manque d'activité. Si vous voulez récupérer ce post, envoyez simplement un MP à un administrateur ou à un modérateur.]

__________________________________



: . anciennement . :
 

Nuage Noir parle en #000010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Promenade à l'aveuglette, c'est le cas de le dire [PV Squirrel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Terres Libres & Etoiles-