« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Ven 30 Aoû - 18:00


Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes !
PV : CLOCHE DE MINUIT
____________________________________________


La journée était déjà bien entamée quand je partis chasser en solitaire. Avant de partir, j’avais pris le temps de me nourrir et de donner quelques consignes à mes apprentis, pour qu’il ne reste pas bêtement dans le Camp à s’ennuyer. J’étais donc sortit du Camp et avait commencé à chasser pour mon précieux Clan. Allant des Plaines Rocheuse aux Grands Pins, j’eus vite amassé assez de proie pour nourrir tous les apprentis du Clan. En cette saison, la chasse était simple et profitable. Tous les membres du Clan mangeaient à leur faim. Seulement, tout ça ne durerait pas, lorsque la Saison des Neiges viendrait, il sera beaucoup plus difficile de se nourrir. Je continuai un peu de chasser avant de rentrer. Je savais d’avance qu’il me faudrait faire plusieurs allers-retours pour récupérer toutes mes proies. J’avais deux solutions, soit je demandais de l’aide ou alors je me débrouillais seul, qui à prendre plus de temps qu’avec de l’aide. Seulement, je n’aimais pas demander de l’aide. Surtout que les membres du Clan ne semblaient pas tous m’apprécier. Je revis alors l’image d’Echo Céleste lorsque je l’avais accompagné pour la patrouille des frontières avec le Clan du Tigre. Je secouai ma tête et essaya de faire disparaitre cette image. Je rentrais au camp chargé de proies et repartit aussitôt. Après deux allers-retours, il ne restait plus qu’une souris et un campagnol. Je les ramènerais en un voyage. Ces deux proies, je les avais laissés non loin d’un territoire qui était considéré comme libre. J’espérais que personne ne les sentirait et franchirait la frontière pour les ramener à son Clan. Je me mis en route pour la Forêt Pétrifié, puisque cet endroit côtoyait mon territoire et que c’était à la limite de celle-ci que j’avais enterré mon gibier. Une fois arrivé sur place, je trouvai facilement l’endroit où j’avais enterré le gibier de mon Clan. Je commençai seulement à gratter le sol humide de la forêt quand je sentis un délicieux fumet de lapin. Bien sur, je n’étais pas adapté à la chasse de ces rongeurs, mais je pouvais toujours essayer. Qui ne tente rien n’a rien. J’entrouvris la gueule afin de mieux humer son parfum. Je me disais que dans le meilleur des cas, je n’étais pas obligé de courir, je pouvais le prendre par surprise comme une souris. Je remontai la piste. L’odeur s’intensifia lorsque j’aperçus un bout de queue ton blanc. C’était la queue du lapin. J’allais pouvoir l’avoir. Il semblait être entrain de grignoter une graine ou je ne sais quoi. Il ne devait même pas savoir que j’étais derrière lui. Je m’avançai encore un peu en prenant garde de ne pas faire de bruit, ne serais-ce qu’en posant mes pattes sur le sol ou en marchant sur quelque chose. La queue du lapin frétilla, j’eus d’abord peur que celui-ci ai détecté ma présence. Je me préparai à passer rapidement à l’action au cas où il m’aurait vu. Le rongeur se contenta seulement d’avancer de quelques pas. Je m’avançais de nouveau. Les membres fléchis, je m’apprêtais à sauter sur ce gros morceau de chair fraiche. J’entrouvris à la gueule afin d’emplir mes narines du délicieux fumet qui s’échappait du lapin. Je renâclai lorsque je sentis l’odeur pestilentielle d’un membre du Clan du Tigre. Mes babines se retroussèrent et mon poil se hérissa. Il me fallait passer à l’action et vite avant que cet abrutit de chat ne me vole ma proie. Ce serait au plus rapide. Mes muscles se bandèrent m’apprêtant à sauter, mes griffes ne faisaient qu’entrer et sortir. J’évaluai la distance entre moi et la proie. Je me préparais à sauter à bonne distance quand quelque chose me percuta de plein fouet. Je tombai à la renverse et vit dans la poussière que mon très chère lapin s’en était allé. Je me relevai en moins de temps qu’il en faut pour le dire et cherchai du regard qui avait bien put me bousculer comme ça. A moins d’être un chat aveugle, il l’avait fait exprès. Je vis alors un chat étendu sur le sol, non loin de l’endroit où j’avais chuté. Ce devait être lui qui m’avait envoyé dans la poussière. A son odeur, il venait du Clan du Tigre. Mais je ne le connaissais pas. Il avait un pelage de couleur noir, comme le mien. Mais à ma différence, le sien était mi-long alors que le mien était court, ce qui me semblait beaucoup plus pratique. En regardant bien, je vis qu’un de ses œil était rouge et que l’autre était bleu. Il est plus que bizarre ce chat. J’étais furax contre ce félin et je n’avais qu’une envie, lui faire passer un sale quart d’heure. Il allait y avoir le droit. Cette proie, j’aurais put l’avoir et elle aurait nourris la pouponnière entière. Mes babines se retroussèrent en un instant et mes crocs devinrent visibles. Mes griffes étaient elles aussi prêtes à en découdre. J’approchai lentement du félin. Je ne voulais pas me faire discret, non loin de là. Je voulais qu’il ait peur et que lui passe l’envie de trainer dans mes pattes. Je grognai tout en m’approchant. Je fis vite un constat qui tourna à mon avantage, le félin qui se trouvait en fasse de moi en plus d’avoir un pelage mi-long avait un corps fin comme celui des femelles. Je faillis ricaner en le voyant se remettre sur ses pattes. Je me contentai d’hurler ces quelques mots après lui :

« Qu’est-ce qui t’as pris vermine de me percuter ? Si tu voulais me faire perdre ma proie, je tiens à te dire que tu as réussis. Je veux une explication tout de suite ou je te mets en pièce. »

Je me retenais pour ne pas lui sauter dessus et lui refaire le portrait. Je ne pouvais pas supporter ce genre de comportement. Il aurait put se contenter de chasser ce lapin au lieu de me le faire perdre. Il aurait au moins servit à nourrir un des deux Clans. Je grognai de mépris. Je ne connaissais pas ce guerrier. Mais je voyais déjà le futur. Nous serions surement ennemis et sur le champ de bataille, je ne me ménagerais pas.

__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Cloche de Minuit
Guerrier du Clan du Tigre



Féminin
● Nombre de messages : 1274
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/08/2013
● Age : 15
● Mentor/Apprenti(e) : X

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Ven 6 Sep - 21:04



Aujourd'hui aussi, ça allait être une journée absolument normal.. Toutes les journées sont les mêmes. Tu te lèves, tu manges, tu t'occupes de ton clan, tu reviens, tu manges, et tu dors. C'est ce que je pensais étant jeune, et je pense ne plus le penser, enfin.. Je crois. « L'exception existe. » Une phrase toute bien faites, de ma défunte mère. Elle avait raison. Ce jour maudit que je me rappellerai tout les jours.. Ce jour, où j'étais tombé amoureux pour la première fois.... Et que je me suis pris un râteau. C'est un jour exceptionnel ça.. Même si il est comment dire.. Oublier. C'était juste que depuis ce jour, il n'y a rien eu d’exceptionnel. Jusqu'à ce jour, j'ai vécu des journées simples, et normales. Oai tu as bien lu. J'ai bien écris "Jusqu'à ce jour". Pourquoi ? Tu le seras en lisant plus bas. Ou alors tu as la flemme de m'écouter (lire pour les lecteurs). Je me réveillais. Quelque chose de normal.. Heureusement que se levais c'est quelque chose de normal.. M'enfin bref. J'étirais agilement et discrètement mes pattes pour ne pas déranger les autres, qui dormaient encore. Je me faufilais en dehors de la tanière des guerriers, et je fermais mes yeux un instant. Le soleil brillait de toute ces forces, comme un chien enragé qui n'arrête pas d'aboyer après un chat. Comparaison merdique, je sais. Il y avait aussi une légère brise, qui était la bienvenue, elle nous soulageait de cette chaleur. Autour de moi, quelques félins étaient allongés et discutés entre eux, d'autres revenaient de chasses. Certains été sur le point de partir. Je soupirai. Rien ne s’annoncer alors... Un jour normal, comme les autres.. Je me dirigeais vers le tas de gibier, et je pris une maigre souris pour ne pas gaspiller, j'avais perdu l'appétit. Comme d'habitude, je mangeai seule. Je n'avais pas beaucoup d'amis, voir aucun . . . . Faisant une toilette rapide, je me levais, et je regardais derrière moi. Je croisa la regard de Cœur Blanc, une jeune guerrière de mon Clan. A ce moment là, comme par hasard, je fermais mon œil gauche, le bleu, et je fis paraître le droite.. Alias le rouge... Je vis qu'elle détournait son regard pour partir ailleurs.. J'avais du la gênée, ou bien l'effrayé.. Je crois pas, elle n'est pas de ce genre.. Je secouais la tête. Fichu œil.  Je ne savais pas quoi faire.. Enfin si, je partais chassé.. C'est un bon moyen pour oublier les tracas.. Enfin, je veux dire que je fais cela principalement pour nourrir mon Clan, n'imaginait pas que je vais chasser pour.. Voilà. Par contre, il fallait que je pense à un bon endroit.. Un bon endroit où il y aurait beaucoup de proies.. Cela m'étonnerait un peu qu'il y est beaucoup de gibiers à la Forêt Pétrifiée.. Mais le destin avait conduit mes pattes par ici.. Une seule et unique phrase me revint en tête. « L'exception existe. » Je regardais le ciel. J'avais envie de discuter avec les étoiles, et de demander "Une exception aujourd'hui.. C'est bien cela Mère ?" Je baissais la tête. Si L'exception m'attendait, c'était dans mon devoir d'y aller. Je disais cela comme si j'allais franchir une grande porte... Mais là il n'y avait pas de porte, j'étais juste devant la Forêt.. En faites laisser tomber ce que je viens de dire. Je marchais quand je sentis la "merveilleuse" odeur d'un lapin. Ça m'a donné envie de baver.. Je secouais ma tête. Faut penser avant tout au Clan ! Une autre odeur me fis fermer ma bouche. L'odeur du Lion. Fais chi.. Alors, le lapin, c'est mort ? Mais non. Je vais pas me décourager. Mais non, mais non. J'suis pas trouillard. A vu d’œil, ça a l'air d'être un mâle.. Vu ses muscles. Je jetais un coup d’œil (oui j'arrête avec les "œils".. Répétition..) vers le félin. Il m'avait repéré. C'était sur, mais pourtant, il était toujours à fixer le lapin, prêt à sauter dessus. Je plissais les yeux. Si il croit que je vais le laisser chiper MA proie. Il bondit, je bondis moi même de mon perchoir. Je percutais son ventre, à lui arracher ses boyaux. (Malheureusement ils ne sont pas tomber. M'enfin bref). Je percutais le sol la tête en première... Ca faisait mal, mais cela en valait la peine.. Enfin je crois pas.. J'aurai du prendre le gibier avant lui, et ne pas le percutait.. Toujours dans les vapes, je ne voyais rien pour le moment. Je n'entendais juste que ses pas qui résonnaient dans le sol et ces grognements. Je l'avais bien mis en colère, et j'avais bien fais. J'essayais dans bien que de mal de me remettre sur mes pattes, je le vis qu'il s'empêchait de ricaner. De la colère et de la rigolade.. Les deux en même temps, c'est bizarre.

- Qu’est-ce qui t’as pris vermine de me percuter ? Je sortais d'un coup mes griffes.. Comment osait-il me traiter ainsi ? Il ne sait pas regarder ? Si tu voulais me faire perdre ma proie, je tiens à te dire que tu as réussis. Je veux une explication tout de suite ou je te mets en pièce.

Mais voyez-vous ça.. Môôsieur croit vraiment que je vais lui dire qu'est-ce que j'ai fais ? Et surtout comment va-t-il faire pour me tuer ? Il est tellement gros qu'il n'a pas l'air bien agile. (Ou alors ce n'est que moi qui a l'habitude de minou maigre.)

- Tu veux une explication ? Bien.

Je fis un très grand sourire, je baissais la tête pour ricanais un petit moment. Cette phrase me revint : « L'exception existe. » Elle était là. L'exception était enfin de retour devant moi. Relevant la tête, avec courage et sérieux, je répondis, une phrase que je n'aurai sans doute pas du dire.

- T'avais qu'à bouger.

| Sorry du retard.. Les cours, c'est ch*ant D: Et puis désolé de la mini taille du rp... |

__________________________________





Dernière édition par Cloche de Minuit le Jeu 7 Nov - 17:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Sam 28 Sep - 16:55


Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes !
PV : CLOCHE DE MINUIT
____________________________________________


Je luttais toujours contre moi-même pour ne pas sauter sur cet énergumène qui ne méritait que cela. Mes crocs et mes griffes étaient bien visibles, mes muscles saillaient sous mon pelage noir ébène. Je n’avais pas l’habitude de juger sur les apparences, mais ce félin me semblait petit et pas très fort. Je n’aurais donc aucun mal si un petit combat s’en suivait. De plus, je connaissais la situation du Clan du Tigre. Il n’avait même pas été capable de protéger leur territoire contre les bipèdes, ils avaient fuient sans même tenter de résister. J’avais comme idée en tête d’aider le Clan du Tigre, mais c’était sans compter sur cette rencontre. Est-ce que mes peurs pouvaient-elles se révéler être la réalité ? Est-ce qu’Etoile d’Epines pouvait avoir manipulé Etoile du Tyran ? Si c’était le cas, le Clan du Lion courait à sa perte en aidant ces cervelles de souris. S’il était tous comme ce petit matou, je ne bougerais pas une patte pour leur venir en aide. Je voulais bien m’occuper des chatons et encore des anciens, mais les guerriers, je ne les aiderais pas. Sortant de mes pensées, je me rendis compte que j’attendais toujours une explication de la part du matou qui se trouvait devant moi. Il avait toujours le nez dans la poussière et s’il ne disait mot et ne bougeait point, j’en ferais une affaire personnelle. Soudain une phrase me revint en tête, c’était la phrase qui me revenait en tête à chaque fois que je m’apprêtais à commettre un crime. « Tu supportes des injustices : consoles-toi. Le vrai malheur c’est d’en faire. » Je revis une image de mon mentor me disant ces quelques mots. Puis plus rien, je revis le matou qui essayait de se relever. Je ne bougeai point, je ne pouvais pas me permettre de l’attaquer lâchement et jamais je ne l’aurais aidé à se relever. Je préférai garder mon estime pour mes vrais amis et les membres de mon Clan, qu’il soit mes amis ou non. Je le regardai presque avec pitié. Il avait l’air vidé de toute force et semblait avoir du mal à se remettre sur ses pattes. Il lâcha soudainement :

« Tu veux une explication ? Bien. »

Je le regardai avec un regard qui se voulait être dur, comme un mentor regardant son apprenti. Pourtant, je n’avais pas l’impression qu’il soit plus jeune que moi. Au contraire, il semblait même un peu plus âgé. Il avait parlé avec une pointe d’ironie dans la voix. Il voulait certainement m’agacé. Pourquoi ? Ce n’était pas très utile, je voulais déjà le mettre en pièce. Pourquoi en rajouter une couche ? Pour mourir tout de suite ? Je fixai ce félin trapu qui afficha soudainement un grand et piètre sourire sur son visage. Après quelques instants, il baissa la tête et rigola. N’avait-il pas le courage de me rigoler au nez ? Etait-il se pusillanime ? Et puis qu’est-ce qu’il le faisait rire ? Mon air menaçant ? Je ne voyais rien de drôle ni dans ma posture, ni dans ce qu’il venait de dire. Je levai les yeux au ciel, perdant de mon austérité, et me demandai sur quoi j’étais tombé. Je n’avais encore jamais vu un félin avec un caractère aussi… bizarre ? Je dévisageai de nouveau le petit chat qui avait relevé la tête. Avait-il enfin pris son courage à quatre pattes ? Allait-il enfin me donner une raison valable pour m’avoir déranger. A son air, j’en doutais. Il semblait être le genre de félin à chercher des embrouilles là ou il n’y en a pas. Dans ses yeux brillait une lueur de courage, et sa posture montrait qu’il se voulait paraître sérieux. Il lâcha quelques mots que j’aurais préféré ne jamais entendre :

« T’avais qu’à bouger. »

Je venais d’attendre un long moment, l’écoutant rigoler, prendre son courage à quatre pattes et enfin parler, tout ça pour quoi ? Pour une réponse emplit d’arrogance et de rejet de faute ? D’ailleurs comment osait-il me rejeter la faute ? Est-ce que c’était moi qui venais de lui rentrer dedans ? Non ! Du tout. Je grognai en m’approcha un peu plus du félin, menaçant. Je m’arrêtai juste devant son nez. Je pouvais sentir son odeur et si je le voulais j’aurais pus en finir. Je faisais grand à côté de ce félin, ce qui pouvait tourner à mon avantage. Seulement si une course suivait, peut-être qu’il serait plus rapide. Je ne dis pas que je suis pataud, non loin de là, mais en général les petits chats court plus vite que les grands. Quoi qu’il en soit, il n’était pas près de me filer sous la patte. Je le tenais presque dans ma gueule. Si je l’aurais voulut, je l’aurais massacré. Me forçant à rester plutôt calme, je parlai distinctement :

« Je t’ai demandé une explication, ce que tu m’as donné ne l’est pas. Tu te crois au dessus de moi ? Tu crois pouvoir me cacher la vérité ? Est-ce que tu crois vraiment que j’ai besoin d’une raison pour te tuer ? Ou peut-être que tu ne m’en crois pas capable. La vermine comme toi ne devrait même pas faire partit de Clan. »

Je m’avançai un peu plus et toujours aussi menaçant. Enfin quand je dis menaçant, c’est crocs et griffes visibles. Mes yeux se mirent à lancer des éclairs. Il m’avait fait perdre ma proie et maintenant il osait me faire perdre mon temps. Mais pour qui se prenait cette cervelle de souris ? Grognant de mépris, je me surpris à lui faire un croche patte. Le petit félin tomba sous la force et la surprise. Il se retrouva de nouveau sur le sol. Je ne me sentis que plus puissant. Aveuglé par  ma supériorité, je le plaquai au sol, mes pattes profondément enfoncé dans sa chair, de façon à ce qu’il ne se relève pas.

HRPG:
 

__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Cloche de Minuit
Guerrier du Clan du Tigre



Féminin
● Nombre de messages : 1274
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/08/2013
● Age : 15
● Mentor/Apprenti(e) : X

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Dim 29 Sep - 18:52



Je le regardais d'un regard moqueur. Il croyait vraiment que j'allais lui dire la vérité ? Il croyait vraiment que j'allais lui dire que j'ai fait exprès ? Il est idiot. Mais je lui en veux pas, il ne me connait pas, il ne savait pas ce qui l'attendait. Je vis son visage s'assombrir, j'ai du encore plus l'énerver. Il grognait tellement fort que toute la forêt pouvait l'entendre, je n'avais envie dire qu'une chose.. "Ça va, ferme la, on a comprit !" Mais je me retins. Il s'était arrêté juste devant mon p'tit nez. C'était amusant, je fis un délicat sourire malin. C'était tellement drôle de le voir comme cela, énervé. Mais je crois que j'ai trop abusé.. A voir sa tête, il voulait vraiment ma peau, tss, j'ai trop la flemme de me battre. Mais si il le faut vraiment, je vais le faire, mais c'est pas dans mes intentions.. Oh que non..

- Je t’ai demandé une explication, ce que tu m’as donné ne l’est pas. Tu te crois au dessus de moi ? Tu crois pouvoir me cacher la vérité ? Est-ce que tu crois vraiment que j’ai besoin d’une raison pour te tuer ? Ou peut-être que tu ne m’en crois pas capable. La vermine comme toi ne devrait même pas faire partit de Clan.

Tss.. Phrase vite fait, dite calmement, enfin il a essayé, car on entend bien la lueur énervée dans sa voix.. Si je devais répondre à toutes ses questions, cela donnera CA : "Oui, oui, oui, oui, tu t'es pas vu toi ?" Moi une vermine ? Vraiment ? Tu t'es pas vu gros matou dit donc ! Vu ton caractère merdique, ça m'étonne que tu sois toi aussi un guerrier. Tss.. Il faut que je me calme.. Respirez, respirez.. Qu'est-ce que lui prend de faire de la provoque là ? Il veut vraiment que je m'énerve ? (Qui est difficile à faire mais bon). Je ne savais pas ce qui sait passé.. Mais à un moment.. Je sentis une chaleur sur mes pattes, et je tombais à la renverse, comme une légère petite feuille (oui parce que je suis maigre ee). Bref. Avant que je réagisse à quoi que ce soit, car j'étais cloué au sol, encore sous le choc et l'émotion, je ne vis rien arriver.. Rien, rien de se qui pouvait m'arriver.. Devant moi, je ne voyais plus le soleil, le ciel bleu. Il faisait noir. Ma plus grande peur.. C'est que.. C'est que je m'étais fracassé la tête et que je m'évanouis. C'était possible, mais non, c'était pas ce qui m'était arrivé. De.. Devant, enfin sur moi (pas tout à fait.. HEIN ?), il y avait ce matou. C'était lui qui me cachait la vue, il est tellement gros qu'il m'aveuglait ! En une fraction de seconde, je ne ressentis plus rien.. Jusqu'à.. Jusqu'à je sentis ces longues griffes s’enfonçaient dans ma chair.. Ce jour là.. Je ne savais pas si j'allais vraiment en sortir indemne.. Car c'était bien la première fois que j'avais aussi mal... J'avais trop sous-estimé ce gros matou, il était bien plus fort que j'avais pensé.. Mais têtu comme je suis, je n'abandonnais point. Il m'avait juste donné envie.. De.. De me venger de ce coup surprise ! La.. Je peux vous jurez qu'il m'a vraiment mis sous les nerfs ! Il se croit fort ? Et bien je vais lui faire ravaler sa satisfaction ! Ne sous-estimons point les guerriers maigrichons du Clan du Tigre ! Ils savent bien mieux se battre que les guerriers à fortes corpulences du Clan du Lion.. ! (Je me demande si je fais pas du stéréotype là Oo). Ma réaction était enfantine.. J'essayais de me défendre avec mes deux pattes avant restantes, comme un chaton qui se noie.. STOP ! Ne faisons pas honte à mon Clan.. Évaluons la situation.. Je vois rien à ma gauche.. Euh, et je vois rien non plus à ma droite.. Euh, et en face de moi il y a le gros matou qui essaye de me transpercer la gorge. Tss.. Pour le moment, il faut juste que je me dégage de là.. J'arrêtais de me débattre pendant quelques minutes, faire genre que j'abandonne... Mais je lui foutais soudainement un coup de patte dans la figure, plus précisément vers les yeux, pour l'aveugler un moment, pour que je-puisse partir tranquille. Enfin non, je n'allais pas m'enfuir comme un lâche, j'allais me battre, jusqu'à se qu'il crève, et je le laisserais aux corbeaux, pour qu'ils profitent de son cadavre de m.. ! D'un coup rapide, je me dégageais des griffes de mon rival. D'une voix menaçante, mais à la fois amusée et défiante, je lui lançais :

- Tu crois vraiment que tu pourras me vaincre ? Non, même me tuer ? Pff, tu es pitoyable, tu te mets la patte dans l’œil oui !

J'hésitais à courir comme un tigre vers lui et l'écrabouiller, mais il est bien trop gros, que je pourrais m'écraser la face comme si je m'écrasais la face dans un lampadaire.. M'enfuir ? Aller vite fait à mon Camp ? Non.. Ce serait bien trop lâche, je serai ridiculisé pendant toute ma vie ! Je regardais de gauche à droite.. Je réfléchissais à un élément qui pourrait m'aider.. Oui, l'arbre ! Qu'est-ce que je veux faire avec les arbres ? Monter dessus bien évidement ! Mais qu'est-ce que je ferais là dessus ? Bonne question.. En fait.. Je veux juste voir si il est capable de me suivre, si son poids ne l'empêche pas de venir, sur ces mots, je ricanais, et je m'élançais, arrivant sur une branche ferme, et bien dur. Toujours avec mon air défiant et amusé :

- Bon bah très cher ♫ Vient, vient me tuer si tu veux vraiment honorer la pauvre âme de ta proie !

| Si la brusque réaction de Mindnight ne te plait pas, (qui va peut-être être le cas - -"), je pourrais toujours essayer de changer.. |

__________________________________





Dernière édition par Cloche de Minuit le Jeu 7 Nov - 17:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Ven 8 Nov - 20:55


Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes !
PV : CLOCHE DE MINUIT
____________________________________________


J’étais toujours en position forte, au dessus de ce drôle de matou noir. Enfin, j’avais juste mes pattes lourdement posées sur lui et mes griffes qui entraient et sortait de dans sa peau. Du sang avait commencé à couler le long des trous laissés par mes griffes. Cela ne me faisait ni chaud, ni froid. J’avais déjà vu plus de sang et autour d’une personne que j’aimais beaucoup plus. Le sang de ce félin, en-dessous de moi, pouvais bien couler à flot, la douleur ne sera pas la même que celle que j’ai ressentit en voyant ma mère perdre se précieux liquide rouge. Moi ce que je voulais, c’était être normal et j’aurais voulut que jamais ma mère ne meurt, ou du moins qu’elle vive plus longtemps. Parce que je sais bien qu’elle n’aurait pas vécu éternellement, tout le monde meurt un jour certains on la chance de s’éteindre en dormant, d’autres n’ont pas cette chance et meurt dans d’atroce souffrance. J’aurais voulut grandir sous son regard bienveillant. On m’a dit plusieurs fois qu’elle veillait sur moi depuis là-haut. Je n’en suis pas certains. Je n’en suis plus certains. Pas une seule fois elle ne m’a envoyée un signe, pas une seule fois, elle n’est venue dans un de mes rêves cauchemardesques. A vrai dire, je commençais à douter de l’amour que semblait me porter ma mère. Peut-être qu’elle à suivit mon père comme un mouton et m’a lâchement tourné le dos, mais elle saurait qui l’a tué, ou alors elle veille sur ma traitresse de sœur, si jamais je l’a revoyait un jour, je lui ferais la peau à celle-là ! Un flash vint à moi. Je revis une image de ma sœur s’enfuyant et eut une réaction sur le félin en dessous de moi bien qu’il n’y était pour rien, s’était à lui de souffrir maintenant. Il n’était certes pas responsable de la mort de ma mère, ni de la fuite de ma sœur ou encore de la trahison de mon père, mais il m’avait empêché d’attraper une proie qui aurait servit pour nourrir mon Clan. Mes griffes rentrèrent plus profondément dans sa chair et bientôt, je sentis son sang chaud sur mes coussinets. Qu’est-ce que j’étais en train de faire ? Devenir un monstre à cause de mes prédécesseurs ? « A force d’être comparé à un pareil énergumène, j’en deviens un. » Je grognai intérieurement et ressortis mes griffes de son corps pour la dernière fois. J’essayerai maintenant de me contrôler, quitte à me faire renverser ou blessé par ce petit minet. Me rappelant ce qu’il venait de faire, je lui jetai un regard emplit d’animosité et de méchanceté. Il venait de me faire perdre un bon gros lapin. J’aurais surement reçu quelques félicitations si j’avais put attraper ce stupide lapin. Pourquoi avait-il fallut qu’une cervelle de souris me rentre dedans ? Qu’est-ce que j’avais fais pour mériter cela ? J’ouvris ma gueule pour daigner lui parler, sauf que les mots me manquaient, je dus me résigner à fermer ma bouche. Je fixai le matou et je réussis facilement à deviner qu’il cherchait quelque chose à me dire ou un moyen de s’enfuir. Je ne savais pas ce qu’il voulait précisément, mais j’étais certains qu’il ne pensait pas à un chaton de son Clan ou quoi que ce soit d’autre. Je n’avais pas l’habitude d’agresser les matous que je croisais comme ça, mais celui-là, il l’avait vraiment cherché. Toujours est-il qu’en tant normal, j’arrivais à me contrôler. « Je… Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Je deviens un… un monstre… » Est-ce que je me transformais de jour en jour en un monstre assoiffé de sang et de pouvoir ? C’est vrai que je voulais du pouvoir et oui, je n’hésiterais pas à faire couler le sang pour l’avoir. J’avais envie d’avoir un rang plus élevé que celui de Guerrier, j’ai envie d’être Lieutenant ou même Chef. « Malheureusement, si je continue comme cela, la seule chose que je vais arriver à faire, c’est me faire bannir de mon Clan… Celui que je chéri tant. La seule chose qui me tient à cœur. » Si je veux devenir Chef, j’ai intérêt à arrêter de répondre méchamment, arrêter de chercher des noises où il n’y en a pas, arrêté d’être agressif. Je devais arrêter d’être moi. Je devais changer. Seulement, seul je ne pouvais pas. Je l’avoue. J’étais trop faible et je le suis encore. Je retombai sur Terre lorsque je sentis quelque chose bouger en dessous de moi. Je secouai ma tête et vis de nouveau clair, le petit chat noir gesticulait dans tous les sens. Il croyait vraiment pouvoir sortir en remuant de la sorte ? N’avait-il pas remarqué que j’étais au dessus de lui et que j’étais plus fort que lui ? Il essayait de me faire chavirer avec ses deux petites pattes avant. A quoi s’attendait-il ? A me renverser ? Se croyait-il assez fort pour me renverser sans que je sois déséquilibré ou que je ne sois surpris ? Il avait beau croire au Clan des Etoiles, il ne parviendrait jamais à me déstabiliser comme ça ! Je détournai mon regard de sur lui, rebuter pas son comportement puéril. Soudain, plus rien. Il ne bougeait plus.  Mon rythme cardiaque s’accéléra en moins de temps qu’il en faut pour le dire. Est-ce que je l’avais tué ? Etait-il mort ? Est-ce que j’étais devenu un assassin ? « Non, ce n’est pas possible… Comment est-ce que j’aurais fait ? Je n’ai pas pus l’étouffer… » Je baissai brusquement la tête pour voir si mes appréhensions étaient vrais. Je ne sais pas si c’est un soulagement, mais en tout cas, il semblait encore vivant et bien portant. Le rythme de mon cœur ralentit, il redevint normal en quelques secondes. Il semblait encore réfléchir. « Il ne sais faire que gesticuler et réfléchir cette cervelle de souris ? » Je  regardais ce matou comme un ahuri regardait quelque chose qu’il ne connaissait pas. C’est vrai, je l’avoue, ce félin me fascinait. Enfin, je ne le prenais pas pour un dieu vivant, du tout même, je le respectais pour le courage qu’il avait eut de me répondre. Au vu de ma taille imposante et sa minuscule taille. Ça ne devait pas être facile de faire son dur quand on est petit. Je ne sais pas si moi j’aurais osé devenir méchant si j’avais été frêle comme lui. « Je n’aurais pas autant changé. Peut-être un peu, mais je ne serais pas devenu ce que je suis. » Je me perdis une nouvelle fois dans mes pensées. Je songeai à mon passé, à ce que je serais devenu si j’avais été un autre matou. Et si j’étais né dans un autre Clan ? Et si je n’étais pas né du tout dans un Clan ? Si j’avais été un vulgaire chat domestique ? Je fus surpris par mon adversaire qui rapidement se dégagea d’en dessous de moi. Sous l’effet de la surprise, mes griffes se sortirent et se plantèrent dans la terre sèche et dure. Je grimaçai et fixai le matou. Maintenant qu’il n’était plus sous mon emprise, qu’allait-il faire ? Allait-il s’enfuir ? Ou m’affronter comme un chat ?  Il prit la parole d’une voix qu’il voulait faire paraître menaçante, me sortant ainsi de mes pensées sordides :

« Tu crois vraiment que tu pourras me vaincre ? Non, même me tuer ? Pff, tu es pitoyable, tu te mets la patte dans l’œil oui ! »

Comment est-ce que j’avais fait pour le laisser partir ? Je n’étais qu’un idiot. Oui, c’est ce que j’étais. Pourquoi est-ce que je réfléchissais au lieu d’agir ? Je devenais comme le vieux matou gâteux qu’il y avait en face de moi. Il ne faisait que réfléchir et n’agissait que très peu. Je le fixai et en l’écoutant, je me retins de pouffer de rire. Moi ne pas pouvoir le vaincre ? Il rigolait je l’espère. Je pouvais lui ôter la vie d’un mouvement de griffes si je le désirais. Il pouvait d’ailleurs croire ce qu’il voulait et moi ce que je voulais, seul la vérité comptait réellement. Le matou en face de moi semblait paniquer, il regardait de gauche à droite et de haut en bas. Qu’est-ce qu’il cherchait ? Un endroit où s’enfuir ? Un terrain sur lequel il serait plus rapide que moi ? Non, ce ne devait pas être ça. Au vu de comment il m’avait répondu, s’il partait maintenant, il serait vraiment lamentable et aussi couard qu’un lapin. Tiens, aussi couard que celui qu’il m’avait fait rater. Des insultes et menaces invisibles grognèrent dans ma gorge. Je ne pouvais pas m’emporter, pas comme ça, pas devant ce chat. Il ne devait pas être témoin de ma non maitrise de moi. Son regard fuyant se figea. Je le suivis et vis un arbre. Que contait-il faire d’un arbre ? Monter dessus ? Qu’elle en serait l’utilité ? Il ne m’échapperait pas ainsi. Je n’étais pas un chaton, ni un ancien vidé de ses forces, je pouvais monter aux arbres et plutôt aisément si je puis dire. Mes muscles étaient suffisamment développés. Me croyait-il pataud ? S’il le croyait, il avait tord, je ne l’étais pas, je ne vois d’ailleurs pas comment je le pourrais avec la faible ration de nourriture que l’on avait. Surtout que cela diminuerait au fil du temps puisque la Saison des Neiges arrivait. Tout cela pour dire que je ne suis pas gros. Je le savais moi et puis je m’en fichais royalement de ce qu’il pouvait croire à mon égard. Je n’étais pas celui qu’il croyait comme il n’était pas celui que je croyais qu’il était. Il se mit à ricaner, sans trop que je sache pourquoi et il s’élançait vers l’arbre en question. Je le regardai avec une mine un peu étonné. Il était vraiment bizarre ce chat. Il bondit sur une branche et me jeta un regard défiant. Et moi qui lui lançais un regard emplit de questions et de surprises. Il ouvrit la gueule et quelques mots sortirent de celle-ci :

« Bon bah très cher. Vient, vient me tuer si tu veux vraiment honorer la pauvre âme de ta proie ! »

Honorer quoi ? Et pourquoi cette formule de politesse ? Une formule de politesse avant et un tutoiement après, mais que faisait ce matou ? Il fallait faire des choix dans la vie. Soit il me respectait, soit pas. Dans son cas, cela se voyait comme le museau au milieu du visage, il ne me respectait pas. La formule de politesse qu’il avait utilisée était seulement là pour rendre les paroles un peu plus arrogantes. Ce qui ne rendait pas le matou en lui-même plus intéressant. « Lamentable. » Seul ce mot pouvait définir l’attitude de ce félin. Il se croyait visiblement supérieur aux autres. En étant si petit, il ne devrait pas l’être tant que ça. Tient, je me surpris à faire la même chose que lui, me croire supérieur. Il ne fallait pas. Je ne devais pas entrer dans son stupide jeu. Non, j’étais trop futé pour cela. Je le fixai durement comme un mentor pouvait toiser son apprenti. Je m’approchai à doucement de l’arbre sur lequel il était perché et je m’étirai avant de sortir mes griffes. Mes griffes entraient dans les petites rainures de l’écorce et sans élan, je me propulsai, mes griffes me facilitaient l’ascension. Forçant sur mes pattes arrière pour me projeter de plus en plus loin et mes pattes avant pour me réceptionner, m’agripper et me maintenir à la vertical sur le tronc. Je n’eus aucun mal à rejoindre la branche la plus basse de l’arbre. Une fois bien équilibré sur cette branche, j’en montai deux ou trois et m’assis, impassible. Je n’éprouvais aucune émotion envers le petit félin noir, sinon un peu de mansuétude. Je passai ma queue autour de mes pattes et bailla. Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire de lui maintenant ? Le tuer ? Non, cela ne servirais à rien. Lui donner une leçon ? Oui, ce serait je pense le mieux. Je me relevai hâtivement et rejoignis le félin sur la frêle branche, mais tout de même solide, sur laquelle il se tenait. J’avais une idée bien précise en tête, et j’espérais que ce petit chat aurait le courage de dire pourquoi il m’avait fait perdre ma proie. Il avait eut le courage de ne pas déguerpir, pourquoi n’aurait-il pas celui de dire la vérité ? Je m’approchai en crachant et sans qu’il n’ait le temps de faire quoi que ce soit, je le poussa vers le sol. Sans attendre, je le rattrapai par la peau du cou et le laissait pendre au dessus du vide. Il n’était pas si lourd et ce n’était donc pas difficile de le tenir, par contre, je ne resterais pas comme cela indéfiniment. Je marmonnai comme je le pouvais, pour ne pas lâcher le chat, je ne voulais pas avoir sa mort sur la conscience :

« Je me répète, j’exige une explication. »

J’espérai lui avoir fait comprendre que s’il ne me disait pas la vérité, je le lâcherai. Dans ce cas, il devrait être obligé de me dire la vérité, à moins qu’il ne tienne pas à sa vie. Dans son cas, je dirais la vérité et puis si c’était un secret plus grand à cacher à tout prix, je n’ouvrirais pas ma gueule. Je resterais silencieux, quitte à me sacrifier pour mon Clan. Bref, ce n’était pas le sujet. Je le regardai étrangement, comme si je pouvais voir à travers lui. Attendant de voir sa réaction, espérant qu’elle ne soit pas puérile.

HRPG:
 

__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Cloche de Minuit
Guerrier du Clan du Tigre



Féminin
● Nombre de messages : 1274
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/08/2013
● Age : 15
● Mentor/Apprenti(e) : X

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Sam 9 Nov - 7:17



Moi ? Lâche ? Oh que non. Alors pourquoi ai-je fais cela ? Quelle belle question intelligente. Mais bref. Je voulais juste savoir jusqu'où il allait vouloir ma mort... Enfin vouloir ma mort... Si j'ai bien compris. Peut-être que ce n'était pas dans son attention, mais le fait qu'il s'énerve, qu'il "m'agresse", qu'il me crache dessus, enfin bref vous avez compris. Mais en quoi de monter dans un arbre, surtout sur une branche fragile, me fera prouver quelque chose ? Je croyais, oui. Si il voulait vraiment me faire regretter mon dérapage sur lui et sa malheureuse proie, il me suivrait. Et si il me tuait ? Vous voulez dire si il tentait de me tuer plutôt ! Et bien, je suis fort, petit et maigre, lui gros et grand, mais cela ne voulait rien dire. « Les apparences sont parfois trompeuses. » Ne vous l'avons t-on jamais dit ? Et bien si tu ne le savais pas, tu le sais ! M'enfin... J'observais le gros matou au pelage sombre, presque comme le mien. Seulement, mon pelage était plus clair que le sien. Oh mon dieu... Si vous voyez la tête qu'il tirait ! Elle était tellement drôle ! Ce regard méprisant, comme si il voulait dire « Tss. Tu es pitoyable, jeune imbécile. » Bah, un truc de ce genre, vous ne croyez pas ? Je l'attendais calmement. Je n'étais pas stressé à l'idée qu'il me faisait quelque chose. Au contraire, j'étais excité à l'idée de sa réaction. Alors que j'étais dans la lune, le fixant paisiblement d'un regard amusé, il montait soigneusement sur l'arbre où j'étais perché. Il ne manquait plus qu'il montait sur ma branche... Sur ma branche... Moai, vu qu'il était gros, je croyais pas que tout les deux ont pourraient tenir sur cette branche... Oui, il s'approchait... Il s'approchait de la branche, il monta dessus. Tss, avec son poids... La branche se cassera t-elle ? Non, pas tellement. Elle bougeait... Seulement, et heureusement. Toujours avec mon sourire malicieux, j'attendais de voir qu'est-ce qu'il allait faire... Me pousser ? ...Vous croyez ? Il me crachait dessus, d'où je fermais les yeux quelques secondes... Mais c'est quelques secondes... Étaient... Cruciale... Il me fit basculer en arrière. Mon cœur accélérait. Non. Il fallait que je me calmais, et que j'essayais de basculer pour retomber sur mes pattes... En espérant que ce soit au moins une hauteur de 1m50... Sinon, je serais sûre de m'écraser comme une vieille tomate pourrie... Sans vraiment comprendre pourquoi et comment, mon ennemi me retint par la peau du coup... Pourquoi avait-il fait cela ? Me sauver ? ...Bien sûr que non. Me retenir pour pas avoir ma mort sur sa conscience ? Peut-être. Ou sinon, il voulait tout simplement une réponse. Oui, c'était ça. Enfin je croyais. Têtu comme il l'était, il voulait sans doute, savoir, pourquoi ai-je fait fuir sa proie. Encore cette histoire de proie ? J'étais bien d'accord qu'il était gros ce lapin... Et qu'il était donné par le Clan des Étoiles, mais maintenant, c'est fait. Qu'est-ce que cela va te faire de savoir la vérité ? Rien. Strictement. De toute évidence, j'ai rien à cacher. J'avais tout simplement dérapé. Pourquoi je voulais pas lui dire la vérité ? Parce que... Parce que... Je vous en pose des questions ? Bref. Heureusement que j'étais maigre, et que je n'avais pas fort poids. Sinon, il tomberait avec moi, et ce serait bien fait pour lui ! De toute évidence, la mort ne me faisait pas peur. Donc qu'il me lâchait, ok, mais qu'il venait avec moi ! Ces paroles me faisait sortir de ma "bulle".

- Je me répète, j’exige une explication.

Et voilà... J'en étais sûr ! Toujours avec son histoire de proie ! Comme je disais avant, savoir la vérité, qu'est-ce que ça ferait ? De toute façon, si je lui disais que j'avais dérapé, il ne me croira pas, et me lâchera. Mentir, lui dire que j'avais fais exprès pour l'énerver ? Était-ce vraiment cela là solution ? Et bien non, voyez-vous. Cette réaction serait lâche... Je lui dirais simplement la vérité, je me répète, que j'ai dérapé, et il était là au mauvais moment, c'est tout. Et si il le prenait mal ou il ne me croyait pas, tant pis. Qu'il me lâche, et alors ? Je me répète encore, je m'en fiche de mourir. J'ai rien qui m'attache à ma vie. J'ai perdu ma vie, je n'ai pas de compagne, ni de gosse... J'étais toujours seule, donc à quoi bon ? De plus, ma mort n'allait rien changer, à ma vie. Mon Clan s’en foutrait que je sois mort ou pas... Je pariais même qu'il ne verrons même pas que j'étais partie du Clan. Je paris même qu'ils ne savaient pas qui j'étais... Et pourtant... De toute façon... La mort ne me faisait pas peur, et c'était pas tomber à je sais pas combien de mètres qui me ferait peur ! De plus, si ça trouve, la distance entre ce vide et le sol ne devait pas être tellement... Tellement machin, ah, je ne trouvais pas les mots. Si cela se trouve, je pouvais retomber sur mes pattes facilement, soyons positive voyons, pourquoi voir tout en noir ? ...Mhhm ? Et oui, c'est moi qui disait ça ! Je sais, c'est rarement, mais c'est ainsi. Donc... Qu'est-ce que je faisais... ? Je sais pas... Je savais pas encore... Ce choix... Ce choix devait être bien réfléchit... Même si mourir ne me faisait rien, j'aimerais bien continuer à vivre, pour voir jusqu'à combien de temps je pourrais résister à la solitude... Bref, ce n'était pas grave. Allons... Allons réagir comme un vrai matou. Je... Je vais tout simplement dire la vérité, et je me répète encore, que j'avais dérapé, et qu'il était "malheureusement" dans mon "champ" de dérapage. Ah quoi bon mentir, franchement... Ça m'avancerait vraiment à rien, vous ne croyez pas ? Ça me fera juste avoir beaucoup d'ennuis... Non... Ça me fera juste avoir ENCORE beaucoup d'ennuis. Il faut dire aussi, je suis malheureusement tombé sur un félin trop têtu et trop sûr de lui... Mais je compte bien lui faire ravaler ces idées de félin "puissant". Il se croyait vraiment beau, fort et tout ce qui veut ? Mais avec moi, je lui prouvais qu'est-ce qu'un vrai matou. D'accord je ne suis pas parfait comme matou, mais... Bon ok, j'arrête de me vanter, et passons réellement au chose sérieuse. Je pris une voix calme, et sûr de moi, pour ne pas paraître trop lâche et peureux :

- Pourquoi continues-tu à vouloir une explication ? Qu'est-ce qu'elle te rapportera, mon explication ? Pour avoir un prétexte pour me lâcher, pour que je meurs ? Si tu veux... Et bien, je vais te dire la vérité. J'ai dérapé et ta proie et toi n'étaient pas vraiment au bon endroit et au bon moment.. Maintenant, crois moi ou non, c'est comme tu voudras !

Je lâchais un gros soupire à la fin. Je savais pas qu'est-ce que j'avais tout à coup, mais j'avais le pressentiment qu'il ne me croira pas... Il me lâchera comme une pauvre tomate pourrie, sans vouloir rien savoir... Fallait croire qu'aussi, déraper et se ratatiner sur un guerrier ennemi était très peu commun, c'était même très rare. Mais bon, c'était la vérité... Qu'est-ce que vous voulez de plus ? Mon... Mon destin est maintenant entre les pattes du Clan des Étoiles... Et aussi entre celui du gros matou ! Bah oui... Me lâchera t-il à votre avis ? Oui, ou oui... ? Ou non, pardon. Pourquoi je me posais autant de questions... ? Ah mais oui... Vous avez raison. Pourquoi être aussi négatif ? Il fallait me ressaisir ! N'attendons pas un miracle, ayons confiance, et tout ce passera bien... Enfin je crois. Et puis, je vais encore le répéter, la mort, c'est rien, tout le monde y passe un jour ou l'autre... Alors... Pourquoi avoir peur de mourir... ? La vie, et mourir... Deux principales points communs des êtres vivants... Et personne ne peut le nier, vous ne croyez pas ? Je fermais les yeux quelques minutes, et ré-ouvris tout d'abord mon œil rouge... J'avais envie de lâcher une larme... Sans raison, je ne savais pas trop pourquoi... Je ré-ouvris ensuite mon deuxième, celui qui est tout bleu, comme l'océan. Je... Je n'avais plus envie de lâcher des larmes, bizarrement. Je sentais une grosse pression sur le cœur. Je soupirais vivement, mais moins lourd et plus délicatement qu'avant. Je faisais soudainement, un grand sourire. Et bien, me revoilà excité à l'idée de sa réaction... Qu'est-ce que... Je suis... Étrange. Bah, de toute façon on me l'a toujours dit. Alors... Jeune félin, que vas-tu faire ? Ré-flé-chis bien, héhé... Parce que tu sais quoi ? J'ai une vague idée en tête si tu me lâches... Je ne mourrai pas... J'en suis sûr, sois certains... Mon cher... Héhé... Euh, c'est bon, j'arrête mon rire bizarre... Promis, promis..

HRPG:
 

__________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Dim 1 Déc - 1:51


Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes !
PV : CLOCHE DE MINUIT
____________________________________________


Attendant toujours aussi patiemment et ardemment une explication de la part du matou, je ne pouvais m’empêcher d’essayer de me mettre à sa place, ne serait-ce que pour voir ce qu’il pouvait bien penser de moi. Un inconnu dont il ne connaissait même pas le nom, le tenais au dessus du sol, à quelques mètres qui pourraient s’avérer néanmoins dangereux. A sa place, comment est-ce que je serais ? Pétrifié ? Terrifié ? Non pas le moins du monde. A vrai dire, je n’avais plus rien à perdre dans ma vie, je n’avais plus de famille, un seul ami et de nombreux ennemi. Pas de peine à faire dans mon entourage, pas mal à faire en plus. Personne à faire souffrir. Pourquoi ne me donnerais-je pas la mort ? Je pense que c’est parce que je serais mal vu, tout comme je le suis, mais quand je dis mal vu, c’est encore pire. Enfin, peut-on être pire que ce que je suis ? Je suis à la limite du monstre. Je ne me contrôle que très peu. Mes excès de colère sont de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que je vais bientôt faire une erreur et que beaucoup d’autres vont suivre. Et si cette erreur était de tuer le matou que je tenais par la peau du cou ? Ce matou qui m’avait fait perdre une proie. N’était-ce pas trop peu pour ôter la vie à quelqu’un ? Pour un malheureux lapin ? Ce n’est pas comme si on était en pleine Saison des Neiges et que la vie de plusieurs matous dépendait de ce rongeur égaré. Est-ce que cela valait vraiment la peine de se tâcher les pattes pour si peu ? Non certainement pas, mais je voulais au moins connaitre le motif l’ayant poussé à me rentrer dedans. Ce ne pouvait être que volontaire. A moins que ce chat soit le félin le plus gauche de la forêt. Pourtant, j’étais sûre d’être tombé sur un individu plutôt bizarre. Quelqu’un qui semblait bien cacher son jeu. Sous ses airs de petit chat, se cachait un chat méchant et froid, un peu comme moi. En observant le matou, je ne vis pas la lueur de peur dans ses yeux que je connaissais que trop bien. Cette lueur qui avait animé mes yeux et ceux de ma sœur lorsque le blaireau s’était dressé devant nous. Je m’en rappelle comme c’était hier. En même temps, si je ne m’en rappelais pas, c’est que je devenais fou et sénile. Je revoyais cette scène quasiment toutes les nuits. Elle m’empêchait de dormir et elle m’agaçait. Moi ce que je voulais, c’était avancé, laissé mon passé derrière moi et devenir un Guerrier redoutable et redouté. Non, je ne suis pas comme tous ses chats qui veulent devenir les meilleurs Guerriers pour leur Clan, moi ce m’est de plus en plus égal. Je veux être crains. Je veux que partout où je passe, les félins tremblent. Je veux qu’à la moindre prononciation de mon nom, les chatons frémissent et les anciens tressaillissent. Je veux que partout où je passe la terreur et le chaos me suive. Fou moi ? Non pas du tout, ambitieux. Même très ambitieux. Je suis, je pense, le chat le plus ambitieux que la forêt n’est jamais abriter. Il a juste fallut un choc pour que je découvre ma vraie nature. Celui que j’étais avant la rencontre du blaireau n’était pas le vrai moi. Ce n’était qu’un masque que je portais et qui est tombé. C’est triste à dire, mais je crois que ma famille n’a pas un destin dans les Clans. Je devrais peut-être même quitter le mien. Qui sais peut-être que survivre seul serait mieux. Peut-être que ce lancer dans une aventure en solitaire serait intéressante. Toujours est-il qu’en abandonnant mon Clan, je n’aurais plus besoin de chasser que pour mon propre compte et que je n’aurais pas besoin de respecter les règles imposer. Seulement, je serais plus que jamais en danger, sur mes gardes et personne ne voudra m’accorder une parcelle de territoire. Et je n’aurais pas le droit non plus aux soins de la Guérisseuse en cas d’escarmouche. Finalement, rester dans mon Clan reste et resta pour toujours la meilleure solution. J’y resterais jusqu’à ma mort ou jusqu’à ce que l’on m’en chasse ou exil. Le voile qui s’était placé devant mes yeux et qui me voyait voir floue se dissipa. Je revis de nouveau.  Le frêle matou noir étant toujours suspendu. Moi étant toujours sur cette branche qui semblait fragile mais qui au fond était solide. Ce matou était peut-être comme cette branche. Petit à l’extérieur mais grand à l’intérieur. C’était probable après tout. Les gens savent très bien cacher leur jeu. Je ne l’attendais plus cette réponse. Il semblait ne pas vouloir me la donner et pourtant, il finit par ouvrir la gueule et un son finit par en sortir :

«  Pourquoi continues-tu à vouloir une explication ? Qu'est-ce qu'elle te rapportera, mon explication ? Pour avoir un prétexte pour me lâcher, pour que je meure ? Si tu veux... Et bien, je vais te dire la vérité. J'ai dérapé et ta proie et toi n'étaient pas vraiment au bon endroit et au bon moment. Maintenant, crois moi ou non, c'est comme tu voudras ! »

Le matou venait de lâcher cette ribambelle de mots d’une voix plutôt calme et assurée pour un chat suspendu au dessus du sol. En même temps, qu’est-ce qu’il risquait vraiment si je le lâchais ? Dans le pire des scénarios, il se casserait une patte ou deux, et il ne pourrait plus marcher. Il serait donc incapable de chasser ou même d’aller chercher de l’aide. Il mourrait donc de déshydratation ou de faim. Et puis s’il n’était pas doué, il tomberait la tête la première et il mourrait sur le cou, la nuque brisée. Ce serait le moins douloureux et le plus rapide pour en finir. Hein ? Et puis qu’est-ce qu’il avait dit ? Qu’il avait dérapé. On ne dérape pas sans raison. Etait-donc tombé sur le chat le plus maladroit de la forêt ? Capable de trébucher sur un brin d’herbe et de bousculer un chat ? Pour avoir autant de force qu’il avait eut, pour me projeter sur le sol, il ne pouvait qu’être tombé. Et tomber horizontalement, je ne pense pas que ce soit possible, j’en suis même certains. Ce matou me prenait vraiment pour une cervelle de souris. Hors, je n’en étais pas une et je ne goberais aucun de ces mots. Je n’avais pas plus de temps à perdre ici. J’en avais déjà assez perdu à parler avec ce chat têtu et se croyant fort. Je devrais visiblement trouver un autre moyen de pression que sa vie pour le faire réagir et cracher la vérité. Je soupirai et remontais ce qu’on qualifiait de chat sur la branche où j’étais. Il était si petit que si je ne savais pas reconnaitre un Guerrier d’un novice, j’aurais put le confondre. Une fois au dessus de la branche, je lâchai le chat. J’espérais qu’il ne s’attendait pas à ce que je le dépose délicatement sur la branche. Il ne méritait pas ma sympathie. Il était comme tous les autres, un abruti, doublé d’un maladroit. J’en avais finit avec lui. Du moins pour aujourd’hui. S’il recroisait un jour mon chemin, il avait intérêt à se tenir tranquille sous peine de finir en chair à corbeau. Mais est-ce qu’il me laisserait partir ? Je ne pense pas qu’il y montrerait une quelque conque objection, mais qu’il ne me prenne pas pour un lâche que je ne suis pas. Je pris donc la peine d’entrouvrir légèrement ma bouche pour que le son de ma voix puisse en émaner. Faisant vibrer mes cordes vocales, je lui dit :

« Sache que je ne te crois pas. Et si je t’ai remonté, ce n’est pas parce que j’ai peur de te tuer. Non loin de là. C’est juste que je n’aie pas le motif qui va avec. J’aurais put te laisser tomber et prétendre ne jamais avoir croisé ton chemin. Les miens m’auraient, je pense, défendu et tu serais mort sans que personne ne le sache. Toujours est-il que si un jour on se recroise, et que les circonstances me le permette, je te ferrais payer ton insolence et ta fausseté. Tu ne mérites pas de porter le titre de Guerrier, ni même le nom de chat. Tu n’es qu’une vermine que je me ferrais un plaisir d’écraser sur le champ de bataille. Sur ce, je retourne vaquer à mes occupations de Guerrier. Mon Clan compte sur moi comme ton Clan ne comptera jamais sur toi. Misérable. Au plaisir de te revoir dans de meilleures circonstances. »

Enfin j’allais pouvoir prendre congé de ce matou qui m’agaçait tant. Je n’en pouvais plus de lui. Je pense que si je restais une seconde de plus à côté de lui, ses trips ressortiraient de son corps et il baignerait dans une marre de sang. Je descendis promptement de l’arbre et jetant un coup d’œil en arrière, je vis le matou comme subjugué en haut de l’arbre. J’espérais qu’il avait pris mes paroles dans le bon sens du terme. En outre, s’il ne l’avait pas compris, je venais de le ranger dans la case ennemie. Ceux qui étaient si nombreux. Si jamais je le rencontrais de nouveau sur un champ de bataille, ou sur une frontière. Il ferait un seul faux  pas, un seul et il finirait les quatre fers en l’air. Je fixai l’horizon droit devant moi. Essayant de me repérer dans ses territoires libres. Je devais les quitter, je ne voulais plus rencontrer de chats, surtout des chats agaçants. D’ailleurs pour moi, tous les chats étaient agaçants. Qu’il soit gentil, méchant, joyeux, froid, chaleureux, distant, etc. Je fis dos à l’arbre sur lequel le chat devait toujours se tenir perché et je pris le chemin qui menait à mon territoire, le territoire du Clan du Lion. Celui qui avec moi, deviendrait le plus grand et le plus fort Clan de la forêt.

HRPG:
 

__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Cloche de Minuit
Guerrier du Clan du Tigre



Féminin
● Nombre de messages : 1274
● Je suis arrivé(e) ici le : 12/08/2013
● Age : 15
● Mentor/Apprenti(e) : X

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Jeu 19 Déc - 11:30



T regardais le sol avec un air ennuyé. Ce n'était pas parce que tu avais peur, au contraire, cette situation te plaisait. Du moins, plaire entre guillemet. Le vide ne te faisait pas peur, souffrir ne te faisait pas peur, et mourir non plus ne te faisait pas peur... Il pouvait bien te lâcher, tu t'en foutais. Il y avait au moins quelques chances sur cent pour que tu t'en sortes idem, au moins avec une ou deux pattes foulées. Mais à quoi ? La douleur ne te fait pas peur. Si tu boites de la patte, tu t'en foutteras, et tu poursuivras, ta vie normale. Un sourire se dessina sur ton visage. Tu fermais les yeux quelques minutes. Bon, et bien, qu'attendait-il pour te lâcher ? Tu attendais juste ce moment avec im-pa-tien-ce. ♥ Tu n'étais pas du genre à perdre ton sang-froid, tu étais quelqu'un de patient. Donc si il te laissait suspendu, tu t'en ficherais. Cela ne te gênais pas d'attendre. Tu avais tout ton temps. Ton Clan ? Bien sûr que tu pensais à lui. De plus, c'était le Clan qui t'avait recueillit, le jour où tu avais quitté ta maison de domestique. Tu avais longtemps quitté cette maison domestique, tu n'en pouvais plus de te faire maltraiter par tes anciens maîtres. Cela faisait du bien... D'avoir de la liberté. La vie de Clan était bien plus facile à vivre, même si il y avait des moments vraiment énervant. Comme par exemple quand les autres ronfles dans la tanière. Ce n'était jamais facile de dormir dedans, mais on s'y habitue ! Enfin du moins, toi même y étais habitué. Le deuxième truc énervant, c'était la solitude. Bien que tu avais quelques amis, la plupart des gens du Clan faisait une sorte de ségrégation envers toi. Ils t'écartaient, pour cause de ton passé, pour cause de tes origines domestiques. Idiot et pathétique, disais-tu. Même avec tous ces inconvénients (même si il n'y en a pas tellement), tu étais loyal envers ton Clan. Tu le respectais, chassais pour lui, tu avais même appris par cœur toutes les règles du Code du Guerrier. Mais une question te traversait toujours l'esprit... Faisais-tu cela pour respecter tes ancêtres et le Code du Guerrier... Ou alors pour payer une dette envers ton Clan ? Tu ne savais pas encore... Tu ne savais pas encore pourquoi tu faisais tout cela ! Cette question te venait souvent à la tête, mais tu n'en avais jamais la réponse... Étais-tu sérieux envers ton Clan ? Ou fais-tu cela par reconnaissance ? Mais bon, de toute évidence, quoi que tu fasses, ou quoi que tu penses, tu continuais toujours à servir ton Clan, jusqu'à trouver cette réponse, même si tu en étais sûre que ce serait impossible... Alors tu continuerais, tu continuerais à servir ton Clan... Comme un véritable guerrier né dans le Clan du Tigre. Tu oublieras que tu es né domestique... Tu oublieras ces centaines de questions que tu te posais toutes les minutes. Tu vivrais comme un chat naïf, loyal, prêt à tout pour son Clan. Mais, au fond, tu te donnais même si tu pouvais devenir ce chat, enfin un chat normal, comme les autres. Ton physique même est différent, tes yeux par exemple. Ton caractère, lui aussi, tu étais du genre à te foutre de tout, tu n'avais pas peur de mourir, de souffrir. Cela ne te faisais rien... Après tout, tout le monde meurt un jour ou l'autre... Comme maintenant ! Depuis des dizaines de minutes il, - ce matou au pelage noir charbon, d'un caractère vraiment parfois stupide, mais à la fois juste et autoritaire -, te tenait par la peau du cou. Il enfonçait ses crocs, le plus possible dans ta chair. Et pourtant... Tu ressentais la douleur, mais en même temps non. Tu ressentais, mais après tu oubliais. Qu'est-ce que cela va servir, en plus, pour lui, de faire cela ? ? Tu soupirais encore désespérément, ennuyé. Même si tu étais à moitié patient, c'était lassant au fond. Tu sentais soudainement quelque chose te remontais, petit à petit sur la branche, mais facilement, - il est vrai que tu étais un petit matou, maigre, mais comme on dit, il ne faut pas juger vite fait. Bien que tu avais ces défauts, tu étais un félin puissant -. Tu détournais la tête, les yeux montrant le calme, mais une petite pointe de colère. C'était pas que tu n'étais pas content qu'il t'avait remonté, mais si simplement... ? Enfin tu voulais dire qu'il t'avait remonté vraiment simplement, voilà, comme ça, il t'avait même pas lâché dans le vide. Pourquoi avait-il fais cela ? Avait-il peur de ma mort... ? C'était un lâche ?

« Sache que je ne te crois pas. Et si je t’ai remonté, ce n’est pas parce que j’ai peur de te tuer. Non loin de là. C’est juste que je n’aie pas le motif qui va avec. J’aurais put te laisser tomber et prétendre ne jamais avoir croisé ton chemin. Les miens m’auraient, je pense, défendu et tu serais mort sans que personne ne le sache. Toujours est-il que si un jour on se recroise, et que les circonstances me le permette, je te ferrais payer ton insolence et ta fausseté. Tu ne mérites pas de porter le titre de Guerrier, ni même le nom de chat. Tu n’es qu’une vermine que je me ferrais un plaisir d’écraser sur le champ de bataille. Sur ce, je retourne vaquer à mes occupations de Guerrier. Mon Clan compte sur moi comme ton Clan ne comptera jamais sur toi. Misérable. Au plaisir de te revoir dans de meilleures circonstances. »

"Sache que je ne te crois pas." Bien sûr, tu t'en doutais, après tout ! Pourquoi un matou comme celui-ci te croirait ? Franchement. Tu ne voyais surtout pas pourquoi il t'avait remonté. Aucun motif ? Tu avais trouvé un motif : "J'ai tué un pauvre matou en le poussant d'un arbre parce qu'il m'avait fais raté un lapin !" Ce serait terriblement pathétique. A part si le Clan du Lion lui même, était pathétique, tout comme ce félin. "Toujours est-il que si un jour on se recroise, et que les circonstances me le permette, je te ferrais payer ton insolence et ta fausseté." Ta fausseté ? Tu ne comprenais pas vraiment le sens... De plus, cela m'étonnerait que vous vous recroiserez. Ce serez un pur hasard de vous croiser, mais tu serais capte de t'infiltrer dans le Clan du Lion pour revoir ce félin, qui, de son coté, tu pensais qu'il ne pouvait pas le faire, lui, cette infraction. " Tu ne mérites pas de porter le titre de Guerrier, ni même le nom de chat. Tu n’es qu’une vermine que je me ferrais un plaisir d’écraser sur le champ de bataille." Mon sang bouillait dans mon corps. La haine me montait au cerveau, mon sang-froid disparu. Comment osait-il ? Il pouvait bien t'insulter ou te traitait de tout les noms, mais là, non. Ce félin était bien complétement DÉBILE. Il jugeait sur quoi, que sur votre rencontre ? Il ne savait rien de ta vie de Clan. Il ne savait pas que tu te dévouais pour ton Clan, que tu chassais pour lui presque tous les jours, que tu faisais des patrouilles presque tous les jours aussi. Tu t'occupais parfois de la pouponnière, tu venais régulièrement voir les anciens... Et soit-disant tu ne méritais pas le titre de guerrier ? Et même... En bataille... Tu n'avais aucune pitié. Tu déchirais la chair des autres, si il le fallait pour gagner cette bataille ou protéger quelqu'un de ton Clan. Il ne savait rien. Il ne jugeait que par cette journée. Il ne savait RIEN. Rien du tout. Il était vraiment trop stupide. Tu sentais terriblement ton sang bouillir. Il fallait que tu te calmes... Calmes toi Cloche de Minuit, calmes toi ! Il jugeait trop vite sur les apparences, aussi... Tu te disais aussi que c'était TOI qui allais l'écraser sur le champ de bataille. Petit, maigre ? Et alors ? Tu étais agile, musclé, puissant... Mieux que d'être grand ET gros. Plus t'es gros, plus t'aurais du mal à courir vite, enfin tu croyais ça. Tu n'arrivais plus. Tu n'en pouvais plus de retenir ta colère... Ton cœur battait tellement fort qu'en dirait qu'il allait carrément exploser... "Sur ce, je retourne vaquer à mes occupations de Guerrier." Ses... Ses occupations ? Non, mais, sérieux, là... ? Ces occupations de guerrier ? Tu faillis rigoler. Un guerrier comme lui, un guerrier vraiment... Vraiment... Non. Tu ne devais PAS être un matou qui juge trop vite, comme ce guerrier. De toute façon, qu'il parte. Tu t'en fous. Et c'était mieux. Tu en avais VRAIMENT marre qu'il te juge trop rapidement. De plus, tu ne pouvais presque plus retenir ta colère. Si il restait encore plus longtemps... Tu pensais au pire... "Mon Clan compte sur moi comme ton Clan ne comptera jamais sur toi." [...] Quelques minutes plus tard... Le silence régnait toujours... Tu sentis des légères brises te faire frémir les moustaches. Pour... Pourquoi ? Tes yeux montraient le choc. Auparavant... Tu n'avais pas été choqué comme cette instant... Pourquoi... Pourquoi avais-tu été choquer ? "comme ton Clan ne comptera jamais sur toi." Tu baissais les yeux, et regardais tes pattes. Tes dents se serraient dans ta bouche. Et si... C'était vraie ? Et si... Ton Clan te cachait quelque chose ? Et si au fond il ne t'aimait pas, qu'il s'en foutait de toi ? Vu tes origines domestiques, tu... Non. Non, c'était impossible ! Ton Clan... Ton Clan ne penserait pas ça ! Peut-être certains chats, mais pas la totalité, ce n'était PAS possible ! "Misérable." Tu relevais la tête soudainement, le foudroyant terriblement du regard. Non. Là, là c'était vraiment assez. Tu n'en pouvais plus. S'en était vraiment trop. Ta colère allait vraiment sortir, tout de suite... Tout de... "Au plaisir de te revoir dans de meilleures circonstances." Tu le regardais avec des gros yeux, avant de lâcher un petit rire moqueur. Sans blague... Te revoir ? Il voulait vraiment te revoir ? Toi tu n'en avais absolument aucune envie. Plutôt crever.

« Hum... Misérable ? Ça passe. Ne mérite pas le titre de guerrier ? C'est trop. De plus, tu ne juges juste par cette simple rencontre. Tu n'as JAMAIS vu qu'est-ce que je faisais pour mon Clan, mes compétences de guerriers... C'est très mature de juger facilement. [...] M'écraser sur le champ de bataille ? Hum... » Un grand large sourire s'élargit sur ton visage. Tu hésitais à lui dire CA. Tu hésitais à lui dire ce que tu pensais... Mais il fallait que tu le fasses, même si il ne te croira pas, toi, tu sais que tu disais été la vérité. Ton sourire s'enleva. Ton regard mélangé le sérieux, mais en même temps froid, noir, et monter une grosse haine. « ... Ma spécialité est le tranchage de la chair. »

Tu le regardais sauter de l'arbre. Sa y est. Ce matou noir charbon partait enfiiin. Cela te soulageait enfin, tu pourrais te détendre encore un peu avant de rentrer avec tes proies à ton camp. Tu soupirais encore, mais tu voulais toujours rire d'un ton moqueur. Tu étais tellement heureux d'avoir enfin dis et faire voir ta véritable apparence... "Ma spécialité est le tranchage de la chair." Cette phrase... Elle est était vraie. Mais... Tu savais que ce matou ne te croyait pas. Mais pourtant... Elle était vraie. Mais bon, que voulais-tu... Ce matou croit ce qu'il voulait... N'est-ce pas ? Tu soupirais et regardais le ciel, l'horizon. Pourquoi encore penser à ce matou ? C'était finit... Il était enfin partie pour de bon ! Le soleil commençait à descendre, petit à petit... Celui-ci reflétait des rayons orangés sur toute la grande forêt. Tu plissais les yeux. Le soleil brillait encore plus fort que la journée... Tu soupirais tout en faisant un petit sourire. Il était sans doute le temps de rentrer ! Sur le chemin, tu déterrais les quelques précieuses proies que tu avais enterré, qui, elles, n'avaient pas bougeaient d'un poil de chat. Tu les serrais bien fort dans ta gueule, et tu rentrais, doucement vers ton camp. Leur dire ce qui s'est passé... ? Peut-être... Ou Peut-être pas. Tu ne savais pas encore. Tu traversais l'entrée de ton camp, et tu déposais tes quelques proies -il n'y en avait que trois-. Tu sentais une présence à côté de toi. Tu tournais la tête, et tu voyais Cœur Blanc, une jeune chatte au pelage blanc comme la neige. Tu t'entendais très bien avec elle. N'allons rien dire en fin de compte... D'un fin sourire, tu prenais une maigre souris, et dîner avec tes amis. Tu avais décidé de ne rien dire, si on te demandais qu'est-ce que tu avais, tu dirais... Que tu avais tout simplement chasser et te reposer, tout simplement. Oh, et tu avais aussi décidé que si tu revoyais ce matou... Même dans n'importe quel circonstance... Tu trancheras sa chair.
|| Désolée, c'est vraiment cours par rapport à toi. Tu me diras quand on fera le nouveau rp. ||

__________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Rêve Noir
Guerrière du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 5355
● Je suis arrivé(e) ici le : 03/09/2012
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Mistral Glacé (ex) ; Étoile du Tyran (ex) || AUCUN

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]   Jeu 2 Jan - 4:43

|| Note aux administrateurs : Merci de locker ce RP qui est fini. ||

__________________________________



: . anciennement . :
 

Nuage Noir parle en #000010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Qu'est-ce que tu fais dans mes pattes ? [PV : Cloche de Minuit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Terres Libres & Etoiles-