« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maybe ... | pv Vif Eclair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Maybe ... | pv Vif Eclair   Dim 29 Sep - 0:07


Je n'avais aucune raison d'être ici, pas plus qu'ailleurs en fait. J'avais juste eut envie de courir le plus loin possible, le tunnel c'était présenté à moi aussi simplement qu'un autre chemin, et cette terre neutre m'avait alors ouvert les bras sans plus de question. Je ne cherchais rien d'autre que de la solitude ; tant que je ramenais une proie en rentrant, qu'importe, n'est ce pas ? La saison des feuilles vertes était encore suffisamment présente pour que tout le monde mange correctement, et au vue de mon âge, j'avais bien le droit de me balader sans un chaperon collé aux basques.
Je ralentis enfin, après ma course à travers mon territoire, savourant encore un peu le vent contre mon museau, le souffle court. Prenant une grand inspiration, je finis par m'arrêter non loin des racines noueuses des Trois Chênes. Je me perdis alors dans la contemplation des ombres mouvantes que projetaient les feuilles de ces arbres centenaires, laissant mes pensées divaguer doucement, comme une feuille prise dans le vent. Le calme environnant m'envahit, alors que mon cœur se remettait à battre à un rythme normal et que je commençais à sombrer dans un état de d’assoupissement assez alarmant. Manquerai plus que je fasse la sieste en pleine terre libre en plus !
Je ne pus pas, néanmoins, retenir le bâillement qui me venait alors, tandis qu'une nouvelle bourrasque de vent venait secouer mon pelage blanc. C'est ça qui me fit enfin découvrir sa présence. Son odeur, portée par le vent, m'arriva dessus comme un giclement d'eau, je me fixais un instant, les oreilles en avant et la queue ébouriffée. Il n'était pas très loin, et pas un des miens.
J'aurai sans doute pus le semer, mais sur le coup, je n'y ait pas pensé. Mon unique réaction fut de me placer sous les racines noueuses des chênes, dans un creux d'ombre d'où d’espérer pouvoir voir sans me faire voir. Les oreilles toujours pointées vers l'avant, je priais secrètement pour qu'il ne m'ait pas vu, et pour que mon pelage blanc, pas très discret, ne me fasse pas repéré derrière mes racines.

Et lorsqu'il arriva enfin, je retins mon souffle, priant pour avoir prit la bonne décision.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mer 2 Oct - 15:27

Tu ne sais pas pourquoi tu es là, tu regarde autour de toi, tu es triste, tu as mal, tu reste droit, immobile, tu regarde le ciel, tu souffres tellement. Tu as besoin de paix, tu as besoin d'avoir moins mal, tu as besoin de solitude, c'est ta meilleure amie, elle ne te quittera jamais elle au moins. Tu es anxieux, pensif, tu ne sais pas par quoi commencer. Tu te sens mal, tu te sens mort à l'intérieur de toi même, tu te détruis peu à peu, la douleur frappe tellement ton cœur qu'il saigne encore et encore, ce doux liquide rouge qui ne s'arrête pas, qui se vide, qui exprime ce que tu ressens. Tu es assis dans l'herbe mouillée, dans cette clairière ou trois chaines se dressent devant toi, transperçant la voute céleste de leur cimes feuillues. Tu essayes de te perdre dans tes rêves comme tu le fais tout le temps, mais cette fois ci tu n'y arrive pas, la vie te rattrape elle te torture, elle t'empêche de fermé tes beaux yeux ambrés ou la douleur, la fatigue se reflètent. Tu finit par baissé la tête regardant tes pattes marrons claires, tu aimerais en finir, tu aimerais pouvoir sentir le bonheur coulé dans tes veines, mais la dépression est trop forte, elle te tord, elle te coule, elle te rend fou, elle te détruit. Tu es malade, tu le sais, tu aimerais que tout s'arrête, tu aimerais ne plus te sentir rejeté, tu aimerais que tout redevienne comme avant, tu veux retourné dans le passé, tu le souhaite, tu pries, tu le veux tellement. Tu appelles au secours au fond de toi, mais personne ne t'écoute, personne ne te voit, personne ne te comprends, tu es seul, seul dans ce monde hostile et terrible. Tu es seul contre la vie, tu es seul contre le malheur, tu dois supporté en permanence le silence, tu dois vivre avec ton imagination, tu dois vivres avec ce que tu as, tu dois vivre avec tes pires cauchemars sans personne sans te rassurer. Tu dois vivre avec tes craintes, tes peurs, tes rêves, tu dois vivre avec cela, tu veux simplement que la vie arrête de te détesté, tu la hais de tout ton être, tu veux la faire disparaître, tu veux qu'elle te laisse en paix, tu veux simplement être heureux. Tu lève les yeux vers le ciel nuageux, vers la masse sombre que se dessine au-dessus de toi, le vent ébouriffe ton pelage avec une douceur presque anormale, tu laisse tes pensées se dispersées, tu les laisse courir loin de ton cerveau, tu veux simplement vers le vide dans ton esprit surchargé. Tu laisse la brise fraiche soufflé dans tes poils courts, jeune guerrier tu apprendras que l'environnement peut te soulagé, il vaut mieux que ne bouge pas, que tu attende. Quelques gouttes d'eau tombent à présent sur ta fourrure noire, de toutes petites gouttes, mais cela te fais du bien, tu ne reste immobile, tu les laisse se posé délicatement sur ton corps. Le vent finit par t'apporté une odeur familière, un chat du clan du Léopard, tu le sais, tu connais parfaitement leur odeur spéciale, tu regardes autour de toi paniqué, tu te sens espionné, mais tu le sais, tu es paranoïaque tu le sais, tu es malade, tu es fou tu le sais très bien, trop bien, tu aimerais que ces maladies terribles te laisse tranquille. Tu te relève, tu reste cependant méfiant, tu dois faire attention, on ne sait jamais ce qui peut arrivé. Mais tu vois juste à temps un pelage blanc se terré sous les racines noueuses d'un des grands chênes devant toi. Tu t'approche doucement, regardant autour de toi, tu frissonne, tu as peur, tu ne sais même pas pourquoi, tu tremblotes, pourtant tu ne t'arrêtes pas, tu ne recules pas. Tu t'assois, tu regardes sa cachette en silence, sa réaction t'amuse un peu, tu n'es pas méchant, pourtant elle a eut peur, tu n'y peux rien, mais tu attends, tu la fixe, tu fixe son pelage blanc, à moitié caché par les racines épaisses de l'arbre immense.

Ne pars pas, peut être que quelque chose finiras par ce produire, tu es patient, tu es calme, tu le sais jeune guerrier. Tu n'es plus méfiant à présent, tu es intrigué, tu es intelligent, tu sauras exactement quoi faire si tout tourne mal, peut être que tu rencontreras quelqu'un, peut être que tu serais blessé, peut être que tu auras un ennemi, peut être un ami, peut être qu'on te rejettera encore, comme toutes les fois auparavant.

(dsl pour les fautes)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Dim 6 Oct - 17:37



Il était là, devant moi, immobile, perdu dans quelques pensées obscure dont je ne connaîtrai jamais rien. Son regard perdu dans le vague, il ne frémit même pas quand le vent se lève. A croire que les Trois Chênes sont les gardiens des mémoires pour tout le monde. C'est un mâle du clan du lion, le pelage sombre malgré une patte plus claire, et, au vu de sa taille, ce doit être un guerrier. Je frissonne ; si je me fais prendre, je risque gros. Bien qu'il ne soit pas très large, il est quand même bien plus grand que moi, et peut être même plus rapide … Le vent changeant m'apporte l'odeur de la pluie juste avant que je ne remarque les fines gouttes qui se mettent à tomber du ciel gris perle. Et d'un coup, le vent prend encore une autre direction, mais cette fois la pire qui puisse être. Automatiquement, le guerrier change d'attitude, observant les environs d'un regards … paniqué ? Je ne saurais trop m'avancer sur ce point en fait, je suis trop loin pour en être sur.
En tout cas, il ne doit pas être très rassuré, car il se remet sur ses pattes, cherchant toujours où je suis. Ça se voit à ses oreilles pointées en avant et son corps tendu. Son regard balaye les racines des arbres, avec se s'arrêter droit dans ma direction. Je sais qu'il ma vu. Aussi petite que je soit, mon pelage blanc neige ne passe pas du tout inaperçu au milieu du bois sombre qui m'entoure.
Le guerrier se mit à approcher dans ma direction, doucement, tout en continuant à regarder autour de lui. Plus il s'approche, plus je vois à travers mes racines qu'il frissonne, bien qu'il ne fasse pas particulièrement froid. Aurait-il peur ? De moi ? C'est absurde ! Il s'arrête enfin, trop près à mon goût, avec de s'asseoir. Il s'assoit ! Nan mais, quel culot ! Une colère sourde s'empare de moi. C'est stupide, d'autant plus que je ne comprend pas du tout les réactions du chat en fasse de moi. Il passe d'une marche hésitante à un air sur et amusé en un rien de temps. Et maintenant, il ne bouge plus, il me regarde juste. Mon regard azur rencontre ces yeux ambrés aux travers des racines.
Il ne bougera pas. Ça se voit, il est près à attendre le temps qu'il faut. Il n'a pas l'air d'être hostile, ce coté moqueur l'a également quitté, mais il n'en reste pas moins un chat du clan du LION ! Un autre souffle de vent me ramène de nouveau son odeur, qui me fait frissonner. Jamais je n'oublierai ce parfum. Il est trop présent, là, en moi, pour arriver à s'effacer.
Je n'ai pas envie de bouger, mais de toute façon, rester ici, et jouer à celui qui en aura marre le premier ne servirai à rien. Je suis patiente, mon estomac, lui, l'est moins. Et puis, je ne peux pas me permettre de disparaître une journée entière, je dois rentrer. Et pour ça, une seule solution : je dois sortir.

Prenant une grand inspiration pour me calmer, je fais le vide dans ma tête. Mon visage reprend son masque sans émotion, mon corps se détend, ma peur se cache. Maintenant, il faut juste que je me concentre pour trouver un moyen de m'en aller au plus vite. Je sort doucement de mon trou, les yeux à la fois fixé sur l'inconnu et sur la direction que je suis censé prendre, ma queue balayant encore nerveusement le sol, malgré tout mes efforts pour la maintenir immobile. Il paraît un peu moins grand, maintenant que je ne suis plus tapis contre le sol, mais il n'empêche que je dois lever la tête pour le regarder de face. Raaah, stupide petite taille ! En plus, il est trop près de la direction que je veux prend, je ne peux me risquer à courir sans savoir se qu'il me veut. Alors je vais jouer à son jeu.
Je me met face à lui, et je m'assoit, la queue autour de mes pattes, l'air neutre, bien qu'au fond de moi je suis à la fois terrifiée et pleine de rage. Et je me contente de le fixer, droit dans les yeux. Je n'ose pas ouvrir la bouche, je ne sais même pas si j'arriverai à contrôler ma voix, j'ai peur de répondre, je ne le connais pas, et je ne sais même pas s'il est seul.
Bref, c'est pas mon jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Lun 7 Oct - 22:14

Tu la regardes toujours de tes yeux ambrés, elle est immobile, toujours caché sous les racines du chênes, tu le sais qu'au fond elle a peur, pourtant avoir peur de toi est totalement ridicule. Tu ne sais que pensé, tu es gentil, jamais tu lui ferait de mal, mais tu ne l'as comprend pas, elle doit bien avoir une raison, tu es incompris toi aussi, tu sais ce que cela fait d'être laissé et considéré comme fou, dès fois tu aimerais fuir, disparaître, ne plus jamais revenir, te libérer, te sentir bien dans ton être, ce moment n'arrivera cependant jamais. Elle doit réfléchir, tu le sais, tu as déjà été dans une de ces situations, tu sais qu'elle doit vouloir essayer de fuir, elle veut surement que tu partes, mais toi tu ne veux pas, tu veux resté ici, tu veux la découvrir, tu veux savoir ce qu'elle a, tu pouvoir accédé à ses pensées, à son cerveau. La femelle au pelage blanc comme la neige finit par sortir doucement de sa cachette, tu vois son masque sans émotion, mais toi qui as observé les chats aussi longtemps tu vois bien au fond d'elle sa peur, tu vois bien ses émotions, tu vois qu'elle te trouve étrange.
Dans tous les cas elle est plus petite que toi, elle te fixe et dois levé le regard pour enfoncé ses yeux dans les tiens, tu ne bouges pas, elle se tient devant toi, bien droite, elle ne cille pas, elle semble confiante, mais juste à l'extérieur. De toute façon tous les félins sont faibles, personne n'est fort, on se croit fort c'est tout, mais en fait on est pareil, faible et inutile. Elle ne dit rien, ne voulant pas entamé la discussion en premier, tu la comprends, toi aussi tu as peur, tu n'aimes pas engagé les conversations, mais tu n'es plus un chaton, tu ne peux pas t'enfuir apeuré, tu un guerrier maintenant, un vrai, tu dois surmonter tes peurs, tes traumatismes, tu ne dois pas douté de toi, tu ne dois pas avoir peur de cette jeune chatte blanche. Elle est nerveuse d'ailleurs, elle bouge sa queue dans tous les sens, elle dois être stressé, mais tu n'en sais rien, tu es un peu perturbé.
Tu ne dois pas attendre qu'elle parle, pour une fois tu dois commencer a t'adresser à elle, c'est un bon exercice, tâche de le réussir, tu le peux, tu ne veux juste pas prendre de risques. Tu sais, c'est en prenant aucun risque que tu n'auras rien, dès fois il faut un peu avancé dans la vie, pas resté sur une même chose, il faut savoir changer, il faut savoir se battre.
La brise soulève doucement ton pelage noir de tous les côtés, elle te rafraichit, elle te fait du bien, elle te détend légèrement, elle te fait frissonné. Les gouttes d'eau continuent à tombé, coulant délicatement le long de ta fourrure ébène. Le temps est toujours couvert, de gros nuages noirs empêchent les doux et chauds rayons du soleil de caresser les terres de la forêt. Un temps que tu trouve agréables, il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, la bonne température.
Tu finis par lui dire sur ton que tu veux amicale, ou une pointe de nostalgie et de mélancolie et perceptible, tu dois bien lui parlé, tu dois essayer de la découvrir et le plus vite possible :

« -Pourquoi veux-tu fuir ? Tu sais je suis peut être malade mais je ne suis pas méchant. Tu me trouves sans doute bizarre, mais tu n'as rien à craindre de moi. Je suis aussi peureux qu'une souris, peut être que le rang de me guerrier ne me va pas si bien. Je sais pas si toi tu es incomprise, sans doute, on banni toujours les différences, mais différent n'est pas forcément mauvais. »

Tu te mets de profil regardant le ciel avec des yeux tristes, que dire d'autre ? Tu ne peux pas vraiment lui parlé autrement, tu ne peux rien dire d'autre. Normalement tu écoutes toi, tu ne parles pas, tu es philosophique, tu es intelligent, tu parles, tu soignes c'est toi. Tu es malheureux, mais heureux d'être malheureux, ce que personne ne comprends et ne comprendra jamais. En fait tu es seul, personne n'est là pour toi, tu aimes tout le monde, tu es juste craintif, tu as juste eut des problèmes dans ta vie, tu ne l'aimes pas la vie, tu la hais, tu la méprise, une guerre sans fin contre celle qui t'as brisé, qui a fait de tes rêves des cauchemars, qui te plonge dans un enfer profond, dans la dépression, dans la tristesse. Pourtant tu ne l'as pas mérité, tu mérites bien plus, mais tu le sais, là tout au fond de toi, cette phrase qui tourne dans ton cerveau, tu y penses : la vie est injuste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mer 16 Oct - 18:40



Aucun de nous deux ne semblait décidé à commencer la conversation. Je n'avais rien à dire, et lui ne bougeait pas d'un pouce. Pourtant, il fallait bien que l'un de nous se décide à faire quelque chose, sans quoi nous pourrions rester dans cette position toute la journée. Non pas que cela m'eut dérangé outre mesure, mais le temps n'allait pas en s'arrangeant. La brise, toujours aussi présente, paraissait plus fraîche maintenant que mon pelage était humide de pluie, et de gros nuage gris commençaient à s’amonceler au dessus de nos tête. Une gros averse se préparait, c'était certain, et j'espérais rentrer avant qu'elle ne commence. Heureusement, l'attente ne se prolongea pas.
C'est lui qui a fait le premier pas.
Il a engagé le dialogue sur un ton qui se voulait sans doute amicale, mais dans lequel d'autres émotions se mêlaient, sans que j'arrive à leur donner un nom :

« -Pourquoi veux-tu fuir ? Tu sais je suis peut être malade mais je ne suis pas méchant. Tu me trouves sans doute bizarre, mais tu n'as rien à craindre de moi. Je suis aussi peureux qu'une souris, peut être que le rang de me guerrier ne me va pas si bien. Je sais pas si toi tu es incomprise, sans doute, on banni toujours les différences, mais différent n'est pas forcément mauvais. »

… Et ben, ça commençait bien dites donc …. Il leva le museau, plongeant ses yeux dans le ciel, ne m'offrant plus que son profil. Un geste bien trop théâtral. Tout comme sa tirade en fait. De ce que j'en avait compris, il n'était pas très porté sur les combats, et en plus il était dérangé. Super.
Et pourtant … il avait eut la gentillesse d'être poli, je devais au moins lui répondre, lui … Je me crispe un peu, tandis qu'un frisson cour le long de mon échine. Raaah ! Je respire un grand coup pour me calmer, avant de lui répondre :

« Je fuis par habitude, je fuis parce que ne pas le faire peut être fatal, c'est tout. Et personne ne me bannit, c'est plutôt moi qui ne cherche pas à parler. Rien de plus. »

Mais pourquoi je racontais ça moi ? Et à ce train là, la conversation allait encore rester en suspend. Maudissant intérieurement cette rencontre, je me suis forcée à continuer, curieuse tout de même,  en plongeant mes yeux dans les siens, lesquels semblaient emplit de tristesse :

« Pourquoi voulais-tu me parler ? D'habitude, les autres se contente de s'ignorer, ou de se battre. Alors, pourquoi choisir de rester ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mer 16 Oct - 19:55

Elle n'aime pas parlé, tu le remarques facilement, mais tu t'en fiche, tu continue à regarder tristement le ciel, tu aimerais avoir des ailes quelques fois, tu cherches quelques choses dans le ciel, sans savoir quoi. Tu frémis, tu as peur à fond de toi, de sa réaction, tu ne veux pas être jugé, tu ne veux pas qu'on pense quelque chose de négatif sur toi, car tout ce que tu dégages c'est la sympathie des autres. Tu penses encore et encore, tu voudrais disparaitre, comme ça, d'un seul coup, ça ne ferait pas de mal à personne tu le sais, mais pourtant la vie veut que tu restes sur cette terre, tu aimerais pourtant partir toi, mais mourir serait la laissé gagné, tu ne veux pas qu'elle gagne, tu l'a hais la vie, tu veux qu'elle arrête de t'embêter, qu'elle est pitié de toi, qu'elle arrête de te faire souffrir comme elle le fait, tu aimerais que ta souffrance s'arrête, tu aimerais que tes sentiments ne se mélangent plus. Tu rêves trop, les rêves c'est ta dernière issue, c'est ce qui te donne cette énergie étrange, qui te donne envie de vivre, qui te donnent un minimum de bonheur.
Tu finis par baisser la tête, tu n'es pas très en forme, tu regarde ta patte marron, tu griffes sans joie le sol boueux de la clairière ou se dresse les trois chênes. La pluie ne te gêne pas le moins du monde, ça te fait du bien, tu adores la pluie, tu adores les orages, tu aimes quand la nature se déchaine et ce n'est surement pas pour rien.
Elle finit par répondre, tu es surprit mais heureux qu'elle soit assez polie pour te répondre, les apprentis sont peut être les plus sympathique enfin de compte.

« Je fuis par habitude, je fuis parce que ne pas le faire peut être fatal, c'est tout. Et personne ne me bannit, c'est plutôt moi qui ne cherche pas à parler. Rien de plus. »

Elle te regarde de ses yeux bleus, tu te doutes qu'au fond elle te juge, enfin c'est ce ton point de vue, tout le monde te juge de toute façon, alors il faut bien que tu t'y fasse, toi tu ne juge pas, mais les autres ne sont pas tous comme toi, ça tu l'as remarqué, c'est triste comme les gens peuvent nous traité, mais on ne peut pas changer le monde tout seul. Tu aimerais qu'on t'écoutes à peu, tu te parles à toi même en espérant trouvé un remède, en espérant être soulagé après, mais tu es déçut, cela montre ta folie croissante. Mais elle poursuivit:

« Pourquoi voulais-tu me parler ? D'habitude, les autres se contente de s'ignorer, ou de se battre. Alors, pourquoi choisir de rester ? »

Ta réponse te vient automatiquement à l'esprit, tu sais quoi dire, une réponse que tu trouves simple toi:

-La violence est une preuve de faiblesse, elle montre que tu ne sais pas utiliser les mots, que tu ne sais pas te contrôler. Fuir peut au contraire être fatal. Chacun son point de vue. Ne pas parler aux autres...personne n'aime la solitude même si c'est celle qui nous quittera jamais, c'est surement pour ça qu'on l'aime, car elle sera toujours là.

Tu ne sais pas quoi te dire, pour toi cette réponse te parais évidente, mais est-ce le cas pour les autres? Tu ne sais pas, tu ne peux pas savoir, tu ne peux pas TOUT savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mer 16 Oct - 22:40


Il était complètement absorbé dans ses pensées, cela ne faisait aucun doute. Son regard perdu dans le ciel gris sombre semblait voir un monde inconnu dont il serait le seul spectateur. Ou bien était-il juste réellement fou ? Mais fou, qui peut dire qui l'est et qui ne l'est pas ? Peut être sommes nous tous fou d'une certaines façon, et seul les fou son en fait clair d'esprit ? Non, je raconte n'importe quoi, ses paroles m'embrouille l'esprit et me font penser des choses bien étranges. Il finit par baisser la tête sur sa patte, l'air toujours aussi absent, mais lorsque je finis par lui répondre, il semble reprendre pied avec la réalité, voir même content. Enfin, si content peut se dire lorsque l'on voit ses yeux si triste …. Disons juste moins mal dans ce cas. Pensait-il que je ne lui répondrais pas ? Avait-on l'habitude de l'ignorer, comme un vieux chat sénile qu'on laisse radoter dans son quoi ? Pourtant, il paraissait trop jeune pour être un vieux chat sénile. Mais peut on dire des choses comme celles-ci en étant jeune ? Aucun des félin avec qui j'avais parlé n'avait eut de telles discutions. Enfin, discutions … Deux échanges forment-ils vraiment une discutions ?
Le plus étrange, je crois, c'est qu'une fois ma question posé, il m'a répondu directement, comme si cela faisait déjà longtemps qu'il y pensait :

-La violence est une preuve de faiblesse, elle montre que tu ne sais pas utiliser les mots, que tu ne sais pas te contrôler. Fuir peut au contraire être fatal. Chacun son point de vue. Ne pas parler aux autres...personne n'aime la solitude même si c'est celle qui nous quittera jamais, c'est surement pour ça qu'on l'aime, car elle sera toujours là.

Je digère lentement ses paroles. Elles sont compliquées, même pour moi. Enfin, pas tellement, il est vrai que ces idées, je les ai déjà entendu, mais de là à les comprendre, c'est autre chose. Seul un point me dérange :

-Je n'ai jamais dit que j'étais seule, je n'aime pas parler, c'est différent.

J'aurai put, ou dut, continuer, si un long frisson ne m'avait pas parcourut. J'avais froid. Mon pelage blanc déjà pas très épais commençait à se coller contre mes flancs. Nous avions la chance de nous trouver encore sous les feuilles, mais la pluie et le vent parvenait quand même jusqu'à nous. Et si cela n'avait pas l'air de déranger le moins du monde le guerrier, c'était différent pour moi. La saison chaude commençait à disparaître lentement, et, même si ce n'était rien comparé à la saison des neige, le froid et l'humidité de cette journée n'était vraiment pas bon pour moi. Et l'idée de me retrouver encore une fois coincée dans l'antre du guérisseur pour un stupide rhume alors que les autres courraient dans les bois pour chasser avant les premières gelées m'énervait affreusement. J'ai ébouriffé rapidement ma fourrure, pour garder un semblant de chaleur, en louchant sur les racines, mais je n'ai rien dit. Non, il ne fallait rien dire, surtout pas.
À la place, j'ai de nouveau porté mon attention sur le chat du clan du Lion qui me faisait face.

-Tu n'as toujours pas vraiment répondu à ma question : Pourquoi être venu me parler ? Tu aurait put faire comme si je n'étais pas là, ou juste me laisser partir, mais au lieu de ça, tu es venu chercher une discutions avec moi, qui suis d'un autre clan qui plus est : Pourquoi?

C'est un point que je n'arrivais juste pas à comprendre. Pour moi, plus on évite les autres clans, mieux c'est. Alors chercher à leurs parler ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Sam 19 Oct - 12:22

Elle frissonne, elle a froid, tu ne sais pas quoi lui dire, tu aimerais lui proposer d'aller dans la forêt, dans un lieu au chaud pour qu'elle arrête de trembloté. Tu réfléchis, tu penses, ses questions...Pourquoi toutes ces questions...tu te demandes. Tu ne veux pas que cette chatte soit malade, tu t'en voudrais terriblement si s'était le cas, si seulement il pouvait s'arrêter de pleuvoir. Toi la pluie ne te fais aucun mal, tu l'aimes, mais tu n'es pas égoïste, tu penses à elle. Tu te déplaces, te mettant contre l'écorce pour éviter le plus les gouttes de pluie, tu lui fais signe de venir te rejoindre. Peut être la laisser tranquille serait mieux, peut être qu'elle n'a pas tellement envie de te parler, peut être qu'elle veut juste rentré dans son camp et resté seule, tu la comprend, parler ce n'est pas tellement agréable, surtout avec quelqu'un qu'on ne connait pas, quand on a ce caractère là, tu devrais partir, t'excuser de l'avoir déranger. Tu es pensif, il faut tout de même que tu répondes à ses questions, la laisser tombé comme ça, c'est trop mal poli, tu ne peux pas faire ça, tu t'en voudrais tellement que tu ne pourrais plus dormir, plus manger. En gros il fallait encore un peu attendre, peut être que ce serait elle qui mettrait fin à la conversation, peut être qu'elle te montrerait un signe d'agacement. Tu étais un peu gêné d'être ici, tu avais l'impression de l'embêter, tu en avait marre, c'était trop dur à supporter, enfin pour toi.
Tu soupires, c'est l'heure de répondre, tu n'as rien préparé, improvise, ce sera pareil:

-Je ne voulais pas engager de conversation, juste voir qui tu étais pour fuir, juste pour voir si je te reconnaissais.

Tu marque une pause, tu dois t'excuser maintenant, tu aimerais qu'on te rassure, qu'on te dise qu'elle ne t'en veut pas, que tu ne l'a gêne pas, mais personne n'est là pour te le dire, alors tu hésites, tu regardes de tous les côtés, tu ne sais plus quoi faire, tu es embrouillé, comme tous les jours, comme d'habitude, tu es toujours embrouillé de toute façon, alors à quoi bon essayer d'être normal, tant pis, montre qui tu es, ce chat craintif, distant, peureux que tu es, montre lui ton innocence, montre lui qu'elle ne craint rien, montre lui que tu aimes tout le monde et que jamais elle n'aura mal pas ta faute. De l'amour? Non, pas de l'amour, juste de la culpabilité, tu te sens coupable, tu l'aime bien cette femelle blanche aux yeux bleus, mais le sentiment n'est pas réciproque, tu as besoin de contrer la solitude, tu as besoin de quelqu'un pour toi c'est tout, tu as besoin de réconfort, de soutient. Tu recommence à miauler, sur un ton calme ou ta peine, ou tes sentiments sont perceptibles:

-Je suis désolé de t'avoir dérangé, si tu veux être tranquille dis le moi et je m'en vais sur le champ...

Tu n'as plus rien à ajouter et tu recommences à regarder tes pattes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Sam 19 Oct - 23:04


Je crois qu'il a compris que j'avais froid. Ce n'était pas bien dur à vrai dire, mais c'est surtout ce qu'il a fait après s'en être rendu compte qui m'a perturbé. Il c'est décalé, vers l'arbre, en me faisant signe de le rejoindre, pour nous mettre à l'abri de la pluie. J'ai eut un blanc, il m'a fallut un temps pour comprendre ce qui était entrain de se passer. Toutes mes convictions en prenaient un coup. Un chat d'un autre clan était entrain de faire un geste pour moi. Pour moi ! C'était tellement … Tellement étrange. J'étais totalement embrouillée par cet être si différents de tout ce à quoi je m'attendais. J'aurai put partir, là, tout de suite, maintenant que je savais qui il était, mais cette idée ne m'a même pas effleuré l'esprit.
Je l'ai rejoint sous l'arbre, emplit d'étranges sentiments et de pensées confuses. J'avais envie de le remercier, mais je n'y arrivais pas. Aucun son ne voulait sortir. Alors je l'ai regardé dans les yeux, avec gratitude, avant de détourner le regard, ne sachant pas trop s'il comprendrait.
Il soupire finalement, rompant le silence en répondant enfin à ma question :

-Je ne voulais pas engager de conversation, juste voir qui tu étais pour fuir, juste pour voir si je te reconnaissais.

C'était encore une réponse étrange, mais à sa manière, ce chat me paraissait si gentil, si particulier, je commençais à me faire à ses réponses détournées ou compliquées, dans chercher d'avantage. Il m'a parut tellement étrange, malgré tout, de l'entendre s'excuser :

-Je suis désolé de t'avoir dérangé, si tu veux être tranquille dis le moi et je m'en vais sur le champ...

J'ai immédiatement relevé la tête, pour le voir fixer ses pattes. Mon cœur s'est serré devant son air si désolé : c'était de ma faute s'il se sentait mal ! Je me suis remis sur mes pattes avec un mouvement en avant, comme pour me rapprocher de lui, sans même m'en rendre compte

-Non ! Je …

J'ai détourner un instant le regard, sans pour autant me reculer, cherchant mes mots :

-Excuse moi, je t'ai blessé, je ne voulais pas te faire de peine, je … pardonne moi

Qu'est ce qui cloche chez moi ? Je m'étais jurée pourtant. Plus jamais, jamais revivre ça. Ils n'étaient pas digne de confiance, ils … Mais c'était au delà du logique. Je ne pouvais tout simplement pas. Pourquoi ? Pourquoi ?! J'ai serré un instant les dents, avant de lâcher prise. Je ne saurais de toute façon pas la réponse …
Je me suis rassise, l'espace entre nous avait diminué mais cela ne me dérangeait pas. J'ai relevé la tête vers lui, pour simplement lui dire :

-Mon nom est Nuage de Glace, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mar 22 Oct - 23:05

Tu sens un mouvement, elle se redresse, peut être est-ce la dernière fois que tu l'as voit. Ne soit pas triste, les larmes n'ont jamais changé les choses, elles te brisent encore plus, elles empirent ta situation, mais tu le sais, personne même toi ne peut arrêté les larmes qui veulent coulée, qui ont été retenue tellement longtemps. Non, ce n'est pas de sa faute, c'est de la tienne, tu n'avais qu'a la laisser tranquille, tu t'es approcher, tu lui as parlé, maintenant voilà ou tu en a, la tristesse ne te ramènera pas la joie, la tristesse ne la ramènera pas. Tu t'attaches aux autres trop vite, tu aimes tout le monde, et tout le monde sait que l'ami de tout le monde est l'ami de personne. Que celui qui veut rendre tout le monde heureux, à beaucoup de chance de se retrouver seul. Tu finiras par l'être, non, tu l'es. Elle s'écris :

-Non ! Je …

Elle marque une courte pause, puis elle reprend :

-Excuse moi, je t'ai blessé, je ne voulais pas te faire de peine, je … pardonne moi

Non, pour toi ce n'est pas du tout grave, elle n'a pas à s'excuser, maintenant tu as peur de l'avoir gêné, que t'arrive-t-il aujourd'hui ? Pourquoi te mets-tu dans ce genre de situations ? Fait attention, fait attention, un jour tout se retournera contre toi, un jour tu souffriras, tu souffriras énormément que rien ne pourra plus jamais te redonner un soupçon de joie. Fais attention avec la vie, gardes là, ne la laisser pas s'échapper, sois fort, ne te laisse pas abattre à chaque fois, même si ton cœur à déjà assez saigné, que ton espoir s'est éteint, que tu veux fuir de ce monde.

-Mon nom est Nuage de Glace, et toi ?

Tu ne le remarques pas, mais l'espace entre vous deux à diminué, tu n'es pas vexé, tu gardes toujours cet air triste, jamais il ne se décolle de ton visage, il est toujours là pour te rappelé qui tu es, ou tu es.

-Je suis Vif Eclair. Je ne suis pas blessé, j'ai juste l'habitude qu'on me dise de partir quand je parle avec quelqu'un, alors maintenant j'ai toujours peur de le déranger. Ne t'inquiète rien, plus rien ne peux me faire de la peine.

Tu la regardes, tu souris, du moins tu essayes, tu ne bouges pas pour autant, tu restes droit, comme si tu était gelé. Hum peut être...oui peut être...Tu finis par lui posé une question à ton tour.

-Tu t'entraines depuis longtemps pour devenir guerrière ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mer 23 Oct - 22:52


Son expression paraissait si triste, ou était-ce juste mon imagination ? A y réfléchir, il avait eut, depuis le début de la conversation, cette lueur de tristesse qui marquait ses yeux. A croire que c'était une partie de lui même, autant que ma suspicion c'était fait brutalement une place dans mon cœur. Même si, aujourd'hui, il faut bien l'avouer, cette suspicion c'était fait relégué de force au fond d'un tiroir. Peut être l'oublirais-je, peut être pas. De toute façon, dans l'instant présent j'avais d'autres choses à penser.
Le guerrier en face de moi me répondit, sans pour autant s'écarter :

-Je suis Vif Eclair. Je ne suis pas blessé, j'ai juste l'habitude qu'on me dise de partir quand je parle avec quelqu'un, alors maintenant j'ai toujours peur de le déranger. Ne t'inquiète rien, plus rien ne peux me faire de la peine.

Il essaye de sourire, ça ne marche pas très bien … Le corps droit comme un i, il ne bouge pas du tout. Mon regard bleu se fixe dans ses prunelles d'ambre, et je ne peux m'empêcher de répondre à sa remarque :

-Je trouve ça triste, d'être habitué à avoir de la peine.

Je n'ajoute rien de plus, c'est à lui de poser les questions maintenant, c'est comme ça.

-Tu t'entraines depuis longtemps pour devenir guerrière ?

Je m'attendais à beaucoup de choses, mais pas à ça, je dois dire … Cette question me laissa un instant perplexe, mais c'est vrai qu'elle pouvait être justifier. J'avais la taille d'un apprenti de huit ou dix lunes, mais personne ne laissait un apprenti de cet âge se balader seul. J'ai baissé les yeux pour marmonner rapidement un « bien trop longtemps » qu'il n'avait sans doute pas entendu, puis, en soupirant, j'ai finalement accepter de répondre à sa question :

-Je suis apprentie depuis déjà près de douze lunes il me semble.

C'était presque le double des apprentis normaux, un sacré chiffre. Non pas que je soit le chat le plus nul du monde, mais le fait de passer presque toutes les saisons froides chez le guérisseur n'arrangeait rien. Je décidais néanmoins d'éviter le sujet le plus possible.

-Et toi, Vif Eclair, tu es guerrier depuis longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Jeu 24 Oct - 11:58

Elle ne lui répondit pas tout de suite, peut être gêné par la question, peut être que ta question l'a gêné, pour toi elle n'a pas obligé de répondre, tu la connais cette sensation, celle d'être gêné, celle d'éviter une question, tu ne peux pas l'obliger à répondre, tu ne peux pas l'obliger à faire des choses qu'elle ne veut pas. Tu l'apprécies, tu ne sais pas qu'elle sentiment touche ton coeur, peut être de l'amitié, surement de l'amitié. Elle marmonne une phrase incompréhensible, tu ne cherches pas à comprendre, puis en soupirant elle te réponds:

-Je suis apprentie depuis déjà près de douze lunes il me semble.

Tu es soulagé qu'elle est voulu te répondre, une petite frayeur, comme toujours, puis tu repenses à sa réponse, douze lunes....c'est beaucoup, normalement elle devrait bientôt passé guerrière, du moins tu l'espères. Toi tu n'es pas resté apprenti très longtemps, peut être parce que tu avais un très bon mentor et qu'il t'obligeais à t'entrainé tout le temps. Sinon tu es complètement nulle, heureusement qu'il était là pour s'occupé de toi, sinon peut être serais-tu encore apprenti. Tu ne connais pas la raison du retard de baptême de Nuage de Glace, pourtant elle a l'air douée, elle a bons reflex, il doit bien y avoir quelque chose, mais ce n'est pas le moment d'y pensé, car elle chance de sujet, te posant une question. Parlé de son entrainement un peu la gêné.

-Et toi, Vif Eclair, tu es guerrier depuis longtemps ?

Tu ne sais pas quoi lui répondre, car tu as oublié le temps, tu as oublié l'ordre du jour et de la nuit, tu dors quand tu le veux, tu ne comptes plus les lunes, seule les assemblés te donne un indice sur le temps, mais tu ne les comptes pas. Tu veux oublier ton passé, du moins, tu veux moins y penser, donc tu ne fais plus attention au temps, les saisons te donne une information, sinon tu vis dans l'ignorance de celui-ci et ça ne te déranges pas du tout, tu aimes mieux. En quelques sortes, tu n'as pas grande chose à lui répondre:

-Je ne sais plus, je ne fais plus attention au temps.

Puis tu réfléchis encore, que pourrais-tu lui demandé? Quelque chose de ne pas très gênant, quelque chose de facile...hum, quelle question pose-t-on déjà pour faire connaissance, tu n'en à pas la moindre idée. Tu sens que la pluie redouble, ses gouttes transparentes, elles te fond pensé à...l'hiver, la neige, les entendues de matière blanche et froide couvrant le paysage, une belle saison, peut être sa préférée. Tu lui demandes toujours sur le même ton, sympathique, calme:

-Quelle est ta saison préférée?

Non tu essayes pas de t'infiltré dans sa vie, tu n'essayes pas de connaitre son âge, ses amis, sa famille, tu t'en fiche de tout ça, tu aimes seulement ses pensées, ses gouts, ses avis, c'est tout ce qui t'intéresses. Tu ne veux pas tout connaitre d'elle, savoir trop de chose sur une personne peut se retourner contre nous. Tu es pourtant de plus en plus à l'aise avec elle, tu te sens beaucoup mieux que tout à l'heure et tu en es fière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Dim 27 Oct - 0:47


Je suis soulagée : il a respecté mon envie de ne pas m'engager sur le sujet. J'aime bien cet être plutôt étrange, qui malgré ses réponses bizarres et ses questions encore plus bizarres fait attention à tout ce que je dit et fait, même si nous appartenons à deux mondes différents. Enfin, pas si différents, mais en tout cas séparés. Mais est-ce juste de l'indifférence ou vraiment du soucis de ce que je pense ? En tout cas, il a la gentillesse de répondre à ma question :

-Je ne sais plus, je ne fais plus attention au temps.

Encore une réponse bizarre. Se peut-il qu'une fois passé guerrière, je ne regarde vraiment plus le temps filer ? On croirait entendre un ancien parler ! D'ailleurs cet air pensif qu'il prend ressemble vraiment à celui des anciens lorsqu'ils cherchent une bonne histoire à raconter. Sauf que cette fois, on est loin de la tanière sèche et confinée des anciens. Et la question qui m'est posée n'a pas ce ton mystérieux que savent donner les conteurs, mais le ton calme que Vif Eclair utilise depuis le début de notre discutions :

-Quelle est ta saison préférée?

Je dois dire que, encore une fois, je ne m'attendais pas à ce genre de question. En fait, je n'y avait jamais vraiment réfléchit. Pour moi, chaque saison à son charme, et ses défauts : l'été est plein de vie, mais il fait bien trop chaud, l'automne possède de magnifiques couleurs, mais je n'aime pas tellement la pluie, l'hiver est la saison où je suis la plus utile, avec mon pelage blanc, et le paysage est transformé, mais c'est aussi la saison des maladies, quand au printemps, c'est la saison du renouveau, mais aussi celle des crues. Mon regard est tourné vers le paysage, vers cette pluie toujours plus forte en dehors du couvert des trois grands arbres. Si je devais faire un choix, se serait ...

-Je ne sais pas trop … Peut être l'hiver ? Oui, sûrement l'hiver. Même si ce n'est pas la meilleure saison pour moi, je crois que c'est celle que j'aime le plus

Le souvenir de mes premiers flocons restera à jamais gravé en moi, c'est certain. Je garde encore un instant le regard posé dans le vide, pour finalement me décider à reprendre notre jeu de question réponses :

-Préfères-tu le Jour ou la Nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Dim 27 Oct - 17:42

Elle regarde un moment le paysage pluvieux, puis elle te répond finalement:

-Je ne sais pas trop … Peut être l'hiver ? Oui, sûrement l'hiver. Même si ce n'est pas la meilleure saison pour moi, je crois que c'est celle que j'aime le plus.

Tu es d'accord avec elle, c'est tout à fait vrai, l'hiver est une saison si belle, la neige est si douce, si aveuglante, si attirante. Le temps à si beau, tout est blanc, comme les rêves, comme les nuages. Il ne fait pas trop chaud, le sang rouge coulant sur la matière immaculé est visible est magnifique. Tu n'ai pas un tueur, mais la vu de cet élixir rouge, tu l'aimes, tu peux devenir dangereux quand tu le veux. Pour l'instant tu es calme, pour l'instant tu n'es pas fou, pour l'instant tu es toujours à toi, ton corps t'appartiens toujours, mais en quelques secondes tu peux devenir quelqu'un de malade sans mentalité. Tu rejettes la faute sur ta maladie, sur tes troubles, mais peut être n'est-ce pas ça après tout. Enfin bon, ce n'est pas le moment pour t'interroger sur ta maladie, tu es schizophrène, eh bien tant pis, tu fais avec, de toute façon tu es habitué maintenant, à résisté à l'envie de tué, de fuir, de disparaitre, de mettre fin à ta vie. Quand on garde la malchance toute une enfance, on finit par être habitué à souffrir, à délirer.
C'est à son tour de posé une question, d'ailleurs elle finit par te demander:

-Préfères-tu le Jour ou la Nuit ?

C'est un question parfaite, tu n'aurais pas pu espéré mieux. Tu préfères de loin la nuit, tu lui expliqueras pourquoi, c'est simple à comprendre quand on le veut, enfin pour toi ça l'est, mais c'est normal. C'est tellement beau les ténèbres, la lune, les ombres, cela cache pour un long instant les défauts du jour, cela couvre les malheurs et la misère. Pendant la nuit tu peux fermé les yeux, tu peux te couper du monde, tu peux t'évader grâce à tes rêves et tes cauchemars, tu peux te sentir libre, tu peux pour un moment ne plus voir le monde, car le monde est trop cruel.

-Je préfère la nuit car elle corrige les erreurs et les défauts que t'offre le jour. Elle cache pendant un instant la cruauté du monde, elle te transporte dans un autre univers. La lune est tellement belle, tellement fantomatique. Puis c'est le moment on tu peux fermé les yeux, ou tu ne vois plus le monde, ou tu peux t'évader de la réalité grâce à tes rêves.

Tu souris, tu es fier de ta réponse, tu es idiot, ne te fais pas d'idée. Tu soupires, c'est à ton tour de posé une question, que peux-tu lui demandé? Hum...Il y a tellement de questions que tu pourrais lui posé. Tu cherches, une bonne question, ah voila! Tu la regardes, tu lui réponds sur le même ton calme habituel:

-Tu aimes les orages?

Un souvenir traverse ton esprit, tu te revois, seul, dans la forêt, perdu, sous les gouttes glaciales des nuages. Tu essayes de les attrapés, tu es un chaton, tu es perdu, stupide. Tu bondis, tu rampes, tu t'amuses, tu oublies pour une fois la souffrance que le monde t'a procuré, l'enfance, c'est soit magnifique, soit horrible.
Tu reviens à la réalité, tu attends.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Ven 1 Nov - 19:13



-Je préfère la nuit car elle corrige les erreurs et les défauts que t'offre le jour. Elle cache pendant un instant la cruauté du monde, elle te transporte dans un autre univers. La lune est tellement belle, tellement fantomatique. Puis c'est le moment on tu peux fermé les yeux, ou tu ne vois plus le monde, ou tu peux t'évader de la réalité grâce à tes rêves.

Cette description de la nuit semblait le faire rêver. Il souriait, fier de lui. C'est vrai, la nuit peut être belle. Mais pour moi, parce que longtemps elle avait été source de cauchemars, la nuit était surtout un lieu ou tout peut apparaître. Juste après mon accident, ces dans ses ombres que je voyais la plupart des dangers. Tout pouvait venir de ces formes sombres et gigantesques, tout prenait l'aspect d'autres chose dans la nuit. On ne voit rien venir, on divague, on perd ses sens en entrant dans son propre imaginaire. Les plus créatifs verront de grand monstres, les autres se sentiront juste observer. C'est stupide, bien sur. Mais qui peut dire que, dans sa vie, il n'a jamais imaginé des choses en regardant un coin sombre, même si la chose en question n'avait rien d'effrayant. Voir un buisson là ou il n'y en a pas. Reconnaître une silhouette qui n'existe pas. Ce sont là de douce hallucinations, mais elles n'en restent pas moins imaginaires.
Vif Eclair c'est mit à soupirer, sans doute à la recherche de la prochaine question, puis son attention se fixa de nouveau sur moi :

-Tu aimes les orages?

Je n'avais même pas besoin de réfléchir à la question, j'ai répondu directement, peut être trop enthousiaste :

-J'adore les orages ! Je trouve que les orages renferme une certaine beauté. C'est quelque chose que je ne sais pas trop expliquer …

La tension au moment d'un éclair, cette lumière vive mais fugace, l'attente du tonnerre qui suit l'apparition, et son bruit qui fait trembler jusqu'au plus profond des tanières … J'aime tout ça, même si ça paraît étrange.
Comme pour appuyer mes dires, un bruit sourd se fit entendre au loin, par dessus le crépitement de la pluie sur notre abri précaire. La pluie ne s'arrêtait pas, et l'orage, bien que lointain, venait s'ajouter au tableau. J'espérais secrètement qu'il se rapproche, pour en profiter un maximum.

-Et toi, qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Mar 5 Nov - 18:50

Elle te répond directement, sans même réfléchir une seconde ce qui te fais légèrement sourire :

-J'adore les orages ! Je trouve que les orages renferme une certaine beauté. C'est quelque chose que je ne sais pas trop expliquer …

Effectivement elle était de ton avis, pour toi les orages avait toujours renfermé cette beauté, les éclairs zébrant le ciel sombre, illuminant pendant une fraction de seconde la terre, ces gouttes de pluie, fines, s'écrasant sur un sol mouillé, cette fraicheur, ce tonnerre grondant, menaçant le monde, l'eau coulant sur les feuilles des arbres, se posant délicatement sur les pelages des chats, tout cela tu aimais, tu aimes quand la nature exprime sa colère, se déchaine, quand les nuages blanc deviennent gris, quand le vent souffle, quand elle détruit les malheurs du paysage, quand elle saccage cet environnement si magnifique, si trompeur, le remplaçant par un chaos à coupé le souffle, quand la misère est cachée derrière un rideau de pluie torrentielle. L'orage symbolise souvent la destruction, la tristesse. De plus ils apportent de l'eau à la terre, ce liquide vital qui devient de plus en plus rare, ce liquide que les bipèdes détruisent.

-Et toi, qu'en penses-tu ?

Tu sursautes, tu étais tellement absorbé par tes pensées que tu l'avais complètement oublié, heureusement qu'elle te ramenait à la réalité. Tu te calme, non, tu ne dois pas avoir peur, ce n'est rien, ce n'est pas grave, calme toi, doucement. Tu respire un bon coup puis tu lui répond :

-J'adore aussi les orages, je trouve cela si beau, si incroyable, j'aime les regarder, j'aime y assister.

Tu lèves les yeux au ciel, malgré le mauvais temps tu peux remarquer que celui-ci s'assombri de plus en plus, la nuit ? Tu n'en as aucune idée, tu hausses d'ailleurs les épaules. Bon c'est à toi de poser une question, tu réfléchis encore, encore, encore, puis tu finis par lui demander toujours sur un ton calme et posé :

-Dis pour toi, que représente les arc en ciel ? Tu les aimes ? T'aide-t-il à rêver ? Quand tu en vois, tu n'as pas envie d'aller le toucher, passer tes pattes à travers les différentes couleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Ven 15 Nov - 23:30


Il était reparti, loin, très loin dans ses pensées. Du moins c'est ce que j'ai eut l'impression lorsqu'il a sursauter à l'annonce de ma question. J'ai l'impression d'entendre son cœur battre à la voler, mais se doit être mon imagination. Ou alors la pluie me joue-t-elle des tours ? Un autre éclair zèbre le ciel sombre, suivit d'un grondement plus rapidement que le précédent. L'orage se rapproche. Vif Eclair prend une grande inspiration avant d'enfin répondre :

-J'adore aussi les orages, je trouve cela si beau, si incroyable, j'aime les regarder, j'aime y assister.

Son regard se lève sur le ciel sombre. Le vent froid continue à battre la pluie qui ne cesse de tomber, parfois si fort qu'elle forme un mur devant nous. Notre mince abri me semble désormais des plus admirable, et l'idée même de devoir traverser cette tempête et les flaques de boue sur le chemin du retour me donne des frisons. Le silence – du moins celui de notre conversation – s'éternisa encore un peu, puis le guerrier trouva enfin sa question, qu'il posé de sa voix toujours aussi calme :

-Dis, pour toi, que représente les arc en ciel ? Tu les aimes ? T'aide-t-il à rêver ? Quand tu en vois, tu n'as pas envie d'aller le toucher, passer tes pattes à travers les différentes couleurs ?

-Les arc-en-ciel ?

L'image de ces arc aux milles couleurs qui s'épanouissent dans le ciel après certaines pluie me vint en mémoire. Dans la forêt, il est très difficile d'en apercevoir, mais on y arrive parfois depuis les plateaux.

- C'est un spectacle aussi rare que magnifique. Je ne m'en lasse pas, il m'arrive même de les regarder jusqu'à ce qu'il ait disparut. Mais ils restent à jamais des choses inaccessible, alors les toucher … en fait, je n'y ai jamais penser ...

La luminosité avait encore baisser, les nuages noires masquant totalement le ciel. Un bourrasque de vent nous apporta une rafale de pluie qui me fit frissonner. Un éclair zébra soudain le ciel, éclairant vivement le paysage pendant une longue seconde, aussitôt suivit d'un violent coup de tonnerre. L'orage nous avait atteint. Mon regard totalement absorber par les éléments, j'oubliais de continuer notre jeu de question réponse. Seul comptait la beauté de l'orage dont nous étions témoins. Une nouvelle bourrasque me fit chanceler, au point de frôler le guerrier à mes côtés. Mais je n'ai pas songé une seconde à revenir à ma place, les yeux brillant devant un nouvel éclair bien visible en face de nous.
C'était si beau. Les oreilles en avant, je savourais chaque lumière vive, chaque vibration. Pourquoi s'en priver ? Je savais que mon regard devait pétiller, pourquoi lui montrer cette face de moi ? Parce que j'en avait envie, voilà tout.
Mes pensées glissèrent loin de moi, en même temps que l'eau de pluie perlant sur ma fourrure.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Jeu 9 Jan - 2:05

J'avais pas vu que tu avais répondu! Je réponds des que je peux ;)
Revenir en haut Aller en bas

Mon identité.
Relationship :
Rêve Noir
Guerrière du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 5355
● Je suis arrivé(e) ici le : 03/09/2012
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Mistral Glacé (ex) ; Étoile du Tyran (ex) || AUCUN

MessageSujet: Re: Maybe ... | pv Vif Eclair   Lun 27 Oct - 23:02


[Je lock et déplace par manque d'activité. Si vous voulez récupérer ce post, envoyez simplement un MP à un administrateur ou à un modérateur.]

__________________________________



: . anciennement . :
 

Nuage Noir parle en #000010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Maybe ... | pv Vif Eclair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: LES ARCHIVES :: BACK TO THE PAST :: Terres Libres & Etoiles-