« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Ven 19 Sep - 22:52


« L'amour déploie nos ailes, mais la tristesse nous les vole. »
Le ciel est une gerbe de couleur, un éventail flamboyant. Aussi rouge que la lave en fusion aussi orange que le plumage des faisans il est tout simplement à couper le souffle. Le soleil finit lentement sa longue descente enflammée jusqu'aux cimes des arbres. J'aime la Saison des Feuilles Mortes, quand les feuilles prennent la même teintes que le ciel du soir, tel un incendie aux notes chatoyantes qui dénude les arbres une fois qu'il n'y a plus rien à consumer. Les écureuils au joli pelage fauve enterrent leur nourriture pour l'hiver, les dernières proies profitent des dernières semaines à l'air libre avant de rejoindre leur terrier pour le long hiver. Il est encore trop tôt pour que celles-ci commencent à hiberner et c'est d'ailleurs tant mieux. Tant mieux parce qu'ainsi mon Clan n'a pas de problèmes pour trouver de quoi se nourrir. Personne ne souffre de la disette, personne n'est malade et les pelages sont encore rutilants de santé. Au fond de moi je suis heureuse. Ça a prit du temps mais je suis désormais totalement libre de mes pensées et de mes mouvements. Mon coeur est à nouveau léger et bien qu'une légère nostalgie le recouvre, elle fait désormais partie de moi et de la féline calme et sage que je suis devenue.
Il est vrai que je ne me laisse presque plus aller aux plaisirs de l'enfance. Seul avec quelques vieux amis je retrouve la joie folle que je laissais déborder de moi quand j'étais enfant. J'aime ces moments car c'est ceux où je me sens le mieux, le plus à l'aise et le plus libre. Mais quotidiennement je n'y arrive plus. Je ne parviens plus à retrouver totalement mon âme juvénile. C'est comme si cette part d'ombre en moi, le reste de ces lunes de folies et de douleur m'en empêchait. Mais tout ça est derrière moi, loin derrière moi et il n'y a aujourd'hui plus aucune raison d'y songer. Comme je me suis faite la réflexion pleins de fois il se trouve que j'ai fait ce que j'avais peur de réaliser il y a de cela plusieurs saisons. J'ai grandi.

Dans ma gueule pend un lapin encore tiède, fraichement tué. Son fumet est tout à fait alléchant et me fait tourner la tête. Je me retiens de ne pas le dévorer ici même. Mais c'est contre le Code du guerrier, contre mes propres valeurs. Les autres avant moi. Certains ont une vision totalement contraire de la vie. J'ai, je l'avoue du mal à le concevoir. Il est excessivement rare que je laisse mes sentiments prendre le dessus sur ma raison. J'exerce une poigne de fer sur mon esprit pour qu'aucun écart n'ait lieu. Mes pensées vont ainsi, frivoles et futiles, papillonnant d'un songe à un autre, alors que je serpente entre les hauts arbres. Le vent agite légèrement leurs branches inaccessibles. Cette journée a été relativement calme. C'est agréable de temps en temps une partie de chasse en solitaire. Et puis la prise que serrent mes crocs pourra nourrir les anciens donc en un sens c'est également très utile. Je me rapproche du camp, suivant le sentier tracé par les nombreux aller et retour des félins qui parcourent cette forêt depuis des générations. J'aime penser que je fais maintenant partie des leurs, que c'est, au fond, comme si j'étais née dans ce clan et que mes deux parents y avaient vécu. Peut être que c'était vrai. Peut être pas. Je n'ai aucun souvenir de mon père et un seul de ma mère. Avec le temps les souvenirs s'estompent, comme étouffés dans du coton. Mais certains événements passés, je m'en souviens encore comme si je les avais vécu hier. Les odeurs, les bruits, les voix et les souffles entremêlés. Les fourrures enlacées et les sentiments embrasés. Sans aucune pitié je chasse ces pensées au loin. Un léger soupire franchit la barrière de mes lèvres. Un contrôle parfait hein ? Mon oeil. Il y a des choses que je ne pourrai oublier même avec toute la volonté du monde.
Les buissons se font de plus en plus denses au fur et à mesure que mes pattes se rapprochent du camp. Je frémis et accélère instinctivement le pas. Le chemin se resserre un peu, et je me colle au fougère pour sentir leur frondes me caresser le dos. Alors qu'une feuille un peu plus aventureuse de les autres m'effleure le museau je sens une odeur étrange, inhabituelle. Une odeur féline ça ne fait aucun doute. Mais plus musquée, plus boisée et plus sauvage encore que celle de mon Clan. Ce qui m'étonne c'est qu'elle est tout à fait agréable à mes narines. Un solitaire. Aussitôt je pose ma proie au pied d'un bouleau et je l'enterre précautionneusement. Des la terre se coince sous mes griffes et je pousse un miaulement agacé. Cette odeur me rend nerveuse, sur mes gardes. C'est un mâle de toute évidence. C'est mon corps, mon instinct qui me le dit. Mon instinct animal qui en cette période cherche à me rendre la vie plus compliquée qu'ell n'est déjà et qui, par conséquent, attire les mâles autour de moi. Foutus chaleurs. Comme si j'avais envie d'avoir des chatons. Mais pendant ces cours moments que connaissent toutes les femelles je suis plus sur mes gardes, mes sens sont plus en éveil, je me sens différente et j'ai l'horrible envie de me cacher. Mon ventre se serre brusquement et je sors mes griffes. Un feu brûle dans mes entrailles alors que je me dirige en direction de l'odeur. Mon pelage se hérisse progressivement et mes babines se redressent. Pourquoi une telle haine me déchirent-elle les tripes ? Pourquoi, moi qui suit d'ordinaire si pacifique, je ressens cette envie sanguinaire de déchirer avec mes crocs. Je ne comprends pas. Mais je sens mon coeur qui s'emballe. Ce que je ne sais pas c'est que mon corps à compris. Mon cerveau non.

Je m'avance dans une minuscule clairière, d'une longueur d'à peu près deux longueur de renard. Il s'agit en fait plus d'une trouée entre les arbres. Un petit filet d'eau coule juste à côté de moi et partout autour des arbres couleur flamme d'épais buissons m'entourent. Tout mon corps est tendu à se rompre, mon esprit en ébullition. Une espèce de dignité furieuse se dégage de mes mouvements souples. Je me redresse et regarde autour de moi. Il est tout près. Je le sais. Je le sens. D'une voix étonnement froide et glacial je lâche. « Montre toi, sur le champ. » Je ne parviens pas à saisir la raison de ma folie. C'est incontrôlable, incommensurable. Ma voix se fait plus haineuse. « Ne me fait pas attendre où je viendrai te chercher pour te tailler en pièce. »

Incompréhensible.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Sam 20 Sep - 21:32

Une gerbe de flammes cramoisies aux reflets pourpres, un démon sans nom au visage exécrable, lueur ténébreuse aux pas invisibles, pensées ordalies en constant affrontement passé trouble, présent fragile, avenir incertain.
C'est à travers un rayon vert aussi subreptice que magnifique, qu'il s’abattit sur sa proie d'un coup d'un seul, existence vide aux mentaux épais comme la feuille de vigne, sa cible ne sentis rien. Puisse ses dernières secondes êtres accompagnées par le soleil quittant, aux travers de l'ébénier sans feuille, jusque dans l'Après. C'est à la lisière de la forêt que l'Ombre chasse, c'est à la lisière de sa folie qu'il vie. Percher sur un fin filage d'espérances, tirer le long d'une frontière séparant une abîme noire comme son cœur, d'une autre écarlate comme ses yeux. Se contentant de quelques bouchées à travers les morceau de chair les plus dodues et musclée, Ombre Flamboyante délaissa rapidement la carcasse de l'animal. Non pas par charité exaltable, mais par habitude. L'impossibilité de cacher ses proies aux travers les vastes monts enneigés du nord, et la maigre quantité d'énergie que son corps avait pris habitude d'extraire de son butin l'empêcher de finir complètement sa récompense.
C'est rassasier, la gueules encore sanguinolente et fumante d'une tendre odeur affable que l'Ombre s'enfonça dans la forêt. Son regard perdu dans l'horizon forestier, ses oreilles dressées comme à l'accoutumée, c'est dans cet état d'esprit de sentinelle qu'il pénètre le bois. Ses rêveries peuplées des mêmes songes et mots, des mêmes images et souvenir. Seule la couleur de celles-ci avaient changées, plus grisâtre, moins vivace. Ses muscles, moins solides, mais plus fin. Moins puissants, mais plus agiles, avaient retrouvé leurs habilités sylvestre, et se déplacaient avec tout l'aise du monde aux travers les branches brisés, la terre morte et les feuilles perdues, bien qu'il soit devenu incapable de faire la différence entre chacun.
Se mouvant toujours aléatoirement, suivant ce qu'il pense être la piste la plus appréciable, c'est à l'orée d'une percée dans le touffu feuillage de la forêt que ses pattes se stoppèrent. Les rayons matinales ne saurait l'atteindre lorsque le cercle de lumière se dressera à nouveau dans le ciel, les proies seront légions à passer devant lui, et nul ne saurait le trouver ici. Apaisant ses muscles, posant sa tête, calmant son cœur, réduisant sa présence à celle d'une simple vision dans la pénombre, d'une étoile au sein d'une galaxie. Fermant ses yeux, brisant sa respiration, les larmes de Morphé s'abattirent sur lui, le guidant vers un doux royaume doré, s'il ne s'agissait pas plutôt d'une macabre abysse taciturne....
Rien n'avait changer. Son état d'esprit était le même que celui qu'il l'avait en l'abandonnant cette nuit là. Peut-être était-il plus perdu encore, mais ça fait bien longtemps que cette possibilité semble difficilement atteignable, ou ne serait-ce pointable du doigt. Voguant à travers son fleuves de doutes, évitant tant bien que mal les vagues de tourments, chaque rêve était le même. Plus intense à chaque fois, privant lentement leur victime du sommeil dont il aurait tant besoin. Mais c'est cette seule fois, où la marré semblait être calme, que son plus grand désir vint le perturber.
Tremblant à un rythme effréné, le fleuve devenu océan s'ouvrit en deux, l'arrachant à sa paisible balade, l'attirant vers une réalité bien plus noire. Ouvrant les yeux, c'est affoler que son cœur l’accueillit. Aux battements plus incertaines qu'à l'accoutumé, son regard se porta vers sa gauche, sa tête pivotant au même rythme que ses pattes se levèrent, d'une lenteur parfaite, sans qu'aucun son ne trahisse sa position, seule son odeur avait alors le pouvoir d'indiquer vaguement son aire de repos.
Mais l'arrivé d'un étranger ne l'aurait pas réveiller. L'arrivé d'un guerrier ne l'aurait pas réveiller. Mais... Perdant un instant le contrôle, chancelant sur lui-même, ces effluves miracles vinrent lui lécher la truffe, se transformant en un frisson sans visage, courant de sa tête à sa queue, tel un millier d'aiguille s'attaquant à chacune des parties de son corps. C'était elle. Il ne pouvait se tromper. Perdant tout contrôle de ses sentiments, il ne put savoir lequel prédominé. C'est tout juste s'il perçut vaguement les paroles sortant de sa fine bouche alléchante, qu'il entrapercevait à travers deux feuilles posées devant ses yeux. Briser mentalement, c'est stoïque qu'il s'engouffra dans la passe, tranchant le chemin en deux avec son corps affolé. Son regard, invisible de tout sentiment, la fistugant avec passion ; mais il ne sut savoir laquelle.
La lune ne s'était pas dressée qu'il avait basculé dans les ténèbres les plus obscures. La lune ne s'était pas levée qu'il y avait déjà une lueur qui éclairer son chemin. Son esprit, totalement perdu, incapable d'analyser la situation se renferma. Laissant son corps agir à sa guise.
Ses griffes sont sorties. 

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 21 Sep - 12:05

L'odeur est partout autour de moi, omniprésente, suffocante à la limite du respirable. Plus je l'inspire, plus je sens le sang bouillonner à mes tempes, plus le feu qui consume la forêt se répand en moi, brûlant chacun de mes muscles. Pourtant dans mes yeux ne dansent aucune flamme. Ils sont trop bleus, trop purs pour être mélangé à cette folie destructrice qui m'incendie tout entière. Mon corps, mon instinct tout me tire vers ces fourrés où de toute évidence le solitaire est dissimulé. Je ressens quelque chose de nouveau, un désir déchirant que je n'ai jamais ressenti avant mais que je n'arrive pas à cerner. C'est terriblement désagréable et je ne sais plus si ce sont mes chaleurs ou cette odeur trop agréables, trop envoutante qui me fait tourner la tête. Les deux peut être. Mais j'ai l'impression de n'être que l'ombre de moi même, d'être à l'extérieur de mon propre corps qui agit à sa guise. Parce qu'il faut bien l'admettre je ne me contrôles absolument plus. Un part de moi est lucide et s'en rend bien compte, l'autre est totalement rendue saoule parce l'ivresse de mon envie de destruction. Et je ne comprends pas. Je n'ai jamais connu une aussi grande haine envers quelqu'un. Ou plutôt la seule fois où ça a été le cas je me suis forcée de l'oubliée. Je refuse de comprendre.

Soudain les branches s'agitent et comme une flamme il sort. Le feu semble vraiment être à l'honneur ce soir. Il y a la couleur orangée de son pelage, pelage à la fois familier par sa forme et totalement étranger par sa couleur. Il y a le brasier qui me brûle, qui me détruit. Il y a les teintes chatoyantes de la forêt qui excitent nos sens. Et plus encore il y a ses yeux. Ses yeux aussi rouges que ceux de Nuage sans Couleur. Illuminés, fous, passionnés je n'arrive pas à comprendre lequel de ces sentiments est le plus intense. Au moment même ou une de ses pattes foulent le sol de la petite clairière, une décharge électrique parcourt tout mon corps et le désir se fait plus fort. Mon coeur fait un bond gigantesque pendant que des bribes de voix et de souvenirs m'éclatent au visage. Bribes que j'écarte sans le moindre ménagement. Et la fièvre monte, tout comme la rage et la colère. Mes griffes s'enfoncent dans le sol. Il se rapproche, de toute évidence c'est sur moi qu'il se rue. Une petite voix me souffle que j'aurais dû être heureuse mais je ne comprends pas pourquoi. Tout mon être se braque, se bloque et les portes blindées se ferment. Je ne vois plus rien, plus rien à à part lui. Soudain des griffes me lacèrent l'estomac et une puissante nausée me secoue pendant que je détaille son visage. Sa course est décousue, dépourvue de la moindre grâce et un sourire éclaire mon visage. Un sourire de mépris. Pendant qu'il s'avance au ralentit je soutiens son regard, serrant les crocs. Je n'ai aucun mal à l'éviter. Un bond souple, agile sur le côté et je me retrouve derrière lui. J'aurais pu m'arrêter là et continuer à le contempler. Mais je n'y parviens pas. Grâce à mon élan, je plie mes pattes inférieures et effectue un bon spectaculaire pour atterrir sur son dos. Bien que je n'ai pas l'avantage de la force j'ai celui de l'agilité. J'enfonce mes griffes sur sa colonne vertébrale et l'entraine avec moi dans la poussière. Sentir son pelage se mêler au mien me répugne au plus au point mais je ne saisis pas pourquoi. Je l'immobilise, son dos contre le sol, moi au dessus de lui, mes pattes avant sur son poitrail. Mon coeur bat une chamade désordonnée, affolée, déroutée. Mon visage est fermé, sombre dure. Rien de la féline calme, douce et charmante que je suis habituellement. Qu'est ce qui peut bien me mettre dans cet état ? Impitoyable, j'abats une patte sur son museau, griffes sorties, entaillant sa truffe. Le sang gicle, m'aspergeant la patte et un étrange sentiment de déjà vu m'étreint. C'était il y a longtemps trop longtemps. Tellement longtemps que j'aurais dû avoir oublié. Tellement longtemps que j'aurais aimé avoir oublié. Les portes ses fissurent, les vannes cèdent et tout craque. Tout s'écroule, tout se brise en même temps que mon coeur. Ma rage redouble et l'incendie grandit utilisant mes sentiments pour ne jamais s'éteindre. Nous sommes là, bizarrement enlacés comme je l'ai tellement rêvé. Mais je ne suis pas heureuse. Une seule phrase s'inscrit dans mon esprit : Je le hais. Mes griffes rencontrent à nouveau son museau, dans un geste plus désespéré qu'avant. Sans que je puisse les retenir les larmes de rages perlent au coin de mes yeux. J'ai compris.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Ven 26 Sep - 16:20

Vide
.


L'espace d'un instant, chacun de ses muscles se liquéfia. Comme si son corps avait lui aussi perdu toute envie de continuer, comme si lui aussi souhaitait disparaître, à travers une gerbe de fumée grisâtre à l'odeur de souffre. Et plus son regard s'écouler sur son corps, plus le sien se fissurer, son coeur se morceler... Jusqu'à ce qu'un éclair de foudre le frappa, cautérisant les cicatrices de son coeur, et crispant chacun des muscles de son corps. Se transformant en une masse ténébreuse et imprécise, chaque muscle s'élança, animé d'une même envie, d'un même objectif...
Sa course était incertaine, et son regard vide, malgré les tentatives de son esprit afin de freiner la stupidité de son enveloppe de chair et de poils, rien ne fut suffisant. Sa vision était saccadée, entrecouper d'images noires, son âme refusant d'observer la scène, mais son corps réclamant tout autre chose. Poursuivant sur sa lancée, soulevant feuille et brindille derrière ses pattes, dont les griffes s'accroche fermement au sol et le propulse à l'avant, il arrive en face d'elle, sans technique, sans rien, se contentant de mouvoir sa patte droite, lacérant sa peau, juste avant qu'elle ne s'envole, exactement comme ces oiseaux, que jeune, nous n'arrivons jamais à attraper. Exactement comme ces anges, qui une fois blessés disparaît.
Tout se briser. Tout s'en aller. Tout disparaissait dans un nuage abrupt. La douleur dans sa poitrine était si forte, qu'il aurait préféré être déjà mort. La douleur dans son esprit était si grande, qu'il aurait préféré être déjà mort. La douleur était tellement présente, qu'il aurait préféré être mort.
Alors que sa vision, une flèche s'abat sur son dos, le brisant tel un soldat tombant sur le champ de bataille, le sol l'heurt violemment, comme si mère nature en personne lui en voulait. Comme si le monde l'en voulait. Car il est le fautif.
Plaquer dos au sol par une masse imprévisible, son regard se posant sur sa lumière, cette lueur obscure à l'éclat fantomatique, dont seul le spectre rouge rayonner à travers son regard. La douleur s'empare de son nez, la foudre le frappe à nouveau. Mais celle-ci est différente, et apporte avec elle deux souvenir distinct mais différent. Un œil voit sa damnation, au bord d'une falaise, l'autre sa rédemption, sur un terrain de sable, la même gerbe de sang... Jusqu'à ce qu'un autre coup de foudre frappe à nouveau son museau, brisant par la même occasion cet écran fictif de songes mélancoliques, cette foudre lui était déjà familière, et elle embrasa à nouveau son corps. Haine, colère, même lui ne comprit pas ce qui motiva sa patte gauche. Qui, griffes dehors, se précipita à toute vitesse sur son visage, vers ses yeux, là où pointer son regard, mais en vain. 
Il s'arrêta. Figer. Ses muscles, tétanisaient, ne bouger pas. Dans un dernière effort, utilisant la rage qui ne s'était pas encore dissiper pour fendre l'air avec sa patte droite, sa patte forte, plus rapide, véloce et agile. Mais qui elle aussi, s'arrêta. L'incompréhension gagna son corps. Alors que son regard quittait lentement Son visage pour se poser sur ses griffes, dans un dernière effort désespérer, il avança lentement son coup vindicatif, ses griffes se rétractant malgré lui, à chaque qu'elles se rapprochaient de Son visage. Tremblant, tout se termina lorsque ses coussinets effleurèrent ses poils, et que de chaudes gouttelettes tombèrent sur lui. Il ne pleuvait pas. Tout changea.
Ses yeux retrouvèrent une lueur, ils avaient peur. Peur de voir. Mais envie de voir. Et lorsqu'ils virent, il s'abattit. La vision incompréhensible, indéfinissable de ce visage crisper aux larmes eu l'effet d'une bombe. Sa patte gauche tomba la première, suivit de sa patte droite. Le sol s'ouvrit, comme si les limbes l'appelaient, comme si tel était son destin. Ses muscles perdirent toute combativité, alors que son sang emplissait ses cavités nasales. Sa tête se baisse, sa tête se tourne, le sol la heurt. Tout ce finis. Et dans un dernière effort...
Ses yeux ne pleurent pas.  

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Mar 30 Sep - 15:56

Du coin de l'oeil je vois sa patte, toute griffe dehors, se diriger à une vitesse fulgurante vers mon visage. Mais je ne peux pas bouger. Mon corps refuse s'écarter. Mon corps demande plus que cette simple étreinte, mon corps veut bien plus. Mais mon esprit déchainé refuse, pourfend ce désir sournois que je ne devrais même pas ressentir. Sa patte se stoppe mais je ne m'en rend même pas compte. Je suis concentrée sur l'autre qui se rapproche d'un mouvement plus puissant. Je ferme les yeux pour éviter qu'ils ne soient crevé, faisant rouler sur mes joues les larmes que j'avais réussi à contenir. Je ne le vois pas rentrer les griffes, je ne vois pas rapprocher ses pattes de mon visage. Je sens juste ses coussinets effleurer doucement, presque tendrement mes joues. L'espace d'une seconde, toute ma haine s'évapore. Son odeur suave me berçe et sa respiration, son souffle me rassure. Je rouvre les yeux, pétillant d'un ancien amour chassé et repoussé. Ses yeux ne sont plus pareils. C'est comme si le voile opaque qui les recouvraient s'est subitement relevé pour laisser apparaître à la lumière du soir les étoiles naissantes dans ses yeux. Je me rappelle ma rencontre avec Etoile d'Epines qui avait reçu une visite du Clan des Etoiles juste sous mon nez. Je me souviens des filaments d'argent qui brillaient dans ses yeux. En ce moment précis la même chose se déroule. Sauf qu'aucun être étoilé ne provoque ces lumières. C'est ses sentiments à lui, le fond de son âme que j'ai l'honneur de voir pour la première fois.
Parce qu'il faut bien se l'avouer il a toujours été distant. Même le soir où il était revenu pour la première fois il n'y avait eu pareilles pépites dans ses yeux. Ce n'est plus des marées sanglantes, mais deux rubis sombres et fourbis qui scintillent pour moi et pour moi seule. De toutes les fois où je l'ai vu, où je l'ai taquiné où je lui ai souris, jamais de telles émotions n'allumaient ses prunelles. Alors peut être que je devrais me sentir honorée. Mais il n'en est rien.

Cette contemplation silencieuse, magique, ne dure que l'espace d'un instant. Quelqu'un qui aurait cligné des yeux à ce moment là ne l'aurait pas perçue. Mais pour moi c'est comme si des années s'étaient écoulées et c'est beaucoup trop, beaucoup trop long. Mes yeux se vident à nouveau, et je sens le masque de rage qui se recolle à mon visage. La même furie qui me consumait il y a quelques instants renait et le feu de mon coeur brûle à nouveau teinté d'une lueur de désespoir, d'errance. J'ai besoin de libérer tout ce que j'ai gardé pour moi depuis si longtemps, tout ce qui me ronge, me pourrit le coeur depuis des saisons entières et que je croyais avoir refoulé. Subitement je comprends que tout à toujours été là, que je refusais simplement de voir. Que cette foutue nostalgie, cette sagesse qui me ralentissait, c'était cette noirceur qui peu à peu emplissait mon âme entière. Un grimace de dégout me défigure le visage et je relève brusquement la tête alors que ses pattes tombe au sol. L'une des miennes, griffes sorties, approfondit l'entaille de son museau. Les coups se succèdent, encore et encore alors que les larmes continuent de rouler le long de mon visage. Je me hais. Je me hais d'être incapable de m'arracher à lui, je me hais de ne pas avoir la force de l'achever, comme je voudrais le faire, je me hais de ne pas réussir à rentrer au Camp, rentrer chez moi. Je me hais de le faire souffrir et plus encore je me hais de l'aimer, de l'aimer de la même passion dévorante que la dernière fois. Je me hais plus que je ne le hais lui-même. Sans que je ne puisse retenir les mots, ceux-ci sortent de ma bouche alors que je vomis tout cette honte enterrés qui me retombe dessus : « Pourquoi tu es revenu ? Pourquoi tu es revenu ? Pourquoi, pourquoi ? Ma voix se casse pitoyablement. Je ne veux pas de toi, je ne veux plus de toi ! Pars, ne souille plus une seule de ces terres par ta présence ! » J'ai beau dire ça, je ne m'écarte pas de lui pour autant. « Tu ne m'attaques plus ? Tu ne veux plus me tuer ? Qu'est ce qu'il y a tu as peur de moi ? » D'un bond leste je m'extirpe de cette étreinte. Le provoquer est de la pure folie mais je ne contrôle plus rien. Je ne suis plus l'apprentie perdue de la dernière fois. Je suis une guerrière, une des meilleurs de mon Clan et je suis près à défendre ma peau aussi chèrement qu'il le faudra. « Attaque moi espèce de lâche ! Fais ce que tu es venu faire ! » Je marque une dernière pause. Mon visage se contorsionne de douleur et de peine pendant que je crache ces derniers mots : « Je te hais. »

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 12 Oct - 14:08

Tout change. Tout se transforme. Tout disparaît. Tout renaît. Pupilles dilatées, noir comme l'ébène, profond comme la nuit, tout me semble nouveau. Ces feulements ne m'atteignent pas, et c'est tout juste si je dédaigne lui adresser un regard. Je me découvre, je me retrouve. Chaque sentiments perdues revient, chaque souvenirs floutés renaît. Je sens mon torse ce libérer, ce libérer d'un poids physique et psychologique. Relevant la tête, ce sentier me paraît soudainement plus large, j'aperçois la lune d'un nouveau jour. Elle me paraît plus blanche, et même si les feuillages verdoyant de gris des arbres souille son éclat de cristal, elle me semble plus belle que jamais. Un moment, je reste au sol, les muscles soulagés de toute pression ou tension. Je suis bien. La douleur me paraît factice, et seule l'harmonie habite mon cœur. Ai-je renoncé ? Que m'arrive-t-il ? Je ne sais pas. Mais c'est en paix que je me redresse, me levant fièrement, quittant la cendre de ce sol, j'inspire pour la première fois. Un souffle nouveau, une vie nouvelle.

Mon regard ce tord, balayant les alentours. Tout est plus coloré, plus beau, tout me semble moins noir, plus saturé. Jusqu'à ce que mon regard ce porte sur elle. Son visage crispé par une multitude de sentiments que je ne comprends pas. Ces mots sont violent, les poignards qu'elle me feule sont aiguisés et rouillés, mais nul ne m'atteins. La larme coule seule, solitaire, se perdant furtivement entre mes poils, jusqu'à disparaître... Mais malgré tout cela, je ne l'est jamais vu aussi belle. Et mon instinct m'interdit à nouveau de lui déchirer la peau. Eros se mêle à Thanatos, et même si la logique même de cet instant m'échappe, je le trouve magnifique. Son pelage gris immaculé à la texture léopard, créer par la percé des rayons lunaires transperçant le manteau de la forêt, et atteignant son dos. J'ai envie d'elle, j'en suis sûr maintenant. Mais je ne peux plus l'avoir, j'en suis sûr maintenant. Résigner, c'est tout ce qu'il me reste à faire.

Bien que mon regard reste centrer sur elle, je redécouvre le monde, mes yeux se perdant dans ce paysage que j'ai envie de parcourir à nouveau, comme lors de mes années folles. Accepter la fin de cette histoire, sans briser mon passer, me contenter de l'accepter. Est-ce cela que je dois faire ? Je ne sais pas. Sans doute, oui. Je ferme les yeux, puis les ré-ouvre rapidement, pour la découvrir plus belle encore. Je m'assois un instant, et laisse les douces notes de la forêt me bercer quelques instants. Malgré le liquide cramoisie qui macule mon pelage, les sentiments et visions de haines qui engouffre l'atmosphère, je me sens serein. Et bien que mes griffes soit sortis, je me contente de la contempler, assis.

Il sourit.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Sam 25 Oct - 12:48

Je te hais.
Cette même phrase se répète en boucle dans mon esprit fatigué, comme une litanie enjôleuse agréable à écouter. Sauf que chacun de ces mots me fait souffrir, me fait mal. Plus encore que cette foutue haine, je l'aime. Le revoir ici, devant moi, assis calmement comme il l'est fait s'envoler mon coeur sans que je puisse le contrôler. Mes attaques n'ont apparemment aucun effet sur lui. Il se contente de me dévisager avec un intensité troublante. Au fond de moi je suis déçue. Autrefois, quand j'étais petite, je sais qu'il m'aurait largement corrigé si je lui avais parlé de cette façon. Et c'est ce que j'aurais voulu qu'il se passe aujourd'hui. J'ai besoin d'évacuer tout ça, j'ai besoin d'un combat pour faire disparaître cette rancœur et réussir à repartir de zéro. Mais de toute évidence, ses envies sont à présent différente des miennes. Il persiste à me contempler, les yeux animés de ces feu-follets étrange et qui me déstabilise. Soumise ainsi à ses prunelles, ma rage fond comme neige au soleil et mon corps et inéluctablement attiré par le sien. Pourtant dès que j'échappe à ses rubis, le feu reprend de plus belle. J'ai l'impression que mon cœur est fait de bois vermoulu, rongé par les vers et que, peu à peu, celui-ci se scinde en deux parties bien distinctes. Entre les deux, je ne sais laquelle choisir.
Tout effacer, tout pardonner serait la voix la plus facile. Faire comme s'il n'était jamais parti, comme si ces lunes de dépression n'avaient été qu'un mauvais rêve. Mais à cause de lui j'ai perdue presque un an de ma vie à me morfondre sur mon propre sort, à sombrer loin dans les tréfonds de l'ombre et j'ai failli ne plus être là aujourd'hui pour le revoir tant j'étais au bord du gouffre. Faire comme si tout ça n'avait pas existé est la pire chose à faire. Il ne peut pas espérer revenir comme une fleur et que tout s'efface d'un revers de la patte. Je sais que je m'en voudrais toujours de faire ce choix.
Cependant en ce moment même le désir de lui commence à grandir de plus en plus. Je ne peux pas le fuir, contrairement à ce que j'avais cru. Je ne peux pas faire comme s'il n'avait jamais existé. Mon amour et bien trop grand pour cela.

Les larmes que j'ai versé on creusé un sillon sur mes joues, sillon qui me brûle et me fait mal. Je ne devrais pas lui montrer mes faiblesses, je ne devrais les montrer à personne. Je me déteste de devenir soudain aussi lâche et de ne pas tenir mes engagements. Je me déteste d'être bien trop faible. Je me mets à trembler, peinant à retenir mes larmes. De plus en plus pitoyable. J'ai l'impression de bel et bien toucher le fond. Comme il doit rire en lui même, à me regarder lutter comme une proie lutte pour sa vie. Redressant la tête, je le dévisage à nouveau. J'ai failli ne pas voir. Un rayon du soleil mourant éclaire la clairière, enflammant sa fourrure, rougissant la mienne et fait briller une perle humide au coin de ses yeux. Mon cœur fait un bond et les deux parties se délitent en milliers de morceaux. Je ne l'ai jamais vu pleurer. Jamais. Et malgré cela, il sourit.
J'ai envie de braver cette distance entre nous mais je me le refuse. Je baisse à nouveau la tête, le coeur affolé dans ma poitrine, mon esprit embourbé dans un mélange de sentiment trop complexe pour que je le déchiffre. J'ai la gorge sèche, l'estomac noué, la tête lourde. Je n'aurais jamais du suivre cette odeur, jamais.

« Si tu savais comme j'ai eu mal. » Les mots prennent la liberté de s'enfuir de ma bouche avant même que mon cerveau ne les formulent. Pourtant ils expriment trop bien ce que je pense et ressens à ce moment même.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 2 Nov - 19:17

Sérénité.
Tout n'est qu'harmonie. Je me sens comme libérer, serein, en paix. J'ai compris, j'ai accepter. A l'image des rayons de lumières perçant mon poil et réchauffant mon corps, je comprend enfin que la seule et unique chose qui a guider mon pas au travers de toutes ces épreuves... C'est l'amour. Celui que je porte pour ma mère, à jamais reine de mes valeurs et de ma morale. Celui que que je porte pour mon frère, à jamais geôlier de mes peurs et gardien de mon âme. Celui que je porte pour elle, lumière de ma vie et lune de mes nuits. Le focus de mon regard dilatant mes pupilles, ouvrant une abysse sur mon âme, effaçant toute traces rouges cramoisies jusqu'à l'orée mes muscles amoureux, un léger sourire tendre et sanglant se formant au bas de mon visage, alors que la rosé vermillon ruisselant à travers mes poils atteint finalement le sol, le souillant d'un liquide qui n'a que trop coulé durant les lunes qui ont défilés par-dessus cette vaste forêt.
Mais là n'est pas la question. Là, il n'y a plus de question, uniquement la réponse. Cette réponse. Ma réponse. Elle. Elle, pour qui mon amour n'a jamais faiblit, mais c'est juste cacher. Elle, qui détend mon visage malgré l'inconfortable douleur qui le domine. Elle, que j'aimais, elle, que j'aime, elle, que j'aimerai. Mes griffes pénétrer de nouveau mes coussinets, alors que ses mots parviennent à mes oreilles, mélodie torturée à l'origine trouble. Sans que mon regard ne se referme, sans que mes paupières ne s'abaisse, ma respiration trésaille. Dans un soupire aussi brusque que surprenant, brisant ma posture droite et fiers, pliant mon torse, arrachant un sourire plus grand à mon visage, mais sans que jamais mon regard ne la quitte, perçant comme celui d'un faucon. Je me redresse alors, reprenant ma posture de départ, alors que ma respiration, saccadée, se fait hasardeuse et âpre, et que les vents brise les feuilles perché au-dessus de nos têtes, de la même couleur que moi.
Mais la beauté de cet instant n'est rien comparé à la sienne. Malgré toute la haine et la frustration qui se dégage de ses muscles et de son visage, je ne peux m'empêcher de ressentir l'aura chaleureuse et aimante qui se fait subreptice comme son ombre, mais qui émane néanmoins de chacun de ses pores de peau. Je me dresse alors sur mes pattes, arrières comme avant, et enfonce le mur d'air nous séparant. Mes yeux versant une larme supplémentaire à chaque pas... Certainement la faute de mes paupières qui ne les humidifient pas... Oui, c'est cela.
Je continue de m'approcher d'elle, jusqu'à ce qu'un corps de chat nous sépare, avant de baisser la tête, face à elle, enfermant mes yeux, laissant ma nuque libre, libre d'accepter son destin et le miens, avant de m'emparer de la parole d'une voix forte et sûre d'elle, essayant de toute mes forces de cacher les tremblements et faille de celle-ci.
<< Je suis désolé... Je sais que c'est bien peur dire... Mais je tenais à le dire... Mais cela ne serait que des mots, et n'est en rien comparable à la souffrance physique et psychique que je t'ai fait subir... C'est pour cela qu'ici et maintenant, je te donne ma vie. Fais-en ce que tu veux... Ma voix perd alors en force. Fais-en ce que tu souhaite... Ma voix perd alors en assurance. Fais-en ce que tu désir...>>


Je touche alors le sol du bout de ma truffe, ramenant légèrement cette dernière vers mon torse, tentant de cacher les gouttes perçant mes paupières...



Je... Je n'pleure pas...

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Mar 9 Déc - 21:13

Les mots se bousculent à la porte de ma bouche, résonnent dans mon esprit et dans mon corps tout entier. Chacun d'entre eux est chargé de ressenti, de douleur et de souffrance. Il y a bien des lunes que je n'avais pas eu autant mal. Rien que l'observer me fait souffrir, rouvre la plaie purulente de mon coeur meurtri par la vie difficile que j'ai mené jusqu'à ce jour. Une partie de moi aurait préféré qu'il ne revienne pas, que je continue cette vue sage et nostalgique que je menais, cette vie calme où j'avais l'impression d'être entourée d'un drôle de cocon tandis que le tristesse refoulée pourrissait mon coeur. Mais l'autre partie de moi me crie d'autres choses. Mon instinct primitif, brut et animal, animé par mes hormones et attisé par la haine par la haine incandescente me hurle de lui faire face, me hurle que c'est ce que j'ai toujours voulu. Pourtant je ne me souviens pas avoir souhaité un jour subir une telle torture.
Au fond de moi je sais que je l'aime. J'avais réussi à étouffer cette passion, à la déguiser en haine mais je sais que sous cette épaisse couche amère la flamme qui m'animait autrefois brûle encore. J'aurais pu facilement refaire ma vie, me trouver un autre compagnon, avoir des chatons. Mais je ne l'avais pas fait parce que, après son départ, j'avais perdu toute confiance dans les mâles et que, peut être, une partie de moi refusait de s'enticher de quelqu'un d'autre que lui. Peut être que mon coeur dit vrai et que me retrouver devant lui est tout ce que je désirais. Je me rappelle les longues veillées à l'attendre, à prier et à supplier les étoiles...

Mais non, non, NON ! J'ai tourné le dos à tout ça, j'y ai renoncé. je me suis promis de ne plus retomber dans la déchéance que j'ai connu et qui m'a arraché une partie de moi même. Les souvenirs joyeux de mon enfance et le déchirement de son absence se mélangent et cette alchimie fait monter en moi une insidieuse nausée. Une part de moi a cédé, l'autre se révolte. Je n'arriverais même plus à vous dire mon nom. De manière inattendue, un bruit mat et sec se fais entendre. Le bruit de ses pas. Malgré mes yeux brouillés de larmes, je parviens à voir que la silhouette musculeuse, sans défaut, se rapproche de moi. Inconsciemment, je fais un pas en avant, mais aussitôt une telle décharge électrique me parcourt toute entière et je recule précipitamment de deux. Il s'arrête tout près de moi, je peux entendre le bruit de sa respiration qui me fait frissonner. Mon corps le veut, cette vérité est si éclatante que je ne peux pas la nier. J'aurais cessé de lutter depuis longtemps s'il n'y avait pas eu cet ouragan atroce dans mon crâne. Je n'aurais jamais pensé que tout cela finirait ainsi. « Je suis désolé... Je sais que c'est bien peur dire... Mais je tenais à le dire... Sa voix aux tonalités suaves a l'horrible don de m'enchanter. Mais cela ne serait que des mots, et n'est en rien comparable à la souffrance physique et psychique que je t'ai fait subir... C'est pour cela qu'ici et maintenant, je te donne ma vie. Fais-en ce que tu veux... Fais-en ce que tu souhaite... Fais-en ce que tu désir... » Chacun de ses mots me transperce comme des couteaux. Ses paroles qui devraient m'enchanter, faire bondir mon coeur, ne font que le transpercer grossièrement. Au lieu de m'éblouir, ils ne font qu'augmenter ma haine de leur sinistre éclat terne. « TAIS TOI ! Ces mots résonnent autour de moi dans un écho sinistre. Cette promesse tu me l'as déjà faite et y croire a sans doute été la plus douloureuse épreuve de toute ma vie. Ma voix tremble tandis que je continue de vomir pitoyablement tout ce que j'ai sur le coeur. Tu sais j'ai perdu mes parents, mes soeurs, j'ai vu mes amis mourir ou disparaître du jour au lendemain. J'ai eu droit à toutes les insultes possibles, endurés un nombre inimaginable de regard réducteur mais jamais, ô grand jamais je n'ai eu aussi mal, jamais je n'ai autant trainé dans la poussière que quand tu es parti. »

Je fais une pause le temps de déglutir, ravalant les larmes de rage qui dégringolent mes joues. C'est alors seulement que je remarque les siennes. Ses yeux sont masqués par sa tête baissée, plongés dans l'ombre de son front, assombris pas ses évidents remords. Le flot tumultueux de ma honte grandit alors que j'essaye de refermer les portes, péniblement, pour que cette situation déplorable prenne fin. Je ne veux pas lui montrer la chose qu'il a fait de moi, la poupée de chiffon dans laquelle mon âme est enfermée. Une vague de bile me remonte sur la langue, bile que je lui crache au visage. « Ne fais pas comme si tu t'en voulais vraiment. Tu as choisi de partir de ton plein gré, personne et surtout pas moi ne t'y a forcé. Si les remords que tu prétends sont si grands, tu serais revenu le soir même où tu es parti. Courte pause. Sans que je comprenne pourquoi, un rugissement m'emplir le crâne. Tu es revenu pour me tuer n'est-ce pas ? Pourquoi ? Qu'est-ce que je t'ai fait, à part t'aimer, qui t'as fait tant de mal ? Pourquoi m'en veux-tu autant ? Si tu penses que je peux tout effacer d'un revers de queue tu te trompes lourdement ! Tu n'as aucune idée du temps que j'ai mis à tourner la page, de la force qu'il m'a fallu pour me relever ! Je t'aimais, je t'aimais plus que tout au monde et toi tu m'as abandonnée comme une charogne. Et tu espères que je vais tout oublier ? Tu ne sais même plus mon nom, tu ne connais plus la personne que je suis, tu n'as aucune idée du chemin que j'ai parcouru. Après tout ce que tu m'as infligé et tu oses revenir, tout refaire jaillir à la surface pour saccager tous mes efforts ? Alors ait au moins la compassion de me tuer, pour abréger ces souffrances ! » Le silence qui suit mes paroles est lourd, pesant, étouffant. En moi la torture faiblit un peu, comme la rivière avec une crue. Je me sens légèrement plus calme après cette explosion. Cela faisait des saisons entière que je n'avais pas autant parlé. De manière presque inaudible et surtout totalement incontrôlée, je reprends. « Seul le Clan des Etoiles sait à quel point j'ai voulu arrêté de t'aimer. » Une larme nait, une seule, non pas une larme de haine mais une larme de profonde douleur.
Une larme portant en elle les plus grandes plaies de mon coeur.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 4 Jan - 15:31

TAIS-TOI !

Ces mots résonnent en moi avec force, aussi puissants que la chute d'un arbre de métal se fracassant sur ses propres brindilles et branches jonchant le sol. L'onde de choc de cette explosion ayant en moi l'effet d'une bombe, je sens chacun de mes poils vibraient les un contre l'autre, comme demandant le jugement juste d'une ordalie justicière, qui leur apporteraient la douce délivrance de l’insouciance. La facilité, celle de ne pas avoir prendre la décision finale, celle de la laisser entre les mains de quelqu'un d'autre... Du clan des étoiles peut-être... Cela serait tellement plus simple... Mais nous sommes libre de faire nos choix, comme je l'ai bêtement fait cette nuit-là. Mais ne nous sommes pas libre des conséquences de ces choix... Et je sais que m'enfuir une fois encore, ne ferait que damné mon âme à jamais... Mais Mère... Qu'est-ce que c'est dur...
De ces couteaux fort et quittant sa bouche, s'en suit une pluie de lames, de coups, d'estoc qui me fracasse petit à petit. L'araignée silencieuse qui, jusqu'à maintenant, tisser lentement sa toile en moi n'est plus, et à laisser place à un monstrueux basilic, qui se déplace en moi, qui me transperce et me perce de part et d'autre de mon corps, de mon âme... Chacune de ces paroles, toutes, oui, absolument toutes, me brisent deux fois plus que la précédente... De part leur puissance, mais aussi de part leur véracité... Cette réalité cruelle et horrible que je lui avait créer, tout me retombé dessus, maintenant. Et ; Ô Mère que je souffre... Mais ce n'est rien comparer à tout ce que je lui ai infliger...
Mes muscles tremblent, non pas de terreurs comme ils auraient put, mais de Souffrance. Dans sa plus pur des formes. Cette forme longiligne, fine, brillante, coupante, tranchante, perçante. Je ferme les yeux, alors que les paroles continuent de s'écraser sur moi, telle une pluie de roche enflammé, comme si le Démon Pourpre, fait de feu et d'ombre, abattez avec rage et furie sa fureur sur moi. Je sens le sol se rapprocher de mon corps, la syncope me guette, alors que mon cœur n'a jamais frapper aussi vite et fort ma poitrine... Il me fait mal... Affreusement mal... J'ai l'impression de mourir sur place, alors que ses mots ne cessent de pleuvoir, encore et encore... Ca fait mal... Ô Mère que ça fait mal...
<< Jamais je n'ai autant traîné dans la poussière que quand tu es parti. >>

J'écrase ma tête contre le sol, mon corps plier en deux sur mes pattes courbées. J'enfonce mes yeux, et ma truffe dans le sol humide et froid, incapable de retenir les frissons de chacun de mes muscles... Mais rien n'y fait, ses mots qui m'empalent telle un millier de flèches me transperçant de toute part, ne cesse pas. Je veux mourir. Je veux juste mourir. Et mon corps semble en avoir décider là même chose... Il vacille légèrement de gauche à droite, mes muscles perdent toute ténacité... Eros laisse place à Thanatos, et dans une dernière danse abyssale, au son du tonnerre déchirant les cieux, amener par un vent que je n'avais su remarquer, ma patte avant-droite glisse, chute, tombe faisant vaciller mon corps dans la poussière... C'est tout juste si j'arrive à me redresser.
<< Seul le clan des étoiles sait à quel point j'ai voulu arrêter de t'aimer. >>

La syncope est totale. Dans un dernière élan de dignité, son corps regagne lentement le sol, se couchant sur lui, afin d'éviter qu'il ne chute pitoyablement sur le sol. Ses pattes avants se rejoignent sous sa tête, se croisant et la soulevant, quittant la boue et la terre. Son visage est meurtris, boueux, poussière, ses yeux vides, inanimées. Ses muscles détendues, relâchés, et les premières gouttes commence à goutter sur le sol. Les nuages se sont installé, comme invoquer par les paroles de Caresse de Lune. Comme si la nature elle même s'était ranger de son côté, afin de punir une âme égaré, esseulé, stupide, risible, meurtris.
Son cœur ne bat plus.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Jeu 12 Fév - 20:14

« Seul le sait Clan des Étoiles sait à quel point j'ai voulu arrêter de t'aimer. »
... Et seul lui sait à quel point j'ai souffert de ne pas y arriver.
J'ai mal. Bien que ma furie se soit étouffé dans mes paroles la douleur est toujours aussi grande. Un profond gouffre s'est creusé dans ma poitrine et maintenant, je suis déchirée. Une telle douleur me fait tourner la tête. La manière dont je souffre ne devrait pas exister.
Un bruit sourd. Son corps et au sol, recroquevillé de douleur comme si je venais de lui déchiqueter le ventre. Je frémis, horrifiée à cette pensée. Dans cette position, le regarder est une torture. C'est à cause de moi, de ce que j'ai dit qu'il est ainsi écroulé dans la poussière. A le voir ainsi je ne peux que croire qu'il était sincère lorsqu'il parlait de me donner sa vie entière. Je ne peux que croire qu'il souffre réellement. Je ne peux que croire qu'il m'aime vraiment. Autant que je l'ai aimé, autant que je le hais et autant que je l'aime maintenant.
Un pas en avant. Je ne pensais pas que ce serait moi qui le ferait. Mais je ne peux m'en empêcher. Après quelques pas hésitants, peu assurés je finis par me retrouver si près de lui que son épais pelage, doux comme le duvet des chatons, m'effleure les pattes. Mon coeur bat à tout rompre, je ne sais quoi faire. Tout la haine qui brûlait en moi vient de s'éteindre. Je ne ressens plus que de la souffrance, pour lui, pour mon unique amour qui se tord à mes pieds. Dans un éclair de folie je me laisse tomber au sol et m'allonge contre lui, ma fourrure se mêlant à la sienne. Un frisson de dégoût mêlé à une profonde excitation me parcourt. L'odeur de mes chaleurs est entêtante maintenant que je suis couchée, je ne sens que ça et lui aussi sans doute...
Une caresse. Tendrement mon visage se rapproche de sa tête et, en un geste incontrôlé, ma langue rapeuse retrouve le contact perdu de son front. La part haineuse en moi me crie de le tuer tant qu'il est faible mais sa voix devient de plus en plus lointaine. J'ai beau le détester de chaque partie de mon corps, je ne peux pas rester impassible lorsqu'il souffre. Peut importe combien moi j'ai souffert. Tendrement, comme si je faisais ça depuis des saisons entières alors que je ne l'avais jamais fait, je frotte ma tête contre sa joue.
Deux mots. « Je t'aime. »

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Jeu 19 Mar - 20:31


L'Obscurité.          L'Abysse.
Tout se mélange, tout s'éteins, tout s'assombrit. Le néant s'empare peu à peu de son corps, alors qu'une épaisse patte noire traverse son sang, le guidant lentement vers l'Oubli. Il ne s'élève pas, mais s'enfonce dans les douces racines pointus de la terre mère, donneuse de vie, mère de la mort. Tout se ralentis, ses muscles s'étendent, son poils s'affaissent. Ses yeux, rouges comme le feu, se retrouve privé de toute manne céleste. Ils ne le suivent plus. Ils le quittent, ils le laissent. Son âme se scinde, se divise, s'évapore, puis se brise...

Le Passé.          La Mort
Une marche longue et sinueuse, de guerrier au pelage éther, mais aux traits ébènes passent devant lui. Ils s'enfoncent dans la forêt. Leurs yeux de toutes couleurs lui évoquant ces années. Jade comme Lui. Océan comme Elle. Un millier de guerrier. Honteux ou traîtres. Froids ou solitaires. Ils s'en vont, eux qui ne pourront plus jamais foulés ses terres comme ils le faisaient auparavant. Eux, à qui l'accès aux plaines éternelles fut prohibé, condamné à errer ici, parmi les autres de leur espèce. C'est ainsi que son éternelle futur se dessine, une fin définitive, a laquelle aucun de Ceux ne peux échapper. Il la sent, dans son corps, sur son poil. Les dernières Caresses Lunaires quittent son corps inhibé de toute vie. Ses dernières Caresse de Lune.

L'Instant.          La Fin.
Joie, fureur, jalousie, peurs, extinction, vie, début, songes, envie, espoir, hantises. Tout ce termine. Et se condense. Se regroupant une dernière fois en son cœur, telle une sphère d'éden, une graine, un point... Qui explose, en une myriade de branches et de fleurs, une pouce naissante, exponentielle, qui ravage ses veines, hérisse ses poils. A cette masse biologique vient s'ajouter une vague écumeuse, fraîche et porteuse du vivant, pénétrant ses poumons, ravivant la flamme qui les animés. Un millier de picotements, une décharge électrique, se propage entre ses poils, le long de sa peau, un engrais précieux, qui apporte sa dose de saveur à l'arbre. Ses griffes s'étendant, ses muscles s'étirent soudainement, et à cette danse élémentaire vint s'ajouter la lumière. Transperçant son cristallin, pénétrant sa rétine, affluant vers son cerveau, tout s'éveille.

L'Envie.          L'Horizon.
Tout se dessine, tout se matérialise. La terre n'avait jamais été aussi terre. Les feuilles n'avaient jamais été aussi verte. Un poids. Un désir, son corps est enfoncé dans le sol, mais rien ne le dérange. Il le sens. Il l'envie. Il la désir. Ses sens s'affûtent, ses lames alors recourbé autour de sa gorge et de son cœur se libère. Il comprend, parfaitement. Tout ses sens le lui hurle, et il le sais. Au-delà des ténèbres, par-delà les montagnes, derrière cette arbre... Il L'aperçoit. Cette horizon.

La Force.          Liberté.
Il sourit. Son corps tremble, son corps se tord, se crispe, se détend, se tend, se recroqueville. Il est heureux, il est haineux, il est jaloux, il a peur, il renaît, il vie, il recommence, il pense, il veux, il aimerait, il espère. Sa langue le touche. Il gémit, de peur, de terreur, de joie, d'envie, d'Amour. Son visage sourit, ses griffes punissent la terre, il pleure. D'énormes gouttes, sinueuses et brillantes perlent entre ses poils. Certaines meurs entre ceux-ci, d'autres arrivent jusqu'au sommet de ce moustache, avant de tomber sur le sol, a l'instant précis où Son murmure frappe ses tympan, frappe son cœur ; le frappe au plus profond de lui-même.

Peine.          Haine.
Ses griffes s'enfoncent encore plus, il perd ses repères, il perd son monde. Enfonce de toutes ses forces sa têtes dans le sol, haineux et fautif, la voix faible et brisé, au ton cristallin et immaculé, emplit de milliers d'émotions.




Pardon.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Ven 10 Juil - 19:17

« Pardon » est la seule phrase, le seul mot qu'il prononce. Ce soupire est semblable à la lame affutée d'une hache de bipède. Incontrôlable, emportée par son élan et son poids, elle virevolte pourtant avec la grâce d'une feuille portée par le vent et se plante sauvagement dans mon coeur. Le sang gicle éclaboussant tout autour de lui d'une tâche pourpre indélébile. Tout le poison qui me rongeait depuis tant de lunes s'écoule enfin dans une dernière vague de douleur brûlante qui me fait serrer les dents. La bouche est encore en feu après les mots que je viens de prononcer. Elle me brûle horriblement comme pour me faire regretter d'avoir parlé. Au fond de moi je suis toujours divisée. Une part de moi qui, hurle au sacrilège et je sais qu'elle a raison. En l'aimant je bafoue non seulement les règles si strice que je m'étais imposé pendant tant de lunes mais je brise aussi une règle du code du guerrier et non pas la moins importante. Je sais évidemment que les amours avec les solitaires sont bannis par notre code mais comment faire pour lutter contre cette amour que les saisons d'absences n'ont pas pu faire disparaître. Car en effet bien que j'ai réussi péniblement à transformer cette passion ardente en haine brûlante ça n'a toujours été qu'une changement de forme. Au fond le sentiment restait le même. La haine est le sentiment le plus proche de la haine comme on dit. Aussi cette retrouvaille a rallumer les braises de ma rancoeur pour faire éclater le plus puissant des incendies. J'ai combattu, crié, pleuré et maintenant qu'il n'y a plus de combustible, qu'il ne reste plus que des cendres, le sentiment est revenue à son état originel. Et ce que je m'étais caché depuis dans de temps apparaît désormais comme la plus logique des évidences. Je n'ai jamais cessé de l'aimer.

Contre moi je le sens se tordre de douleur. Et j'ai mal, mal pour lui, mal avec lui. C'est comme si sa propre douleur passait dans mon être par nos fourrures entremêlées. J'enfouis mon visage fin dans l'épaisse fourrure de son cou, le coeur meurtris mais battant à nouveau. Ainsi je me sens à nouveau vivante. Dans ma tête des images défiles et je me rappelle de celle que j'étais. Je me rappelle de tout ce que j'avais volontairement obscurcis de nuages noirs pour ne plus avoir mal. Je me rappelle d'à quel point j'étais heureuse avant. Et je me rends compte à quel point j'avais pu être malheureuse jusqu'à aujourd'hui. Cette sérénité qui m'habitait n'était là que pour me faire croire que le bois de mon coeur n'était pas vermoulu. Ici cachée dans sa toison je me sens libre, libérée de toutes choses ; de mes chaînes, de mes chimères, de mes devoirs, de mon Clan. Ici je ne vois plus le monde, je n'entends plus le chant de la forêt, je ne sens plus l'odeur horrible de mes chaleurs. Mon flanc se colle contre le sien et je miaule doucement. Je n'ai plus envie de pleurer. Juste envie de rester ici jusqu'à ce que je meurs, en sécurité contre celui que j'aime. Le seul que je ne pourrais jamais aimer. Certains dirons que nous sommes des âmes soeurs. Moi je pense que nous étions faits pour nous perdre et nous retrouver. Faits pour nous détester pour ensuite nous aimer. Faits pour vouloir nous tuer pour enfin s'accepter. « Si tu me quittes encore une fois, je n'aurai pas le courage de me retenir une fois au bord de la Rivière. » Ma voix est calme, plate sans la trace de sanglot. C'est un constat. Une vérité. Maintenant que tout a cédé je n'aurai jamais la force de tout reconstruire. Et c'est peut être mieux comme ça.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 9 Aoû - 8:30

Ils parcourent à nouveau son corps, filaments filandreux reboisant son être d'une épaisse sensation douce et sucrée. Son cœur martelant ses côtes tel un géant éveillé, perdu dans un maelstrom de douleur et de joie. Haletant, sa fourrure et son odeur l'empoisonnant de milliers d'aiguilles, au bout desquelles ruisselle son venin nacré, ornée d'une chaleur qui le pénètre, l'excite, l'apaise. Passé et présent se mêlent, histoires et cadeaux s'entrechoquent, fermant désespérément les yeux, alors que son esprit baigne dans le Styx, se noyant dans les bras valeureux des esprits d'antan. Vint alors sa voix, à l'effet de vindicte, rasant les flots et apportant l'eau saine et calme du Gange millénaire sur les berges de son esprit. Tout se vide, disparaît alors, ses tourments tombant, tourbillonnant vertigineusement vers le plus obscur des abysse, amenant tout avec lui. Plus rien ne reste, plus rien ne l’agresse à nouveau. Rien, si ce n'est Elle. Son image l'envoûte et le rafraîchit, Sa douce rosée l'enveloppant d'une présence protectrice, et vint briser les chaîne de son fardeau. Il le sent, il le sait. C'est fini.

La vie. Voilà ce qu'il ressent à nouveau. Réanimer par son amour, métamorphosant toute sa haine, qu'il avait envers lui, et tourner de toutes ses forces envers elle, en un sentiment bien plus chaleureux et agréable. Alors qu'il sent définitivement son corps se poser sur le sien, il s'embrase un peu plus, bercer par cette Chaleur qui le rend fou, ses griffes lâche le sol, sa tête se détend. Il se sent à nouveau chat, il se sent à nouveau être, il se sent à nouveau complet. Ses mots ne le brise pas, ne l'inquiète plus, ne lui font rien. Comme s'il savait que cette possibilité n'arriverait jamais plus. Comme s'il savait que désormais, rien ne pourrais jamais les séparer à nouveau, car il sait qu'une telle décision devrait émaner de l'un deux, mais que jamais ils ne le feraient. Ses yeux s'éveille, et ses puissants muscles l'élève à nouveau, échappant au poids de sa bien aimé, quittant le sol, renaissant de ses propres cendres, il rayonne à nouveau, la dernière perle de verre quittant définitivement son visage, avant qu'il inverse sa position. Ses longs poils recouvrant ses silhouettes féminines, l'enveloppant d'un halo que rien ne saura transpercé, sa tête la caressant avec tendresse et force, s'enfonçant dans son cou, à la manière d'un chaton. Envoûté par son odeur, ses sens qui s'étaient apaisé le tiraille de nouveau, mais ce n'est pas la même chose. C'est un sentiment agréable, un sentiment qui porte la vie et dresse le vivant, qui apporte renouveau et joie, qui annonce parfois peur parfois amour, mais qui imposera toujours responsabilités et devoirs...

Il n'en a que faire. Il ne parle plus, son cœur le fait à sa place. Et chaque rugissements de celui-ci rapporte en émoi un flot de sentiments, son amour le submergeant complètement. Il l'aime, il la désir, il la veux. Il assumera tout ce qu'il devra assumer, égorgera à jamais tout ce qu'il devra tuer, et ne sera jamais plus le même. D'un amour sauvage et brûlant, il sera à jamais sa lame, sa griffe, son égide invincible, son glaive inquisiteur. Et jamais personne d'autre que elle ne pourra l'atteindre, car elle est son unique faiblesse. C'est dans une pulsion de mâle et de femelle qu'il fait d'elle sa compagne, la marquant sienne, se marquant sien. Son Ombre Flamboyante.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 30 Aoû - 22:59

Depuis combien de temps n'ai-je pas été aussi vivante ? Aussi alerte, aussi... heureuse ? C'est étrange mais tellement agréable. J'ai l'impression que le soleil s'est relevé simplement pour m'éclairer, caresser mon pelage souillé. Bon sang à présent je me rends compte à quel point ça m'avait manqué. A quel point tout ce que j'ai vécu était dur et horrible. A quel point j'ai souffert. Mais c'est étrange, je n'arrive plus à lui en vouloir. Dès que je le regarde, je ne peux plus éprouver la moindre haine. Simplement un amour profond, sincère et immense. Et ça me convient. Je ne peux plus voir les choses autrement à présent. Je ne veux plus de sentiment aussi acides et corrosifs que ceux que j'ai eu pendant des longues saisons. Ils ont fait de moi une enveloppe vide, morte. Une carapace sans la moindre once de vie à l'intérieur. Ô Clan des Etoiles je vous en supplie, accordez moi ce voeu. Ayez pitié de ma pauvre âme qui a déjà eu tellement de plaies, de brûlures. Ne m'enlevez pas ce bandage que je viens à peine de trouver.

Sa chaleur et sa présence me rassurent. Son pelage contre le mien est doux, soyeux, parfait. Je pourrais dormir longtemps ainsi blottie contre lui. Passer une nuit loin du Camp ne m'est pas arrivé depuis longtemps. Les autres s'en rendraient-ils compte ? Peut être, je n'en sais rien. Je m'en fiche. Je veux simplement un peu de ce précieux temps qu'il avait si longtemps refusé de m'accorder. Les yeux clos, je me laisse aller à la quiétude qui me gagne, oubliant presque ces horribles chaleurs qui me tourmentent. Soudain je le sentis bouger et je glisse au sol en poussant un cri de surprise. Je rouvre les yeux, perdue. Je me retrouve tout d'un coup sur le dos, ventre à découvert, lui au dessus de moi. Mécaniquement, mes pattes arrières se dressèrent pour le protéger. Mais quelque chose dans son regard me figea. Une peur violente me gagne et je frisonne. Il se laisse aller à ses instincts de mâle, primitifs et bruts. Ma respiration se brisa et mon coeur fit un bond violent dans ma poitrine. Le moment est bref, quelque peu douloureux et je m'écarte de lui dès qu'on me le permet. Mes pattes tremblent de surprise. Des émotions contraires me déchirent et de drôles de pensées se battent dans mon crâne. Les mêmes instincts que les siens se sont réveillés en moi et mon corps est en feu. Mais la raison parvient tout de même à se faire attendre. Je lui adresse un sourire un peu gênée, ne sachant pas quoi faire. Je me rapproche de lui en ronronnant légèrement, me stoppant à une queue de souris de lui. Son odeur inonde soudain mes narines et la raison cède. Je brave les derniers pas qui nous séparent et frottent mon front sous sa tête. Ma queue effleure son oreille et mes ronronnements deviennent plus forts. Je l'aime. Pour lui je serai prête à tout. A lui donner ma vie, mon âme, mon corps. S'il me le demande, je quitterai mon Clan et cette forêt que j'ai toujours connu, ou presque. Je me demande soudain s'il se souvient de tous ces moments que nous avons partagés. Peut être que ses voyages les ont effacés. Peut être pas. La meilleure façon de savoir est toujours de lui poser la question n'est-ce pas ? Ma voix brise alors ce silence qui s'est installé : « Te souviens-tu de notre première rencontre ? Un petite rire amusée monte alors dans ma gorge. Je n'étais qu'une chatonne. » Comme les choses ont changée. Je colle mon flanc contre le sien en souriant tendrement. Ma tête se lève, mon regard bleu nuit se fondant dans ses prunelles de sang. Ma voix est calme, chantante et douce comme elle l'était avant. Lui avait-elle manqué ? Peut être. Je l'espère au fond. « Je m'appelle Caresse de Lune. » Ca y est il connaît enfin mon nouveau nom. Il m'avait quitté en tant que simple apprentie. Je suis à présent une guerrière expérimenté, un vétéran de mon Clan. J'ai déjà eu une apprentie qui a été nommée guerrière et on m'en a confiée une seconde. Il ne m'aura jamais vu grandir, changer. Malheureusement. On ne pourra jamais rattraper le temps perdu. Jamais.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Lun 19 Oct - 0:50

Nuage épais et ardent, son pelage se mêle à la sienne, leurs odeurs se mélangent, et une alchimie refoulée se forme ainsi. Le monde tel qu'il le voyait n'est plus. Les couleurs ont changer, même dans cette pénombre, elles semblent plus vives. La senteur de son poil envahissant sa truffe, comme un épais nuage de substance addictive noyant ses poumons, il veut la mordre, la caresser, la toucher... Oui... Sa peau lui apparaît clair contre la sienne. Au-delà de ce doux duvet, une magnifique il peut la sentir, il peut en profiter. Le coeur implosant ses côtes, douleur se mêlant à plaisir, il lui rend son sourire, ses yeux complètement perdus dans son regard, incapable de la quitter. Ce sont des yeux d'enfants, vivant leur premier amour, et alors qu'ils se liquéfient en un pur concentré de sentiments, un sourire enfantin vint perturber son visage, crispé sous les sentiments, il souhaite fondre en larme, mais sa voix vient alors le ramener, l'extirpe de son rêve sucré, pour le ramener à elle.

Les souvenirs le submergent alors. Les images sont floues et épars, mais ils font là. Cette longue marche pour la ramener aux portes de son clan, ce renard au bord de la rivière, les autres garnements qui l'accompagnaient... Ils s'en souvient. Hochant la tête, contant brièvement quelques unes de leurs aventures, ne se rappelant néanmoins que de son nom, non pas celui de ces amis... Son nom... Nom dont il ne sais plus rien. Les lunes l'ont esquinté, les saisons effacées. Les traits de son visage se déplacent alors, marquant le regret, alors que tout lui repasse par la tête... Ces nuits d'absences, de couardises, à ne jamais revenir, aucun signe de vie... Mais une fois de plus alors qu'il se perdait dans ce cercle vicieux, elle vient le sortir d'ici, le ramenant une fois encore à elle...


<< Je m'appelle Caresse de Lune>>


Ses yeux s'écarquillent, son visage s’égaie. Se dernier se frotte au sien, un puissant ronronnement vibrant le long de son corps, ce dernier cherchant davantage le contact du sien, se frottant à elle, se frottant à Caresse de Lune. Mais rapidement, il reprend ses esprits. L'euphorie de l'instant se dissipe tel une onde dans un lac, sa bouche embrasse alors son oreille, y glissant tendrement :« Je t'appartiens, Caresse de Lune. Ici, maintenant, et à jamais. ». A ses mots ses yeux la transperce, son front heurtant tendrement le sien, son être plus calme, plus serein. Il se sent prêt. A assumer ces années à la faire souffrir. A assumer toutes les erreurs qu'il a commit envers elle. Subir n'importe qu'elle châtiment, n'importe qu'elle punition. Et c'est non sans un sourire aux lèvres qu'il vouera sa vie à la sienne. Il vient de retrouver son âme.  

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Mer 17 Fév - 20:40

Alors que je prononce mon nom un millier d'étoile s'allume dans ses yeux rouges. Un sourire d'enfant se peint sur son visage et un ronronnement suave s'échappe de sa gorge, arrachant un bond à mon coeur. Je frémis alors que sa tête vient se frotter à la mienne, son corps se collant au mien. Je souris à mon tour un peu décontenancé. J'ai du mal à suivre les changements d'humeur qui nous bouleversent tous les deux. Alors que je voulais le tuer il y a quelques minutes, voilà que tout mon être ne demande qu'à être plus proche de lui. Je ne sais pas comment il fait après tant de lunes, de douleur et de ressenti amer pour encore parvenir à briser toute volonté en moi, à abaisser toutes mes barrières sans que je ne puisse les reconstruire. Dès que je plonge mes prunelles dans les siennes un océan de lave ravage toute détermination et je suis condamnée à contempler bêtement la beauté de son corps. Je remarque alors que ses muscles se sont bien développés depuis la dernière fois. Ses épaules sont larges et puissantes et on distingue sans problème ses muscles roulant sous sa fourrure soyeuse. A côté de lui qui dégage une telle puissance et une telle prestance, je me sens gauche et maladroite. C'est dingue mais je n'arrive pas à le haïr, quand bien même je le désire avec ardeur. Je ne veux pas lui retomber dans les pattes comme une idiote dénuée de personnalité capable de tout supporter. Les plaies sont encore vives et purulentes bien plus maintenant alors qu'elles viennent d'être réouvertes. Et alors que son contact devrait les irriter encore plus il les soigne et me met du baume au coeur qui bat librement pour la première fois depuis des saisons et des saisons. J'ai l'impression de respirer enfin à plein poumon, d'être enfin complète. Son museau glisse le long de mon cou remonte jusqu'à mon oreille où il murmure tendrement : « Je t'appartiens, Caresse de Lune. Ici, maintenant, et à jamais. » Je me mords ma langue pour retenir un cri ridicule et baisse les yeux pour qu'il ne voit pas la gêne qui y est apparue. J'espère si fort qu'il ne partira pas, qu'il ne m'abandonnera plus. Car le j'aime, putain qu'est-ce que je l'aime.

Malgré moi, mes pensées découlent à vers son acte de tout à l'heure et instinctivement je tressaille. Ca a été si brusque, si brutal que je ne sais pas quoi en penser. La gêne me gagne à nouveau et je me retiens de m'écarter de lui. Ce n'est pas que c'est désagréable c'est juste que c'était... inattendu. Je tourne la tête vers lui et me demande les raisons qui l'ont poussé à faire ça. Et alors que j'ouvre la gueule, l'odeur de mes chaleurs me saute à la gorge. Je soupire, devinant qu'il doit être dur de dominer ses instincts. Incapable de me prononcer clairement sur ce sujet je repousse cette idée au fin fond de mon esprit. Tout d'un coup, je souris et un sourire malicieux apparait sur mon visage. Poussée par un élan d'insouciance que je pensais avoir perdu il y a longtemps je bondis sur lui, mes pattes avant percutant son épaule. Nous tombons tous les deux au sol dans un bruit mat et roulons dans la poussière comme nous l'avons fait il y a quelques minutes. Cette fois-ci, l'ambiance est pourtant totalement différente. Quand je le plaque au sol, l'air triomphal, un tel étonnement éclair ses rubis d'yeux que je ne peux retenir un éclat de rire argentin qui résonne autour de nous et qui monte jusqu'à la cime des arbres. J'effectue un bond puissant en arrière et me réceptionne avec aisance, m'ébrouant légèrement. Chacun de mes gestes tend vers quelque chose de gracieux afin de l'impressionner. J'ai envie de lui montrer que je sais me défendre à présent, bien qu'il l'ai vu il y a peu. Je veux m'affirmer comme son égale et non plus une apprentie qu'il doit sans cesse protéger. Malgré moi je ne peux m'empêcher de songer que le temps passe rudement vite, que tout change si brutalement... Pourtant en cet instant je voudrais tout se fige, que tout s'arrête et que nous restions ainsi jusqu'à la fin des temps, juste lui et moi enfin ensemble. Je voudrais que tout finisse comme la plus belle des histoires.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com

Mon identité.
Relationship :
Ombre Flamboyante
Chat Solitaire



● Nombre de messages : 14
● Je suis arrivé(e) ici le : 16/06/2013

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Lun 4 Avr - 20:06

Boom, Boo-Boom...

Battant sur un rythme tranquille et puissant, son cœur fait écho de ses sentiments... Ses sentiments... Ses sentiments...

Oui, les miens. Je la vois, je l'observe, la contemple et la dévisage. Apaisé. Serein. Comme si mon avenir était tout à coup clair. Comme ses yeux. Comme si l'ardus et trapu chemin que j'avais parcourut jusqu'à maintenant, était devenu doux, tel la chaude caresse du Soleil à son zénith. Comme son pelage. Comme si l'entièreté de mon atmosphère, de mon environnement, comme si ton autour de moi, avait plongé dans les plus hautes cimes des plus basses montagnes, arpenter, cisaillé par les vents du nord, nimbant le tout d'un linceul anesthésiant, apportant enfin à cet environnement la paix, et l'opportunité qu'il mérite. Comme elle. Ce n'est pas mon avenir que je vois. C'est elle que j'aperçois. Ce n'est pas elle que je fixe. C'est mon avenir que je contemple. Une énorme quantité d'air vint alors percé mes poumons, pénétrant le long de ma gorge, et élaguant mes poumons, purifiant chacun de mes muscles, vivifiant mon corps et mon esprit. Je la vois. Et je souris, d'un regard transit. J'ai envie de me coucher au près d'elle, de me perdre dans sa fourrure, de me plonger corps et âme en elle, de ne faire qu'un. N'est-ce là que la manifestation primaire de mon instinct de reproduction ? Ou une vigoureuse flamme rampante, déjà en possession de mon corps, qui ne fait que s'embrasait, dans l'unique but de perduré au-delà des âges. Ces mimique m'intrigue. Chaque mouvement de son visage, de ses yeux, sa tête. Les vagues de son poils à chacun de ses mouvements. Et avant même que je n’approfondisse ma question, elle vient m'arracher à mes pensés. D'un mouvement souple et agile, méconnaissable de ma part, car jamais je ne l'avais vu ainsi, je me retrouve sur le sol. Sous son corps.

Son rire me fascine. Elle me fascine. Et lorsqu'elle me libère à son étreinte, se dressant fièrement à quelques mètres devant moi, dans un étalage de mouvements malléables et habiles, je comprends. Je perçois dans son sourire ce qu'elle souhaite. Je peux les voir... Ses sentiments... Ses sentiments...


Oui, les siens.

Fermant mes paupières, j'interdis au reflet de la nuit de dévoiler l'éclat cramoisie de mes pupilles, gardant mes yeux clos, je me relève, d'un pas gracieux et maîtrisé, d'une respiration contrôlé et sans tremblement. Je me tourne alors vers elle, connaissant sa position, écoutant chaque bruits de pas, chaque sons, chaque musiques. Je sais où elle est.
Une patte devant l'autre, fixé en diagonale, je danse autour d'elle. Ne laissant par mon pelage touché le sol, uniquement ma queue, tournoyante, dansante. Soulevant les feuilles mortes et la poussières, leurs redonnant vie, les amenant avec moi pour une dernière parade nuptiale. Accélérant le rythme de mes pas autour d'elle, au fur et à mesure que mon orbite passe de cercle à ellipse, puis d'ellipse à cercle. Toujours les yeux fermé, ne laissant transparaître que la courbure de mon corps dans la fraîcheur de la nuit, me rapprochant de plus en plus d'elle. Tel une lune tournoyante autour de sa planète, elle-même tournoyant autour de son soleil, je danse autour d'elle. Mes pattes s'arrête tantôt à proximité de sa queue, tantôt des siennes. Je continue ainsi, jusqu'à ce que la totalité des feuilles jonchant le sol aient disparus, envolé ou balayé par ma queue. Que mes tournoiement successif dessine une rose dans le sol, les contours soigneusement tracés par poussières et feuillages.

Dans un dernier mouvement, un dernier pas, j'arrive devant elle, de part sa gauche. Posé devant elle, telle les grands félins des blanches montagnes du nords. J'appose ma truffe sur le sol, puis le relève, lentement. La laissant a peine entré en contact avec le bout de ses poils, dessinant la courbure de la face avant de son corps. Soulignant son cou, sa nuque, sa bouche, son visage... Ne m'arrêtant qu'une fois mes paupières en face de ses yeux, délivrant enfin mon iris. Mes pupilles habitué à la noirceur de ma peau, je la redécouvre, m'illuminant de mille parfum de nacre unique, mais semblable. Entièrement dilaté, l'écarlate de mes yeux laisse place au noir de mon amour. Entièrement ouvert sur mon monde. Entièrement ouvert sur elle.


Je résiste. Ne pas libérer mon corps. Laisser mon coeur s'exprimer.

Inspire...

Expire.

Inspire...



<< Laisse-moi faire partie de ta vie. >>

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Caresse de Lune ♥
Lieutenante du Clan du Léopard



Féminin
● Nombre de messages : 6667
● Je suis arrivé(e) ici le : 23/12/2011
● Age : 17
● Mentor/Apprenti(e) : /

MessageSujet: Re: Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥   Dim 22 Mai - 19:44

Je sens son regard de braise fixer intensément mon pelage, tant que j'ai l'impression que celui-ci va s’embraser. Je cesse alors de me pavaner pour me retourner vers lui. Je remarque que ses yeux sont désormais fermés. D'un bond délicat il se relève, laissant aisément deviner la puissance de ses muscles que l'on devine juste ce qu'il faut. Lentement il s'avance vers moi. N'étant plus attirée par l'abîme de ses yeux, je détaille son corps avec une attention avide, espérant qu'il ne dévoile pas à nouveau ses pupilles. Je pourrais dire qu'il est beau. Mais ce serait une insulte. Il est tellement plus que ça. Son pelage épais et long lui donne une carrure impressionnant mais on peut sans mal deviner qu'il est naturellement large d'épaule. Soyeux, lisse et brillant, il fait ressortir à merveille les délicates arabesques noires qui ondulent au rythme de ses pas sur son pelage brun comme le tronc des sapins centenaires. Cependant, aussi épaisse qu'elle soit, son épaisse toison ne parvient pas à dissimuler ses muscles bien dessinés. Ses formes harmonieuses, à la fois agiles et brutales font de lui l'archétype de l'excellent guerrier. Je l'imagine sans peine évinçant le moindre obstacle, rien ne lui résistant. Je l'imagine sans peine ne jamais connaître l'échec.

Après tout ne suis-je pas, pour la troisième fois, tombée à corps perdu entre ses pattes. J'ai beau me débattre, me dresser contre lui autant de fois que je le veux, chacun de mes soubresauts ne fait que resserrer le noeud de la corde qu'il m'a passé autour du coup lorsque nous nous sommes rencontrés. Quoi que je fasse, je sais à présent que je finirais toujours par lui ouvrir la porte, par laisser mes murs s'écrouler et par le laisser s'enfuir avec mon coeur. Le temps, l'expérience rien n'y a jamais rien fait. Il est ma destinée, mon futur. Celui avec qui je me devais d'être.

Il est mon âme soeur.

Alors qu'il commence à valser autour de moi, je me perds dans la contemplation de cet être qui a orchestré ma vie. Au fond, tout s'est toujours articulé autour de ce repère, ce pilier enfoncé au plein milieu de mon organe vital et chaque choix, chaque décision était dans l'espoir de lui plaire ou de le revoir. Tant de temps a passé. Des épreuves nous en avons tous les deux vécus. Je ne connais pas les siennes, tout comme il est ignorant des miennes. Mais je suis sûre que nous sommes tous les deux devenus plus forts et les vagues qui nous brisaient inlassablement contre les rochers rugueux n'étaient là que pour que l'on arrive un jour à se retrouver, à s'aimer à nouveau. Je me rends compte en cet instant qu'il n'est plus du tout le même que ce jeune guerrier entrant à peine à l'âge adulte. Même s'il était déjà plaisant à l'époque, il manquait des qualités qu'il a aujourd'hui. Comme je l'ai dis il est bien plus que beau, désormais il est... Splendide. Le poitrail gonflé d'un orgueil humble, il transpire la superbe et la royauté. Jamais, ô grand jamais je n'ai vu quelque de plus majestueux.

Inlassable il s'éloigne.
Se rapproche,
S'éloigne,
Encore et encore.

Chacun de ses pas foule le sol dans un bruit sourd faisant écho aux battements graves de mon coeur.

Boum boum,
Boum boum.

Il me fait tourner la tête. Tout d'un coup, il s'arrête devant et moi et ravage de ses yeux brûlants. Lavée de toute volonté, j'y plonge la tête la première, me perdant dans les abysses noueuses de ses prunelles. Oubliant de respirer, mon coeur, l'espace d'une seconde cesse de battre. Un être griffu me laboure le bas du ventre alors que je reste ainsi, transie d'émotion. « Laisse moi faire partie de ta vie. » Sa voix de velours m'emprisonne. Ai-je vraiment le choix ? Comment, par mes ancêtres, pourrais-je refuser cet être d'une perfection divine qui s'offre ainsi à moi. Je me sens à côté de lui si gauche, si laide. Chaque partie de mon corps est en feu, j'en suis sûre. Si je pouvais rougir, évidemment que je l'aurais fait. Je ne sais pas moi même quelles étincelles brillant dans mes propres iris. Baissant la tête, le coeur repartant follement je balbutie : « J-Je, euh, o-oui enfin, bien sûr. » Balançant mon poids d'une patte sur l'autre, le regard fixé par terre, je finis par me précipiter contre lui et enfouir mon museau dans ton pelage, inspirant pleinement son odeur boisé réconfortante. Agissant ainsi comme une enfant, j'ai l'impression que rien n'a changé depuis ces nombreuses saisons qui nous séparent de notre première rencontre. Je me sens ainsi apprentie à nouveau, blesser par une attaque d'un chat domestique trop grand pour moi qui n'avait encore rien connu de la vie. Que serai-je aujourd'hui si je n'étais pas retournée de là où je venais l'espace d'une matinée ? Si ce félin dont j'ai oublié le nom ne m'avait pas blessé ? Si Ombre Flamboyante n'était pas venu chasser dans le coin ? Qui serais-je ? Que serais-je ? « Je peux passer cette nuit avec toi ? » Au diables ces questions idiotes. Ce soir je ne veux rien, rien d'autre que m'abandonner avec lui. Je ne veux rien d'autre que rester à ses côtés et sentir mon coeur battre en harmonie avec le sien. Je ne veux rien d'autre que l'aimer, l'aimer toujours plus fort. Avant que le devoir m'appelle et qu'à nouveau on nous sépare.

__________________________________

« Because, you see, the more things change, the more they stay the same. »

Merci ma Splendide pour ce si beau cadeau. ♥








Je n'oublierai jamais tout ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com
 

Emotions passées & Amour refoulé. |. Ombre Flamboyante ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: TERRITOIRES DU LEOPARD :: Territoires :: La Forêt-