« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Someone tell me what I've done! ft. Rivage Nuageux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mon identité.
Relationship :
Sombre Murmure
Guerrier du Clan du Tigre



● Nombre de messages : 31
● Je suis arrivé(e) ici le : 28/03/2016

MessageSujet: Someone tell me what I've done! ft. Rivage Nuageux    Sam 27 Aoû - 0:54




Someone tell me what I've done

Sombre Murmure ft. Rivage Nuageux



"Le martyre, c’est le seul moyen de devenir célèbre quand on n’a pas de talent."
Pierre Desproges



Voilà près d'une semaine que l'on m'avait confié ce braillard qui me sert d'apprenti. Et de ces quelques jours j'avais appris une chose fondamentale sur moi-même: qu'est-ce que je déteste qu'on m'impose quelque chose. C'est vrai que je n'ai pas à me plaindre, qu'après tout, mon mentor était très doué et que j'étais ressorti de mon apprentissage aussi doué que lui, ou tout du moins, j'aimais à le penser. Je pense aussi que je pourrais, peut-être, à l'occasion, être moi-même un bon mentor, un jour, du moment que cela reste un choix de ma part. Et encore je ne suis pas sûr du résultat. Comprenez j'ai eu un mentor qui m'a tout enseigné, qui m'a même élevé. J'aime mes parents, où du moins je le crois, mais quant aux bonnes manières, à la manière de bien s'exprimer, au contrôle et tout ce qui constitue l'éducation d'un chaton ce n'était pas eux, ça ne l'a jamais été. Ma foi je ne plains guère néanmoins, après tout si aujourd'hui je suis aussi cultivé et mature, pour mon jeune âge s'entend, c'est bien parce que mes parents ont été incapable d'être des parents. Pour en revenir à l'incompétent, car il n'y a aucun autre adjectif pour le qualifier, eh bien, voilà dans un clan nous autres, guerriers, ne possédons guère le choix sur ce genre de, hum, disons ce genre d'occupation. Je ne souhaite pas avoir de chatons alors pourquoi diable chercherai-je à devenir mentor de toute manière? Est-ce que j'ai l'air si gentil? Soit je suis un acteur des plus hors-pair soit ils sont tous crédules à un point que l'on ne saurait déterminer. Toujours est-il que je me retrouve avec un être inconscient dans les pattes. Cependant, si lui apprendre ce que je sais était la seule chose dont je devais me préoccuper, je ne crois pas que cela m'embêterait à ce point. Non ce qui me dérange c'est qu'en plus de cela je suis responsable de cette stupide boule de poil. Figurez-vous qu'il est insolent de surcroît! L'autre jour je lui demandais ce que son ancien mentor lui avait montré et comment et il a pris cet air, je ne saurai même le nommer tellement j'avais envie de commettre un meurtre. D'ailleurs même le fait d'y repenser ne fait qu'exacerber ma colère. Ou bien, je m'y suis peut-être mal pris avec lui? Il est vrai que le commun des félins traverse leurs existences sans avoir le contrôle de leurs émotions, de leurs faits et gestes. Cela en est presque attristant, ou plutôt cela serait attristant si cela m'importait. De plus il me semble que ce soit moi le mentor, non? Jeune, je le reconnais, mais toujours plus doué que cet amateur. Et au risque de me répéter cet incapable est imbu de sa propre personne, ce qui ne me facilite pas la tâche: il se croit plus fort, plus intelligent, plus malin et bien plus encore. C'est simple à l'écouter il est un dieu vivant, les Etoiles n'ont cas bien se tenir. Malheureusement pour moi je me dois de continuer à porter le masque. Alors je vais sortir l'air le plus chaleureux que j'ai en réserve et aller à la Prairie. En espérant qu'il y sera comme il me l'avait promis hier. Pourtant je pense que j'attendrai son arrivée là-bas. Il ne faut pas trop en attendre d'un être qui est incapable de me dire correctement ce qu'il a appris avec mon prédécesseur.

Je tournais la tête, d'abord à droite puis à gauche: jusque là j'avais fixé l'entrée du camp. La vie du clan était souvent pleine d'énergie, peu importe le temps, mais aujourd'hui le soleil était de sortie et apportait son lot de motivation, ce qui s'était fait rare depuis ce fameux baptême inoubliable comme ils le disent tous si bien. Le clan du Tigre était fort et c'est à travers ce genre de journée que l'on pouvait le sentir plus particulièrement. Les reines s'occupaient en surveillant leurs rejetons turbulents, qui profitaient eux mêmes du beau temps avec insouciance. Pendant un moment je me revoyais avec mon frère mais je chassais bien vite l'image de mon enfance. En tout cas je devais bien le reconnaître: ces reines avaient bien du courage ainsi que du mérite d'élever autant de chatons, surtout que ce monde vit dans la même tanière. Je crois que si j'avais à passer mes journées emprisonné au camp, et pis, à la pouponnière, j'éliminerai toutes ces boules de poils, dont les capacités s'arrêtent à hurler.Tout cela pour préserver ma propre santé mentale, évidemment. J'avançais en trottinant en lançant à la cantonade:
"-Je vous souhaite une fort agréable journée mes chers camarades!"
A cela je reçu plusieurs miaulements me souhaitant à moi aussi une bonne journée. Si seulement je pouvais ne serais-ce qu'espérer que ce fusse le cas. Je m'enfonçais dans la forêt à travers les buissons, les arbres et la vie qui y fourmillait. Les seuls moments où je me sentirais bien aujourd'hui très certainement: je serais fou de croire que cela paraîtrait naturel de rentrer sans son apprenti après un entrainement au camouflage qui était censé durer toute la journée. J'espère au moins qu'il y mettra du sien et peut-être ressentirais-je moins cette envie de rayer cet être improbable de la surface de la forêt. J’avançais lentement, prenant mon temps afin de savourer ce moment de paix où je pouvais me retrouver réellement avec moi-même sans avoir à faire attention aux autres. Néanmoins cet état de plénitude ne dura point, car en effet, le clan des Etoiles avait décidé il y a bien longtemps que l'on ne me laisserait pas en paix. Le vent m'apportait les effluves d'un renard. Pas de chance il semblait que cette créature au pelage aussi flamboyant que celui d'un tigre était en train de se sustenter. Lorsque l'on énerve un félin qui savoure tranquillement son repas c'est déjà à nos risques et périls mais un être de la forêt tel le renard, laissez moi vous dire qu'il s'agit d'une tentative fort peu agréable de mettre fin à ses jours. Je devrais faire attention au retour avec Rivage Nuageux. Enfin bien évidemment s'il reste attentif toute la leçon durant, sinon il serait vraiment triste et cruellement dévastateur pour moi si mon apprenti périssait dans un tragique accident qui été à l'origine une tentative de lui changer l'itinéraire habituel afin que la routine ne s'installe pas trop vite. Ceci dit j'avais l'obligation de le signaler au clan et on enverrait une patrouille et pour finir, au mieux, il y aura un blessé grave, au pire je devrais feindre un deuil pendant quelques - long - jours. Cela ne serait guère la première fois. En effet, j'avais dû simuler mon chagrin pour la mort de Plume de Mésange -paix à son âme- qui avait trouvé le repos dans des circonstances tragiques, vraiment. Je pris un grand soin à contourner le prédateur et notais au passage la position exacte où il se trouvait afin de le reporter à Etoile Nostalgique. Je continuais ma route tranquillement tout en veillant à ne pas me faire suivre par le renard. J'arrivais aux Rochers du Soleil. La beauté du coin était vraiment époustouflante, cependant les rochers ne m'attirait pas autant que les autres chats. Mis à part l'abondance des proies je ne ressentais pas le besoin d'y venir pour d'autres raisons. Je profitais néanmoins de la petite marre pour étancher ma soif avant de repartir en direction de la Prairie sans plus faire de détour. En tous cas je serai bien échauffé si jamais je dois lui courir après.

---------


Pendant que je mourrais d'ennuie le chaton dont j'ai la garde n'était, tenez-vous bien, toujours pas arrivé. Ce que j'aime ma vie.  Je crois que je vais présenter ce cher apprenti au renard. C'est important de se faire de nouveaux amis, n'est-ce pas? Plus le temps passe et plus je suis sûr que je suis maudit. Il n'y a aucune autre explication plausible, c'est sûr. Non mais il se moque de moi. C'est la dernière fois que j'accepte de prendre un apprenti. D'ailleurs pour cela j'ai mis au point un plan infaillible et d'une facilité enfantine: je me débarrasse du lieutenant puis du chef, qui m'aura au préalable nommé lieutenant, bien entendu, et je deviens chef, évidemment. Comme ça c'est moi qui donnerait ce terrible châtiment aux autres et pas l'inverse! Je refis le tour -pour la énième fois- de la Prairie . Si l'on m'avait observé tous ce temps soyez sûr que l'on m'aurait emmené de force voir le guérisseur. Voyez le tableau: un chat -noir de surcroît- faisant les cents pas en maugréant tellement bas que l'on pourrait, à s'y méprendre, croire qu'il invoque un mauvais esprit. Quoiqu'il arrive, ceci dit, il n'y a nul besoin d'invoquer d'esprits ici. Les images refaisait surface dans ma tête. Je me voyais courir, que dis-je? Foncer tête baissée sur un félin qui ne m'avait rien demandé -c'est plus juste- et avec qui j'engageais un combat qui ne dura pas longtemps. Je lui lacérais le corps avec mes griffes encore et encore jusqu'à ce que la vie le quitte. J'étais dans une rage folle. Le seul moment de faiblesse que j'ai eu depuis... Enfin abrégeons, j'étais accompagné de Plume de Mésange et ma victime d'un ami, d'après les dire du survivant. Malheureusement j'avais travaillé trop durement à façonner mon masque pour laisser un moment de faiblesse tout détruire. Plume de Mésange était un témoin, il avait été là au mauvais endroit au mauvais moment. Ah, paix à son âme. Néanmoins comme je le disais, nul besoin d'invoquer des esprits, car il y en a vraisemblablement un ici. A moins que les deux défunts n'aient trouvé la paix, ou quelque chose du genre, auquel cas je ne pourrais décemment pas être au parfum. Le temps continuait à passer. A ce stade là tout adulte responsable partirait à la recherche de la personne disparue, enfin, si ça se trouve il m'a juste oublié ce qui serait le comble de l'insulte. Je vins me poster à l'ombre d'un arbre entouré de buissons, scrutant les environs, quand soudain je vis la tête de celui qui m'avait fait perdre tant de temps. Le vent était à contre sens, il n'avait donc pas pu me repérer à l'odeur. De plus il avait l'air tellement sûr de lui qu'il avançait sans se donner la peine d'être légèrement plus discret. Il est tout à fait vrai que nous n'avons guère à ressentir le besoin d'être intelligent, après tout, la vie en pleine forêt est aussi douillette que celle des domestiques avec leurs bipèdes. Ce n'est pas comme si on ne pouvait jamais croiser un blaireau, un chien ou un renard, ce ne sont que des créatures mythologiques qui n'apparaissent que dans les contes des anciens. Je me faufilais à travers les buissons pour finalement me poster derrière le retardataire et dit d'une voix courroucée:

"-Eh bien, on prend du bon temps? J'espère que la vie n'est pas trop dure! J'espère également que je ne t'embêtais pas trop à attendre seul."
     




__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Someone tell me what I've done! ft. Rivage Nuageux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: TERRITOIRES DU TIGRE :: Les Territoires :: La Prairie-