« Dans ce monde il y a des gens qui préfèrent la solitude, mais il n'y a personne au monde qui puisse la supporter. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Lun 23 Déc - 2:04



Entrainement n°1.
feat Nuage de Lumière

La nuit laissait place au jour comme elle l’avait fait à l’aube dernière, comme elle le faisait depuis des lunes et des lunes et comme elle le ferait encore pour des lunes et des lunes. L’aube était vraiment un moment magnifique dans la journée. Pour moi, c’était celui qui était le plus beau, avec le crépuscule, qui était un genre de cousine éloignée par le jour. Chaque jour depuis maintenant plus de douze lunes, je fixais intensément le ciel et attendait que l’aube vienne à moi. Lorsque cette lumière pâle inondait la forêt et le Camp, je ne pouvais m’empêcher d’observer ce magnifique ballet de couleurs. De magnifiques teintes de rouges, d’orange et de jaune dansaient devant mes yeux. Quelque chose de magique et de magnifique se déposait sur les végétaux de la forêt du CerfBlanc, la rosée. Les gouttes qui perlaient aux extrémités étaient si belle, si limpide, si transparente. Et je ne vois parler pas des reflets et du goût qu’elles renvoyaient. Cette rosée, était et, sera toujours, pour moi, la meilleure eau qui puisse exister. Assistant à ce spectacle que m’offrait la nature, j’étais tombé dans de maudit songes. Des songes de liberté, des songes du passés, ces méandres du passé qui me rattrapaient malgré toutes mes tentatives, vaines, pour le surmonter. Et moi qui devais garder le Camp. Et bien, je pense que je ne gardais que mon esprit en ce moment, et encore. Je ne voyais pas plus loin que le bout de mon nez. Tout autour de moi était flou. Une goutte d’eau me sortit de mes pensées lorsque celle-ci atterrit sur mon crâne, ce qui eut le don de me mettre de mauvais poil. Je me mis à grogner et à lancer des jurons silencieux à cette maudite goutte d’eau. Rien de telle pour me mette de mauvais humeur. Et deviner qui allait en compatir ? Non pas moi. Certains de mes camarades de Clan. Et surtout mon Apprentie que je comptais entrainer aujourd’hui. Cela faisait longtemps que je lui promettais un entrainement. J’avais toujours trouvé la raison pour me désister, mais croyez moi, ce n’était en aucun cas volontaire. J’avais vraiment envie de former cette novice. C’est ce que j’attendais depuis si longtemps ; pouvoir prouver à mon Clan que je peux être utile, en transmettant mon savoir par exemple. Une fois que j’eus finis de me plaindre contre cette goutte, je descendis de la roche, sur laquelle j’avais passé une grande partie de la nuit. A chacun de mes mouvements, mes membres endoloris n’oubliaient pas de me rappeler qu’ils étaient là et qu’ils n’avaient pas fonctionné depuis la veille. Je maugréais contre eux, contre moi. Les félins de mon Clan avaient plutôt raison de me qualifier comme un être grognon. Mais disons que cela ne m’arrivait que dans mes mauvais jours. En général, j’étais seulement froid, distant et orgueilleux et à vrai dire, c’était déjà amplement suffisant comme défauts, surtout que je n’ai aucune qualité apparente. Je devais donc donner un entrainement digne de ce nom à ma novice, qui semblait attendre depuis trop longtemps. Et oui, à cet âge en plus, on a soif d’apprendre et on est impatient. Je soupirai intérieurement. Mes pattes me faisaient souffrir, mais ce ne devait pas être un nouvel obstacle pour ne pas commencer l’entrainement de Nuage de Lumière. Je pris donc l’entrée du Camp, la laissant si je puis dire sans surveillance. Une fois à l’intérieur du Camp, je remarquais qu’il n’y avait pas beaucoup de Guerriers déjà levés. Pourtant, pour certains, la nuit avait été meilleure que pour d’autre. Je dévisageai un Guerrier sombre qui sortait en baillant de la tanière, comme s’il avait encore besoin de sommeil après la nuit qu’il avait eut. Seulement, je gardai tout commentaire pour moi. J’ouvrais ma gueule que pour des choses vraiment insupportables ou pour dire des choses, que je jugeai, essentielles. En décochant un regard noir au Guerrier, qui n’avait pourtant rien fait, je partis dans la direction de la tanière des Apprentis. Il était temps que Nuage de Lumière apprenne à se lever tôt pour s’entrainer. Sinon, je n’aurais jamais fini de la former avant qu’elle n’ait atteint ses douze lunes, l’âge auquel on passait généralement son examen pour devenir un ou une Guerrière à part entière. Le trajet, si je puis parler de ce cela comme un trajet, ne dura pas longtemps. Rapidement, je me retrouvai devant l’entrée de la tanière qui m’avait abritée il y a un petit moment maintenant. Je n’avais aucunement l’envie d’entrer dans cette tanière. Trop de souvenirs, bons et mauvais y étaient restés. La seule solution que je voyais était de scander le nom de mon Apprentie pour la réveiller et c’est ce que je fis, au risque d’éveiller toute la tanière, je pris une voix forte et que je crus convaincante et dit :

« Nuage de Lumière ! Lèves-toi espèce de fainéante ! Il fallait profiter des siestes et des longues nuits lorsque tu n’étais encore qu’une chatonne, maintenant c’est trop tard. Tu vas devoir te lever pour t’entrainer ou retourner dans la pouponnière et reprendre un nom de chaton ! »

Je fis demi-tour et allait m’installer au centre de la clairière. De la sorte, l’Apprentie en sortant de l’antre pourrait me voir facilement et une fois qu’elle aurait déjeuné, nous pourrions partir en quête de la découverte des territoires. C’était certes un grand classique, mais une étape à ne pas brûler. Il fallait que l’Apprenti se familiarise avec le futur territoire sur lequel elle vadrouillerait et sur lequel elle devra faire ses preuves pour devenir Guerrière. Et en faire une Guerrière, c’est ce que je comptais bien faire. Sinon ce serait un échec cuisant et qui c’est si Etoile du Tyran me donnerait une deuxième chance pour me rattraper. J’avais tellement souffert qu’au fond de moi, cela ne changerais rien. Je pouvais même tuer ou assassiner d’autres chats rien ne changerait. Mon âme était devenue noire aussitôt que j’avais mis à mort l’assassin de ma mère. Je m’étais alors refermé jusqu’à devenir ce que j’étais aujourd’hui. Un Guerrier puissant n’hésitant pas à faire couler le sang pour obtenir ce qu’il veut. Croyez-moi, rien ne m’empêchera de faire de cette novice mollassonne une Guerrière vive et puissante. Du moins celui ou celle qui osera le faire aura de grave problème qui pourrait entrainer sa mort prématurément. Je fouettais l’air de ma queue. Je n’étais pas contrarié et encore moins sur les nerfs. J’avais simplement une ambition qui grandissait de jour en jour et celui qui essayera de briser mes rêves serait puni le plus durement possible. Je me perdis peu à peu dans mes songes d’avenir.
 

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥


__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage de Lumière
Apprentie du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 1344
● Je suis arrivé(e) ici le : 29/10/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Étoile du Corbeau

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Lun 30 Déc - 20:09

Le soleil se levait petit à petit derrière les arbres de la forêt. Je courais aussi vite que la lumière sur l'herbe douce des bois. Celle-ci me chatouillait les pattes à chaque foulées. Je ne connaissais pas encore les territoires du Clan du Lion, et encore moins ses frontières. Pourtant, je laissai mes pattes me guider. Des odeurs différentes envahissaient ma truffe. Pour une fois, j'étais calme, reposée par la nature. Je commençai à ralentir l'allure lorsque je reconnus le Clan du Tigre. Sans hésiter, je franchis la frontière en un bond et me retrouvai sur le nouveau territoire. Je trottinai ensuite jusqu'à ce que j'arrive devant une grosse montagne de pierre. Je pris alors mon élan et sautai au sommet sans encombre. Je descendis ensuite la pente à toute vitesse et touchai de nouveau la terre ferme. Ma queue se dressai, droite et gonflée de bonheur. Je me sentais plus puissante que n'importe qui. Puis, je me remis à courir silencieusement afin que personne ne m'entende. Bientôt, je reconnus le camp du Tigre. Je passai la tête par l'entrée et m'aperçus que tous dormaient encore malgré le levé du soleil. Je traversai la clairière à pas feutré et rejoignis la tanière des apprentis. Je repérai vite une litière à mon odeur. Heureuse, je mis allongeai  pour un repos bien mérité.

J'ouvris mes yeux en sursautant lorsque j'entendis mon nom. Je reconnus bien vite l'odeur de Serre du Corbeau, mon mentor, qui se penchait sur moi. J'étais de retour dans le Clan du Lion. Après plusieurs hésitation, je me rendis compte que j'avais rêvé. Pourtant, j'aurai tant aimé que ce soit vrai. J'étais tellement perturbée que j'avais du mal à distinguer les paroles menaçantes du guerrier. Mais peu importe, je voulais dormir plus longtemps comme j'avais eu l'habitude de le faire jusqu'à présent. Je détestais plus que tout que l'on me donne des ordres. Surtout que là, je devrai le prendre pour un réveil forcé. Mais tout à coup, tout se bouscula dans ma tête et je finis par comprendre que c'était l'heure de mon apprentissage avec mon mentor. Excitée comme une puce à l'idée de commencer mon entraînement, je me concentrai d'instinct sur ses paroles.

« ... Espèce de fainéante ! Il fallait profiter des siestes et des longues nuits lorsque tu n’étais encore qu’une chatonne, maintenant c’est trop tard. Tu vas devoir te lever pour t’entrainer ou retourner dans la pouponnière et reprendre un nom de chaton ! »

Espèce de quoi ? Je me levai d'un bond pour lui faire face mais il avait déjà filé. Je le suivit du regard, la queue battante. Il s'arrêta au milieu de la clairière et s'assit, sûrement en m'attendant. Calme-toi Nuage de Lumière ! Si je le contre-dit, il pourrait peut être me laisser au camp et me demander de m'occuper des anciens toute la journée. Vivement mon baptême de guerrière ! Comme ça, je serai libre, indépendante et je pourrai à mon tour donner des ordres aux apprentis ! J'en rêve depuis toujours. Mais je devrai me concentrer sur mon entraînement pour pouvoir passer guerrière... Les yeux rivés sur Serre du Corbeau, je m'étirai et marchai tranquillement jusqu'au tas de gibier. Lorsque je passai devant lui, je lui fis un petit sourire forcé avant de continuer mon chemin en galopant. Je m'assis et pris ma souris que je dévorai avec appétit. Je me léchai ensuite les moustaches sur lesquels coulaient de petites gouttelettes de sang. Ce rongeur devait avoir été chasser ce matin. Ravie par ce bon repas que je venais d'avaler, j'agitai les moustaches et tournai les talons pour me rendre au milieu de la clairière. Je m'arrêtai maladroitement devant mon mentor et le dévisageai sans rien dire. En prenant une grande bouffée d'air je m'avançai vers lui et miaulai :

« Me voilà ! Je suis prête pour l'entraînement Serre du Corbeau ! »

Je m'étais retenue de justesse de cracher son nom. J'étais pourtant fière, de lui avoir parler de façon correcte. Car oui, je trouvais mes paroles neutres, normales, correctes. Peut être que lui, trouvait que j'étais malpolie. Si il pensait ça, alors je pourrait croire qu'il était fou. En y réfléchissant, je me disais qu'il était déjà fou de me réveiller en me traitant de "fainéante" ! J'essayai de retenir mon poil de se hérisser, mais aussi de, je luttai pour ne pas laisser mes griffes sortir, montrer les crocs, grogner en crachant, taper sur la terre avec mes pattes, balancer ma queue de droite à gauche... Plein de petites choses comme ça que je faisais pour exprimer ma colère ou mon impatience. Seulement maintenant, j'étais à moitié dans le monde des guerriers, et je devais leur obéir. Dans la pouponnière, j'adorais commander les jeunes chatons. La plupart étaient à mes ordres, quels bons souvenirs ! Je n'étais pas du genre rêveuse mais je pensais souvent à mon passé pour m'empêcher de dire n'importe quoi. Espérons juste que le guerrier au pelage nocturne n'avait pas remarquer ma fureur.

__________________________________


Kooza, toujours aussi sublime ♥

Spoiler:
 


Dernière édition par Nuage de Lumière le Sam 21 Fév - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Mer 8 Jan - 21:59



Entrainement n°1.
feat Nuage de Lumière

Les songes, qu’est-ce que c’est beau de rêver. On ne peut faire que cela puisque personne ne peux connaitre l’avenir qui est pourtant déjà tracé pour tout le monde, mis à part le Clan des Etoiles qui doit, surement, tout savoir sur tout. J’aurais donné n’importe quoi pour savoir ce que me réserverais l’avenir. Enfin tant que ce n’était pas excessif, je pouvais bien sacrifier ou encore arracher des vies, mais rien de plus. Je ne pouvais par exemple pas tuer mon Chef, je ne pouvais pas trahir mon Clan. Tout sauf cela. Je sentis soudainement que quelque chose me regardais. Comment est-ce que je pouvais sentir cela ? Je ne sais pas du tout, mais sur le moment, j’avais l’étrange impression d’être regardé. Je tournai la tête, cherchant celui ou celle qui me regardait. Je vis Nuage de Lumière sortir de la tanière des novices. Ce n’est pas trop tôt ! Je soupirai silencieusement, qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire ce ça ? Est-ce que j’allais réussir à faire d’elle une Guerrière ? Je l’espérais de tout mon cœur et surtout, je me croyais capable de tout.  Je la vis plonger son regard sur moi. Maintenant, j’étais vraiment regardé. Elle s’étira longuement devant mes yeux avant de s’approcher. Faisant mine de me désintéressé d’elle, je tournai la tête et fixai le ciel. Il était magnifique et les teintes qui le composait étaient diverses et variés, passant du jaune au rouge, en passant par l’orange.  Je la vis passer devant moi, pour rejoindre le tas de gibier, et me fis un sourire. Je ne le compris pas. J’essayais d’être le plus désagréable possible et elle me souriait ? Est-ce que je devais prendre ce sourire comme une provocation de sa part ? Ou est-ce qu’elle m’aimait réellement ? Personnellement, je me disais que cela importait peu qu’elle m’aime ou non, ce que je voulais c’est qu’elle devienne forte et non qu’elle m’apprécie. Elle devait sûrement faire cela en croyant qu’elle aurait mes bonnes grâces. Elle ne pouvait pas savoir comment c’était vain et comment tous ses efforts pour me faire remonter la pente seraient vains aussi. Elle n’y arriverait jamais. Personne n’y arrivera jamais. Je ne me laisserais pas repoussé vers le haut. Je voulais rester comme j’étais maintenant. Je me complaisais ainsi et donc je ne voyais pas pourquoi et surtout pour qui changer. Une fois passé devant moi, elle accéléra et passa de la marche à une sorte de course plutôt lente. Je la vis saisir une proie et la manger en moins de temps qu’il en faut pour le dire. Est-ce qu’elle mangeait toujours avec autant d’appétit ? Ou était-ce parce qu’elle n’avait pas mangé la veille au soir ? Je me secouai la tête, essayant de faire sortir ses interrogations de ma boîte crânienne. J’en avais plus qu’assez de réfléchir et de me poser tant de question. Mais c’était un genre de tic, je n’y pouvais pas grand-chose et s’était désolant. Essayant de les chasser d’une autre manière, je me concentrais sur ce que je faisais et sur ce que j’allais faire aujourd’hui. Je devrais me coltiner la jeune chatte toute la journée pour lui montrer les territoires et les limites de ceux du Clan du Lion afin qu’elle ne commette jamais d’erreur, du moins les responsabilités ne me retomberaient pas dessus parce que j’aurais fait mon devoir et ce ne sera pas de ma faute si elle traverse une frontière. Je fixai toujours intensément la chatte, attendant qu’elle soit enfin prête pour partir. J’attendais de sa part, un signe ou encore mieux, une parole m’indiquant qu’elle était prête. Elle se contenta de se lécher les moustaches pour enlever le sang qui s’y était invité. J’étais content lorsqu’enfin elle se dirigea vers moi. Elle s’arrêta à deux ou trois pas de moi et se posta bien maladroitement devant moi. Pendant un instant, elle semblait me dévisager. Qu’est-ce qu’elle cherchait à faire ?  A me dire qu’elle était prête ? Elle devrait se montrer plus expressive la prochaine fois. J’aurais put croire qu’elle voulait me faire une remarque ou bien me dire quelque chose qui ne me plairait pas. Au lieu de quoi, elle ouvrit sa gueule après avoir pris un goulée d’air :

« Me voilà ! Je suis prête pour l’entraînement Serre du Corbeau ! »

A ma grande surprise, elle me parla distinctement et comme une Apprentie le faisait à son mentor. Elle ne m’avait pas fait de remarque négative quand à son réveil un peu brusque de ce matin et encore moins sur le faite que je l’épilais depuis qu’elle était sortit de la tanière des Apprentis. Peut-être n’avait-elle pas remarqué cette dernière chose. Toujours est-il qu’à sa place, je ne sais pas comment j’aurais réagit. Avant l’accident de ma mère, j’aurais été comme elle, gentil et respectant mon mentor coûte que coûte. Après l’incident, je ne sais pas. J’aurais sûrement répondu acerbement à mon mentor s’il était désagréable. Si j’avais bien une qualité, c’était ma franchise. Je n’hésitais pas à donner ma façon de penser. D’ailleurs, je n’aimais pas ceux qui n’osent pas le faire ou ceux qui le font volontairement. Je trouve cela stupide, si l’on construit quelque chose sur le mensonge, cela ne tiendra pas longtemps avant de s’écrouler. Pourquoi ? Parce que l’on fini toujours par connaître la vérité, elle referait toujours surface un jour où l’autre. Une lueur de fierté dansait dans les yeux de la novice. Elle semblait heureuse d’elle. Mais pourquoi ? Parce qu’elle avait raté de justesse de me tomber dessus ? Parce qu’elle m’avait parlé ? Encore une fois, je me posais trop de questions dont je ne connaîtrais pas la réponse. On ne peux pas tout savoir sur tout et surtout sur les sentiments et les pensées des autres. On ne pouvait simplement pas poser toutes ses questions à hautes voix, ce serait comme une intrusion dans l’esprit de la personne qui ne serait plus libre de penser librement et la vie n’aurait plus d’intérêt, s’il l’on pouvait tout savoir sur tout. Une autre lueur bougeait activement dans ses yeux. Qu’elle était-elle ? Je pensais l’avoir déjà vu, mais j’eus un trou de mémoire juste à ce moment, ne parvenant plus à trouver ce que pouvait bien être ce sentiment. Tant pis. Nous allions donc partir. Elle venait de me donner son « consentement » pour le faire alors pourquoi tarder ? Visiter les territoires était déjà bien assez long comme cela. Je décidai en moins d’un instant qu’il en faut pour le dire de me rendre en premier lieu aux Grands Pins. C’était un lieu que j’aimais bien et en même temps que je haïssais. C’était là-bas que j’aimais aller chasser, c’était un endroit giboyeux et calme. Ce qui me dérangeait en ce lieu, c’était les souvenir remontant en moi. Le souvenir de la mort de ma mère. Je me souviens de l’endroit où elle est tombée pour la dernière fois, l’endroit où elle a tenté vainement de nous sauver. Je pris donc la direction de la sortie du Camp et s’en prêter d’attention à ma novice, je m’engouffrai dans la forêt. Au fond, il espérait que la novice avait compris que c’était l’heure du départ, il espérait qu’elle comprendrait chacun de ses gestes et chacune de ces paroles. Il ne voulait pas passer un temps fou à lui faire comprendre le langage corporel qu’elle devait comprendre. Ne voulant pas la distancer dès le premier jour, je courrais plus doucement qu’à l’accoutumer. Elle avait encore des petites et molles pattes de chaton et ne pouvait donc pas atteindre la vitesse d’un Guerrier entrainé. Le chemin se passa en silence sans pour autant que je ne vois mon Apprentie de très près. J’espérais qu’elle se débrouillerait et se servirait de tous ses sens pour me trouver ou du moins trouver le chemin que j’avais emprunté. J’arrivais enfin où je voulais aller. Devant moi se trouvait un vaste territoire parsemés d’un grand nombre de grands pins. Je m’arrêtais et attendit un instant que ma novice soit enfin à portée de voix. J’ouvris donc ma propre gueule et parla :

« Nous sommes ici dans un territoire que les nôtres appellent les Grands Pins. C’est l’endroit idéal pour les chasseurs et les novices. Les proies y sont en abondance et les novices peuvent s’entraîner à grimper aux troncs, cet entraînement ayant pour but de développer les muscles des membres postérieurs et antérieurs. Nous nous y rendront souvent pour chasser et pour grimper aux arbres et croît moi, ce n’est pas simple. Bien, je te laisse reprendre ton souffle et nous repartirons. J’espère que tu accélèreras le mouvement histoire qu’on ne rentre pas la nuit tombée. »

Le Guerrier attendit debout, cherchant le lieu maudit de ses cauchemars. Il le trouva sans mal et le regarda avec mélancolie. Il n’aimait pas cet endroit précis mais il était bien obligé d’y passer et d’y venir couramment pour chasser. Chaque fois qu’il passait par là, il revoyait une fois de plus la scène ayant marqué son enfance. Il revoit le corps de sa mère, baignant dans son propre sang. Il revoit la rage qui l’avait aveuglé et la lâcheté de sa sœur. Il se rappelle de sa fuite et de son combat à lui. Il se rappelle qu’elle satisfaction il avait eut lorsque l’animal avait été mis à mort par ses propres griffes. Il faut dire qu’il était déjà bien mal en point et ne tenait presque plus debout. Il avait en quelque sorte finit le travail qu’avait bien commencé sa mère. Il avait de la sorte protégé le Clan comme elle avait tant voulut. Elle qui voulait le meilleur pour ses chatons. Elle qui voulait les voir grandir et devenir de nobles Guerriers. Serait-elle déçue de ce qu’il était devenu ? Et de sa sœur alors ? Qu’est-ce qu’elle pouvait bien en penser ? Tombant une nouvelle fois dans mes songes, je laissais la chatte retrouvée ses esprits.

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥


__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage de Lumière
Apprentie du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 1344
● Je suis arrivé(e) ici le : 29/10/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Étoile du Corbeau

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Mar 3 Juin - 19:28

J'attendais en silence une réflexion de la part du guerrier. Celui-ci semblait rêveur, ce qui me surpris. J'avais du mal à supporter le silence, surtout dans un moment aussi pressant, ce jour tant attendu depuis que ma mère m'avait donné la vie... Ou plutôt depuis mes 3 lunes, lorsque j'ai intégré le Clan du Lion. Avant, je n'avais aucune idée de la vie d'un chat sauvage. J'étais avec ma mère et ma sœur, dans un nid de Bipèdes. Mais malgré moi, je ne regrettai pas la mort de ma mère. Car sans cela, je ne serai jamais ici, ce jour exceptionnel n'aurait jamais existé. Mais c'était tout de même grâce à elle que j'étais ici, c'est elle qui m'avait donné la vie. Je restai figer sur mes pensées. En face de moi, le guerrier sombre était assis exactement dans la même position qu'avant. Quelques secondes seulement devaient s'être écoulées. Soudain, je sentis un vent glacial souffler dans mes moustaches, ce qui me fit frissonner. Il y avait quelque chose derrière moi. J'entendis un bruit... Un bruit qui ne m'était pas familier. Je me retournai rapidement pour découvrir qui se cachait derrière moi. Honteuse, je me rendis compte que c'était un petit groupe de feuilles qui tourbillonnaient au rythme du vent. Agacée, je crachai sur le sol et tournai les talons pour me retrouver face à mon mentor. Celui-ci avait déjà filé et j'arrivai seulement à voir le bout de sa queue sortir du camp. Quoi ? Mais c'est une blague !? Il fait tout pour me rendre de mauvaise humeur ou quoi ? Je monterai les crocs, sûrement dans le vide et filai pour le rejoindre. Une fois dans les bois, j'entrouvrais la gueule pour le retrouver. Il venait de prendre un chemin étroit de sable. Je regardai le sol sous mes pattes. À mon grand plaisir, mon mentor avait laissé ses empreintes par terre. Je les reniflai afin de m'assurer que c'était bien les siennes. Oui, il était bien passé par là. Je me redressai et courus de tout mon possible pour le rattrapé - avant qu'il n'arrive. Malheureusement, je le trouvai assis, en train de m'attendre. Je rougis intérieurement : je ne supportais pas qu'on me regarde comme ça. Je tournai brusquement la tête pour faire semblant de contempler le paysage. Ce n'était pas à mon habitude de rougir, en faite personne ne m'impressionnais vraiment dans ce Clan. J'étais attiré par le Clan du Tigre. Je demanderai à Serre du Corbeau ce qu'il pense du Tigre. Un mentor ça sert à se confier, non ? Lorsque je revins à la réalité, le guerrier ne se trouvait plus qu'à quelques mètres de moi. Il n'attendit pas un instant de plus avant de miauler :

« Nous sommes ici dans un territoire que les nôtres appellent les Grands Pins. C’est l’endroit idéal pour les chasseurs et les novices. Les proies y sont en abondance et les novices peuvent s’entraîner à grimper aux troncs, cet entraînement ayant pour but de développer les muscles des membres postérieurs et antérieurs. Nous nous y rendront souvent pour chasser et pour grimper aux arbres et croît moi, ce n’est pas simple. Bien, je te laisse reprendre ton souffle et nous repartirons. J’espère que tu accélèreras le mouvement histoire qu’on ne rentre pas la nuit tombée. »

Je baissai la tête et rougis de nouveau. Pourquoi ? Je filai sur une pierre plate pour éviter qu'il me regarde. Je me donnai un coup de queue et regardai l'endroit étrange que fixait mon mentor. J'aurai bien aimé savoir pourquoi il était si intéressé par ce qu'il contemplait avec une lueur de nostalgie dans les yeux... Mais ça ne me regardait pas. Je soupirai longuement avant d'entreprendre une petite toilette pour me lisser le poils. Je terminai rapidement ma tâche et je partis m'installer sur une autre pierre pour bronzer. La dernière fois que je m'étais étendu ainsi, c'était il y a une lune, lorsque j'étais encore un chaton. Je parlais avec Nuage d'Espoir, ma meilleure amie. Malheureusement, elle avait disparu il y a peu. Je me redressai et tentai de me calmer. J'avais une boule dans la gorge et je commençai à voir flou. Je clignai des yeux et une goutte d'eau coula sur ma joue. Je me secouai pour la faire tomber ; et dire que je m'étais lissé le poil. Je respirai doucement en essayant de chasser Nuage d'Espoir de mes pensées, mais c'était trop dur. Je bondis du rocher et allai m'assoir à côté de mon mentor. Son odeur me remplit les narines et je sentis mes moustaches le frôler. Je reculai d'un bond, gênée. Peut être n'avait-il rien sentit, tellement il était occupé à faire "je ne sais trop quoi". À ce moment, j'avais juste envie de disparaître, mais c'était impossible. Alors je restai là, immobile.

Désolé pour ce grand retard Nocty, je ferai en sorte que ça ne se reproduise plus. Et aussi désolé pour ce petit rp tout nul :s

__________________________________


Kooza, toujours aussi sublime ♥

Spoiler:
 


Dernière édition par Nuage de Lumière le Sam 21 Fév - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Dim 15 Juin - 20:11



Entrainement n°1.
feat Nuage de Lumière

Je ne bougeais pas. Je repensais à ses moments de frayeurs, de tristesses et de rages confondues. A ce moment où ma vie avait chamboulée. Durant ce moment où ma mère s’était dressé face à l’assaillant le plus puissant de la forêt, si l’on ne prenait pas les félins en compte, et ce moment où il avait posé sa lourde patte sur la poitrine de ma mère, lui retirant ainsi le peu de vie qui lui restait. Je me rappelai encore de ce comment ma sœur s’était enfuit lâchement, elle qui disait vouloir devenir Cheffe un jour, à la première difficulté, elle avait pris ses pattes à son cou et s’en était allé il y a longtemps maintenant. Et puis le moment où aveuglé par la rage, par la colère et par une force innée qui m’avait possédée, j’avais écorché cet animal répugnant qui avait osé tuer ma famille. Il avait ravagé ma vie. C’est lorsque quelque chose me frôlai que je sortis de mes longs souvenirs qui formaient presque une torture pour mon esprit. Ma vision qui s’était fait floue, revenait à la normale et je pus bientôt revoir clairement. Je tournai ma tête en direction de l’endroit qu’on venait de me toucher. Je remarquai alors qu’il s’agissait de Nuage de Lumière, ma novice. Celle-ci, sous mon regard pressant et sous je ne sais quel autre pouvoir mental recula, comme si elle eut peur de ma réaction. Pourtant, je n’allai rien faire. Il se trouvait qu’un mentor et qu’une Apprentie, qui est plus est son Apprentie, devait être proche et elle devrait bien me toucher lorsque nous ferons des entraînements aux combats qui demande d’utiliser la pratique. J’adoptai un regard plutôt dur, histoire de voir la réaction de la chatte. Allait-elle se faire encore plus petite ou me tenir tête ? A la fin de l’entrainement, j’espérais qu’elle deviendrait comme moi. Une féline n’ayant autre but que de servir son Clan, préférant venir en aide à celui-ci plutôt que de se faire des amis. Lorsque je la regardai plus profondément,  je remarquai qu’elle semblait avoir plutôt bien récupéré. On pouvait donc repartir et j’espérais qu’elle irait un peu plus vite que précédemment. Je décidai donc de ne pas rester ici plus longtemps, sinon quoi, on ne serait pas rentré avant la nuit. Et je n’avais aucune envie de me trimbaler cette Apprentie pendant toute la journée. Je préférais finir cela au plus vite pour me consacrer ensuite à mon cher Clan, même si en l’entraînement, je le faisais également. Je décidai donc de repartir sans plus attendre. Sans miauler, sans faire aucun signe ni quoi que ce soit se traduisant par le départ imminent. Un moins d’une seconde, je repartis à une allure plus faible qu’au départ, je souhaitais que la chatonne arrive à me suivre. Je traversai à grandes enjambées le territoire qu’était les Grands Pins. Je n’avais qu’une envie, quitter ce territoire maudit et bienfaiteur à la fois. Maudit pour moi, bienfaiteur pour mon Clan. Bientôt, je quittai ces terres où les proies étaient si nombreuses et ma douleur si violente. Les épines des pins qui se sentaient sous les coussinets se changèrent en une herbe douce et grasse. Quel bonheur de ne plus avoir mal aux pattes. Je m’arrêtai, ayant une certaine avance sur mon Apprentie, et pris le temps de retirer les épines de pins qui se trouvaient entre mes doigts et dans mes coussinets, n’ayant pour arme, pour les retirer, que ma langue. Une fois mes pattes propres, je décidai de repartir à la découverte des territoires. Je fis rapidement un itinéraire dans ma tête. Si je suivais les frontières du territoire, je passerais par la frontière nous amenant aux Trois Chênes. Ce serait une bonne occasion pour les lui montrer avant qu’elle ne se rende à une assemblée et découvre et l’immensité des grands chênes et les félins des autres Clans. Ce serait toujours un plus pour elle et c’était sur le chemin. Ne décidant pas de l’attendre plus longtemps, bien qu’elle ne fût pas en vue, je repartis sans Nuage de Lumière, adoptant une allure entre la marche et le trot, histoire qu’elle puisse me rattraper en chemin. Lorsque j’arrivai dans la clairière, je pris le temps de vérifier que Nuage de Lumière n’était pas en vue. Rapidement, je grimpai sur le promontoire, normalement réservé aux Chefs durant les assemblées et contemplai la clairière vide. Jamais je ne voudrais me retrouver ici lorsque tous les chats claniques l’étaient. Ce devait être bizarre de voir les autres de haut et le pire serait de devoir parler du Clan aux autres Clans, qu’est-ce qu’ils pouvaient en avoir à faire ? Quittant mes pensées, je redescendis de ce promontoire et m’assis non loin de celui-ci. Encore une fois, je dus attendre un moment avant que mon Apprentie n’émerge dans la clairière, dans le même état que précédemment, essoufflée. J’attendis qu’elle s’approche pour ouvrir la gueule et parler d’une voix neutre :

« On se trouve ici sur un territoire neutre ou libres, ces deux termes sont utilisés pour décrire ce genre de terres que tout le monde a le droit de piétiner. Je pense que tu as déjà entendu parler de ce lieu, c’est ici qu’on lieu les assemblées chaque lune. Je te laisse donc explorer cette grande clairière si tu le désires, nous repartirons ensuite, plus rapidement, si tu n’as aucune question. »

Sur ces mots, j’attendis soit une question, soit qu’elle me donne le signal comme quoi elle était prête à repartir. Elle pouvait passer un petit moment ici, au vu de l’avancée du Soleil. Mais pas trop non plus. Évitant cette fois les rêveries dans lesquels j’étais précédemment tombé, j’attendis.

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥


__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage de Lumière
Apprentie du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 1344
● Je suis arrivé(e) ici le : 29/10/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Étoile du Corbeau

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Jeu 3 Juil - 23:36

Serre du Corbeau me toisa durement du regard. Je le fixais, mais fini par baisser la tête, il était plus fort. Je regardais mes pattes sans rien dire. J'avais soigneusement entouré ma petite queue rousse autour de mes celle-ci. Comparer à celle du guerrier, elles me semblait toutes ramollies. Je soufflai un bon coup et redressai légèrement la tête. Ma gorge se serra lorsque je ne le vit plus en face de moi. J'étais sur le point de m'étrangler. Il était encore partit sans me prévenir. Sans attendre une seconde de plus, je m'élançai à sa suite. Je commençai à mémoriser son odeur et trouvai plus facilement le chemin qu'il avait emprunté. Je courais vite et je commençais à être à bout de souffle. De grands arbres s'élevaient devant moi. Je les regardais avant de grimacer en sentant une épine s'enfoncer dans un de mes coussinets. Ma queue s'agitait mais je ne m'arrêtais pas pour autant. J'étais essoufflée et j'avais mal. Moi qui pensait que les entraînements allaient être géniaux ! Pour tenter de me changer les idées, j'essayais de trouver quoi dire à mon mentor. Est-ce que je lui reproche d'être partit sans moi ? Il risquerait d'être mécontent mais il fallait le lui expliquer. Peut être qu'il n'y était pour rien et qu'il ne savait pas que ça énervait les autres. Il sera alors heureux et fière de moi que je lui apprenne quelque chose. C'était décidé, j'allais le lui dire, peu importe si il le prend bien, ou mal.

Quelques minutes plus tard, son odeur m'amena dans une immense clairière, bordés de trois grands chênes qui se dressait devant moi. Je repérai bientôt Serre du Corbeau, à côté d'un rocher qui semblait toucher le ciel. Il était si petit comparer à ce paysage. Je ralentis, haletant, et alla me placer en face de lui.

« On se trouve ici sur un territoire neutre ou libres, ces deux termes sont utilisés pour décrire ce genre de terres que tout le monde a le droit de piétiner. Je pense que tu as déjà entendu parler de ce lieu, c’est ici qu’on lieu les assemblées chaque lune. Je te laisse donc explorer cette grande clairière si tu le désires, nous repartirons ensuite, plus rapidement, si tu n’as aucune question. »

Il avait à peine fini sa phrase que je soulevai ma patte pour m'enlever l'épine à l'aide de mes crocs. Il me fallut quelques temps pour y arriver. Je me redressai alors et tourna les talons pour éviter de croiser le regard du guerrier, et surtout pour ne pas voir l'expression qu'il affichait sur son visage. Je marchai alors au milieu de ce grand espace en m'imaginant les félins de tous les Clans, rassemblés, la tête tournée vers ce grand rocher. Je voyais également, dans ma tête, les trois chefs, au-dessus de tous. J'espérais du fond du coeur pouvoir participer à la prochaine assemblée. Je souris légèrement et trottinai pour rejoindre mon mentor. Il devait sûrement m'attendre. Je m'arrêtai devant lui. Soudain, une pensée me frappa. J'avais complément oublié de lui dire que ce n'était pas gentil de s'enfuir sans prévenir. Surtout qu'il savait très bien que je débutais. Alors pourquoi est-ce qu'il le faisait quand même ? Je regardai de côté en hésitant. Mais je tenais à lui dire. Il fallait qu'il comprenne que je n'étais pas n'importe qui, et que je n'avais pas peur de lui. Je tourna alors mon regard vers lui pour le fixer dans les yeux.

« C'est bon, je suis prête à repartir. Mais je tenais à te dire que... Euh... Tu sais là... Quand tu es partit... Et bien euh... C'était pas très très... Euh gentil... Enfin si, si, mais c'est que voilà... On est pas très content quand tu... Enfin quelqu'un... N'importe qui quoi... Euh... Part comme ça... Enfin... Sans prévenir... C'est... Euh... Pas gentil... Pas trop en faite... Mais je voulais juste te l'apprendre... Non, non, je n'ai pas... Euh... Peur ? Non, désolé, je suis juste un peu fatiguée... Essoufflée ? »

Je secouai la tête, honteuse. Je n'avais pas peur mais... Si, j'avais un peu peur de sa réaction. Mais je voulais lui faire croire que c'était parce que j'étais fatiguée. Alors, cette fois-ci, je gardai la tête haute et ne lâchai plus son regard.

__________________________________


Kooza, toujours aussi sublime ♥

Spoiler:
 


Dernière édition par Nuage de Lumière le Sam 21 Fév - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Étoile du Corbeau
Chef du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 414
● Je suis arrivé(e) ici le : 06/01/2013
● Age : 18
● Mentor/Apprenti(e) : Nuage de Lumière & Nuage Sanglant

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Lun 28 Juil - 23:32



Entrainement n°1.
feat Nuage de Lumière

J'attendais. J'attendais que celle qu'on m'avait confiée fasse le tour du territoire, fasse ce qu'elle désirait et posait les questions dont elle voulait avoir des réponses. Après quoi, ils repartiraient pour finir le tour des territoires. Et une fois cela fait, il n'aurait plus que les entraînements de chasse et de combat à faire suivre à la petite. On parlait souvent des Apprentis qui rechignaient à cette tâche qu'était de faire le tour du territoire, mais il faut aussi prendre le parti des mentors qui connaissent ce territoire sur le bout des pattes et qui sont obligés de perdre une journée à tout expliquer à un chat qui ne sait rien à rien. Et oui ! Il faut prendre le parti des pauvres mentors aussi ! Ils n'ont pas que cela à faire de perdre leur temps à tout expliquer aux Apprentis qui sont lassés avant d'avoir commencé à faire quoi que ce soit. Néanmoins, c'est quelque chose d'essentiel. Il faut que les mentors montrent les limites de leurs terres aux Apprentis pour que ceux-ci ne les franchissent pas par inadvertance et surtout par non-savoir. Revenant à moi, je m'aperçu que finalement, peu de temps était passé après ma discussion, puisque Nuage de Lumière n'avait pas bougé d'un poil. En fait, tout cela devait s'être passé simultanément avec la discussion. Se devait être ma conscience qui avait dû réfléchir pendant que je parlais. Toujours est-il que mes yeux se rivèrent sur mon Apprentie. Si bien que je puisse distinguer n'importe lequel de ses faits et gestes. Ainsi, je la vis lever une de ses pattes et essayer de retirer quelque chose qui semblait s'être planté dedans et qui, de tout évidence, devait la gêner dans sa marche et sa course. Se devait être une épine de pin lorsqu'on traversait ce territoire, il n'était pas rare d'en avoir une ou plusieurs de coincés entre les doigts ou de plantés dans les coussinets. Puis, je la vis faire demi-tour, me tourner le dos, échapper à mon regard, fuir comme une lâche. Il n'empêche qu'après tout, je lui avais donné l'autorisation de vadrouillé un peu sur ce territoire. Je ne voulais seulement pas qu'elle y passe un temps fou. On avait certes la journée, mais les territoires ne manquaient pas et les explications non plus. De plus, si on était assez tôt sur le dernier territoire, je pourrais lui donner le programme du lendemain ou bien commencer un petit entraînement pour la préparer à ce qui l'attendrait plus tard. J'hésitai encore. A vrai dire, je ne savais pas trop comment m'y prendre. Je ne savais pas comment est-ce que j'allais faire pour inculquer certaines valeurs à la chatte alors que je ne les respectais pas. Et pourtant, je devais le faire, sinon elle ne deviendrait pas Guerrière et j'échouerai. Était-ce vraiment une chance que l'on me donnait ? Est-ce qu'au lieu de cela, Étoile du Tyran n'avait pas voulut montrer mon incapacité et mon non-respect de certains points du Code du Guerrier ? Certes je n'étais pas gentil, certes je n'étais pas un ange et certes je ne respectai rien ni personne. Mais même si mon comportement était indécent pour certains, j'avais le droit de faire ce que je voulais, tant que je ne tuais personne au sein de mon Clan. Celle-là, c'était la faute suprême que je ne commettrai qu'en dernier secours. J'ai bien souvent le respect, ou plutôt la peur de ceux de mon Clan. Bien qu'ils ne m'aiment pas, la plupart savent que se frotter à moi n'est pas une bonne chose. Secouant ma tête pour faire sortir ces idées de ma tête, j'essayai de laisser que des ondes positives. Je parviendrai à la rendre Guerrière. Tout repose sur elle. Elle est la seule qui me fera remonter dans l'estime de ceux de mon Clan. Je ne dis pas que grâce à elle, tous mes problèmes seront réglés, à ça non. Mon père sera toujours là pour mentir et cracher sur mon nom. Ô souvenirs douloureux. Ô vie ignoble. Revenant une bonne fois pour toute à moi, je me rendis compte que mon Apprentie s'était fortement éloignée. L'observant, je la vis faire demi-tour après quelques temps et revenir vers moi. Puis comme pris d'un élan de courage certain, elle me fit face et ouvrit la gueule. M'attendant à ce qu'une question sorte de sa gueule, je tendis l'oreille :

« C'est bon, je suis prête à repartir. Mais je tenais à te dire que... Euh... Tu sais là... Quand tu es parti... Et bien euh... C'était pas très très... Euh gentil... Enfin si, si, mais c'est que voilà... On est pas très content quand tu... Enfin quelqu'un... N'importe qui quoi... Euh... Part comme ça... Enfin... Sans prévenir... C'est... Euh... Pas gentil... Pas trop en fait... Mais je voulais juste te l'apprendre... Non, non, je n'ai pas... Euh... Peur ? Non, désolé, je suis juste un peu fatiguée... Essoufflée ? »

Un sourire vint irradier mes lèvres. Un rictus forcé, un rictus aux pointes sadiques. Fixant toujours la chatte, je la vis secouer sa tête, puis me fixer intensément. Elle pensait peut-être pouvoir me tenir tête ? Quelle drôle celle-là ! Elle croyait franchement qu'elle me ferait changer de comportement ? Elle le croyait vraiment ? Elle croyait à un traitement de faveur parce qu'elle était mon Apprentie ? Eh bien ! Elle pouvait se mettre la patte dans l'œil. Pauvre petite. Sa voix tremblait. Elle essayait de le cacher, mais elle avait peur. Je le savais. Je lui faisais peur. Et j'en étais très heureux. Se sentir puissant, redouté, c'est-ce qui me plaisait le plus. Elle voulait que je l'attende ? Non. Je ne ralentirais pas. Elle forcerait l'allure  pour me rattraper. Elle ferait l'effort. Je ne changerais rien moi. Tiens donc, elle venait de remarquer que je n'avais pas un caractère "gentil". Elle n'était pas au bout de ses peines. Je ne serai jamais gentil. Plus jamais. De plus, elle croyait m'apprendre quelque chose ? Non. Je l'avais déjà assez entendu. De la bouche d'une Apprentie ? Jamais. Et comme cela venait de la mienne, je n'en fus pas surpris. Arrêtant de tergiversé là-dessus, je pris une inspiration normale et fixai intensément la chatte. Je me relevai et me rapprochai d'elle. Je n'étais plus qu'à une longueur de queue de renard d'elle, puis je fus assez près pour sentir l'air s'échapper de ses narines. Malgré le fait que nos deux museaux se touchèrent, je continuai à avancer, jusqu'à ce que par déséquilibre et par le fait que j'étais en action, Nuage de Lumière bascula sur le dos et se retrouva sur le sol. Je posai ma patte arrière droite sur la queue de la femelle, posai mes pattes antérieurs de part et d'autre de sa tête et mis mon museau contre le sien avant de grogner :

« Penses-tu réellement que je sois gentil ? Penses-tu réellement qu'un jour je le serais avec toi ? Ou avec quiconque ? Tu crois que je vais te faire une faveur ? Tu te trompes ma petite ! Si tu veux devenir une Guerrière, il va falloir que tu m'obéisses et que tu évites de me faire la leçon ! Sinon quoi, tu risques de te retrouver souvent dans cette position et je me montrerai plus méchant que je ne le suis. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥


__________________________________


Taa ♥

: . anciennement . :
 


Étoile du Corbeau grogne en #850606.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mon identité.
Relationship :
Nuage de Lumière
Apprentie du Clan du Lion



Féminin
● Nombre de messages : 1344
● Je suis arrivé(e) ici le : 29/10/2012
● Mentor/Apprenti(e) : Étoile du Corbeau

MessageSujet: Re: « Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]   Dim 22 Fév - 22:26

Perdue au milieu de ce territoire, je me trouvais là, en face de mon mentor, que je fixai toujours droit dans les yeux. Je venais de revenir au près de lui après avoir fait un petit tour de cette terre que j'avais déjà essayer d'imaginer, je l'avoue, lorsque je n'étais encore qu'un chaton. Un chaton innocent qui écoutait avec envie les histoires d'anciens, et d'apprentis qui revenaient toujours tout excités de je-ne-sais-où. D'ailleurs, je ne sais pas si moi même je serai excitée et pressée d'être le lendemain, lorsque nous serions de retour au camp. Serre du Corbeau était, pour tout dire, un guerrier méchant avec tout le monde. Il voulait peut être se sentir puissant, comme moi avec les autres apprentis d'ailleurs. Et avant, avec les autres chatons de la pouponnière. Mais vouloir se sentir supérieur ne veut pas dire être méchant. On peut très bien se faire respecter en étant le plus gentil et le plus agréable de tous les chats du Clan. Mais je pense que mon mentor n'avait toujours pas compris ça... Il y a un tas de choses qu'il ne sait pas ! Enfin peu importe. Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée de le lui dire. Déjà que là, il ne me paressait pas très emballé par ma réflexion. Je le regardais, encore et encore, toujours à demie assise sur ce sol, ce sol que tous les chats de la forêt piétinaient chaque lune, ce sol que mon mentor appelait "terres libres" ou "terres neutres". Moi je préférais l'appeler Terres Libres. La liberté était quelque chose de si précieux qui m'attendait sûrement au même endroit que mon nom de guerrière et tout ce qui va avec. Et je pensais plus tard enseigner ce nom à mon apprenti. Mon entraînement commençait à peine que je me sentais déjà à l'écart de toute liberté. Et c'est Serre du Corbeau qui m'en privait. Celui-ci était d'ailleurs en train de me regarder lui aussi. Il avait écouté attentivement la remarque que je lui avais faite, pensant sûrement que je voulais l'interroger sur ce vaste territoire. Mais aucune question ne m'était venue à l'esprit. J'étais trop préoccupée par ce que je voulais lui dire. Et vu la façon dont il me regardait, je pense qu'il l'avait mal pris.

Je déglutis, toujours la tête bien haute. Le guerrier au pelage sombre se leva soudainement ce qui me fit frémir. Ça c'est mauvais signe. Je reculai légèrement lorsque celui-ci avança. Une lueur d'inquiétude se dessina sur ma figure. J'avais envie de regarder mes pattes et de reculer mais je devais lui tenir tête. Il s'arrêta à seulement une longueur de queue de renard de moi. Je rentrai ma tête dans les épaules et balançai ma queue, gênée. À ma grande surprise, il continua à avancer jusqu'à coller son museau contre le mien. Puis, lorsqu'il fit deux pas de plus vers l'avant, je fus déséquilibré et roulai sur le dos. Je sentis ensuite la patte arrière de mon mentor s'appuyer sur ma queue, ce qui me fit très mal. Mais, malgré la douleur, je n'osais pas broncher. Pendant ce temps, Serre du Corbeau posa ses pattes antérieures de part à d'autres de ma tête et appuya de nouveau son museau contre le mien avant de miauler :

« Penses-tu réellement que je sois gentil ? Penses-tu réellement qu'un jour je le serais avec toi ? Ou avec quiconque ? Tu crois que je vais te faire une faveur ? Tu te trompes ma petite ! Si tu veux devenir une Guerrière, il va falloir que tu m'obéisses et que tu évites de me faire la leçon ! Sinon quoi, tu risques de te retrouver souvent dans cette position et je me montrerai plus méchant que je ne le suis. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

Je hochai péniblement la tête, tremblant de tous mes membres. À vrai dire, je ne m'attendais pas à cette réponse de sa part. Je savais que Serre du Corbeau avait une réputation de guerrier méchant, mais je ne pensais pas qu'il réagirait ainsi. Je pensais que même les méchants pouvaient avoir un petit côté gentil... Mais pourquoi mon mentor est comme ça ? Ça lui plait de terrifier tout le monde ? Je secouai ma tête pour chasser ses questions qui resteront sûrement sans réponses, car je n'étais pas prête de reposer une question de ce genre au guerrier. Alors j'attendis. J'attendis qu'il me laisse retrouver la terre de mes pattes pour qu'on puisse continuer, comme si de rien était.

__________________________________


Kooza, toujours aussi sublime ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Entrainement n°1. » [PV : Nuage de Lumière]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ La Guerre des Clans ~ :: TERRITOIRES DU LION :: Territoires :: Les Grands Pins-